27. janv., 2020

S'EST TRANSFORME EN LUNE DE FIEL...

Les années passent vite...

Jusqu'il y a pas longtemps, je pensais, que je contrôlais la situation, que c'est moi, qui portiat la culotte, dans notre mariage.

Il faut dire, que c'était plutôt, du genre mariage forcé. mon père le destin, m'a choisi un époux, bien cruel.

au début, bien sûr, il ne me lâchait plus la jambe, il s'est accroché à moi, comme quelu'un qui vous supplie de le garder, avec vous.

Les médecins, m'avaient pourtant prévenu à l'Ìle, à Berne. les dix premières années, ça serait  la lune de miel. Que je serais même contente, que je vivrais bien.

Et je dois dire, que j'ai bien vécu, c'est vrai! Je dois dire que je me suis libérée. Physiquement, sexuellement. Oui, là, il faut dire, que les médicaments m'ont bien stimulée. Les agonistes dopaminergiques, que je prenais au début, m'ont désinhibée. Dans un sens, ça a été une bonne chose, car je dois dire, que j'étais un peu coincée, à cause de mon passé. Passé, dans lequel, je ne vais pas replonger maintenant, ce serait trop long.

D'ailleurs, je vais revenir à là et maintenant!
Donc, fini, la lune de miel, fini le rêve. Parkinson prend le dessus, il m'écrase. J’ai la sensation de me ratatiner comme une patate andine, mise à séchée. 

Donc, ces jours, sont terribles pour moi, car je prends conscience, chaque jour, un peu plus, que je vais devoir déménager!

Fini, mes 48 marches d'escaliers, dont j'étais si fière de dire, que je les faisais plusieurs fois par jour.

Je dois déménager. J'ai différentes envies. Pourquoi pas partager une location à deux, mais là, encore. Je dois prendre conscience, que je vais devenir une charge, et que je ne peux pas tromper sur ce fait. Car si je suis encore bien, aujourd’hui. Demain, je ne sais pas !

Alors, voilà, je vais faire mes recherches…