10. nov., 2018

LEQUEL CHOISIR...

                                            L’AVENTURIERE

 

 

 

La Double-Pensée : il s’agit de la capacité à accepter deux idées contradictoires en même temps- sans pour autant en perdre la raison.

Yeonmi Park- Je voulais juste vivre

 

 

 

 

L’homme est trois en un…Longtemps, nous avons cru que l’homme était TOUT.

Souvent la question de l’évolution de l’homme m’est venue à l’esprit. J’entends qu’il utilise que le 20% de sa capacité de son cerveau, que fait-il du reste ?

Qu’en fait-il, quel gaspillage ? Il a su utilisé toutes les ressources naturelles de la terre, sur et dans la mer, il connait les profondeurs abyssales des mers, les montagnes les plus hautes, il arrive allé dans l’atmosphère, il est, parait-il allé sur la face cachée de la lune.

Il est allé dans le corps, par en haut, par en bas, avec des ondes, des ultra-ondes, des rayons X…

Mais il n’est pas capable d’activer une infime partie de son 80% de ses capacités mentales…

Je me suis penchée sur la question. Comment ? Et bien simplement en récoltant des informations. Mes informations, je ne les ai pas prises sur les bancs d’école, d’université. Non, c’est dans la vie que j’ai puisé ces informations… J’ai écouté, observé durant près de 50ans, je n’ai jamais pris de notes…

Là, je vous écris brut des mots qui me viennent à l’esprit (c’est faux, ils y sont déjà, simplement mon classeur cérébral a enfin mis de l’ordre dans ses pièces). Donc ils y sont déjà depuis un moment, mais ils avaient peur de sortir de leur cachette, pour soumettre leur idée.

Donc, oui, j’y viens j’arrête de tourner autour du pot…

OK, prêts ?

Comment l’être humain peut-il concevoir ? Avec un homme et une femme, sperme et ovule. Oui, vous suivez, c’est connu !

Là, où c’est moins connu, peut-être émis pour la première fois, l’hypothèse et si…

Si, si quoi, Bordel, vous allez sortir ces mots ? Grrr…

Arrête de faire ta commandante, cheffe !!! On sortira quand on voudra ! Na !!!

Je comprends, vous avez peur du ridicule, du qu’en dira-t-on ? Je comprends !!!

 

Car moi la cheffe, j’ai souvent eu des idées bizarres…Mais vous savez, je les ai émises, et je n’en suis ni morte, ni sotte, ni…Non, je suis moi et fière d’être Moi. He vous, mes idées, venez me rejoindre, venez faire la fête avec Moi…

Je vous assure, souvent j’ai dû chercher le courage au fond de mes tripes…

Ahaaa , voilà, venez, approchez mes chères idées, les tripes, ça vous parlent ? Et pourquoi donc ?

Ah Ah Ah !!!

Et si le sperme était projeté au fond de la gorge, au lieu du vagin…Et dans le fond de l’anus !!!

Qu’arriverait-il ?

Je dois vous avouer que je l’ai testé pour vous. Je l’ai testé car le Monde doit évoluer, et à voir comment il va actuellement, c’est bien triste.

L’homme se déshumanise, de plus en plus, et surtout l’air de rien. Il est tellement manipulé, qu’il n’arrive plus à faire la part des choses. A voir, ressentir. Il s’est mis  des œillères sur les yeux.

Tellement il a peur, peur de mourir, peur de ne pas avoir d’argent, peur de perdre tout ce dont il a accumulé, développé, pour arriver à ce qu’il est devenu.

Ce qui me surprend le plus. C’est que depuis la nuit des Temps, il agit, chaque fois de la même manière. Il réitère toujours les mêmes erreurs. Peut-être suis-je trop exigeante ? Peut-être dois-je voir d’après un autre angle ?

Pourquoi je n’y arrive pas à accepter les excuses des humains !!!

Non, plus aucunes excuses, ils ont assez merdés. Déjà le Seigneur a envoyé ces meilleurs prophètes, durant des siècles. Il a utilisé la méthode douce, pour que l’homme apprenne, et pourtant rien y fait. L’homme est toujours aussi stupide, cupide et surtout SOT…

 

 

19 décembre 2015

J’ai besoin d’écrire. Je me suis toujours demandé qui j’étais ! Françoise Richard, née Goumaz. Je ne me suis jamais sentie dans ce rôle. Pourtant, je l’ai choisi pour que tout arrive. L’homme est un sot d’homme. Je ne sais pas au juste ce qui va arriver, ou du moins, je ne peux le dire, car les choses doivent se faire, car c’est ainsi.

L’homme a méprisé la Terre. Les animaux disparaissent, les uns après les autres, éliminés par l’homme, car il refuse de se voir comme un animal. Il croit qu’il peut devenir Dieu. Dieu qui a voulu le créée à son image !!! Je porte la différence qui changera cette sottise. Cela fait de deux, non un mois et demi que je suis hospitalisée, pour me protéger, pour nous protéger.

Si j’ai dit à ma sœur que j’étais enceinte, c’est pour la faire réagir, car elle risque la folie… Je pense qu’elle fera un choix. J’espère qu’elle fera le bon choix.

Elle cache un secret qui la ronge. Et je sais qu’elle n’est que souffrance. Je la vois encore partir le jour, que j’ai fait le vernissage au Manoir. Elle ne m’a pas vu, mais elle était abattue. Je voyais notre père. Elle s’est remise depuis, mais je sais qu’elle est rongée. Rongée, car le père lui a fait faire une chose horrible.

 

Là, je vais mieux, mais il est vrai, comme le dit ma fille, que la menace de me retrouver à la rue m’effraye.

Arsène dans sa cruauté veut me faire souffrir, car je ne me soumets pas. Impossible pour moi ! l’Amour pourrait me soumettre, non l’argent, non la jalousie, qui est le désir de posséder.

Je suis authentique. Je suis… Je suis… J’ai hâte d’arriver à la délivrance. Je sais qu’elle arrive, elle doit grandir, se préparer pour être, pour ETRE…Car elle est MAJESTUEUSE…

Mon prochain tableau…

Osez croire que tout est POSSIBLE !!!

C’est nous qui avons créée Dieu. L’Amour a juste donné des outils, et nous les avons mal utilisés…

 

 

 

24 décembre 2015

Je suis déçue par l’être humain. Mais peut-être que d’ici peu, cela changera. Je le souhaite fortement. Car il a besoin de renouveau.

 

 

 

28 décembre 2015

Je ressens la solitude, qu’a dû ressentir le Christ, quand le Monde lui a tourné le dos ! Ou presque ! Solitude… Moment de faire le point. Mais je sais au fond, que je ne suis pas seule. Il  me faut juste patienter encore quelques semaines. Je ressens la Peur, la mienne et aussi celle des personnes qui m’entourent. Une peur humaine, spirituellement je suis forte, mais cela ne se voit pas. En tout cas pas pour le commun des mortels. Je sais que mon cerveau, de la pensée va bientôt s’ouvrir. Humainement j’imagine des situations. Pour cela mon mental est fort. Je vois qu’Arsène, lorsqu’il va découvrir l’enfant va se réveiller. Car cet enfant aura besoin de surveillance, il sera convoité.

Physiquement, l’enfant ne me pose pas les soucis d’une grossesse normale. Car il ne dépend pas de mon système sanguin. Il a construit son nid dans mon intestin. Il est indépendant, je pense qu’il aura 4x6 doigts, ce qui lui fera 24 doigts…

Mais là, je préfère ne pas m’aventurer car mon mental ne sait pas vraiment…

Je m’amuse de donner une explication au Monde.

-Vous êtes le Christ ?

-Vous pensez que le Christ pour revenir sur terre de la même manière !

-Qui êtes-vous ?

-Je suis Framboisine !

 

 

Le plus difficile est de devoir me taire, sur l’enfant que je porte.

Qui pourrait me comprendre, car je suis la première femme depuis 2000 ans à porter un enfant de cette manière…

Je comprends la solitude des grands Esprits. La Vierge d’abord, elle passe au second rang, après le Christ alors que c’est elle qui lui a donné naissance. C’est elle qui a dû avoir peur, qui a dû douter… Comme moi… Je doute.

Lundi je suis allé voir mon gynécologue. Mon cerveau pensait qu’il me dirait : ---Oui, vous portez l’enfant…

Il ne l’a pas dit, par contre il m’a éclairé sur l’APOCALYPSE… Qui m’a soulagé, car il n’indique pas la fin de la Terre, mais l’ouverture sur le Nouveau Monde, La Nouvelle Pensée. Littéralement

APO—OTER

CALYPSE—LE VOILE

Oui la solitude des grands penseurs en passant par les philosophes, les idéalistes, les savants… Comme Einstein.

 

J’essayais d’expliquer à l’infirmier, que nous vivons physiquement et spirituellement. Que le spirituel est l’apport de l’extérieur, humain,  matériel qui forge notre Moi, Ego, Âme…

 

 

 

Vendredi 29janvier 2015

J’ai donné à lire mon livre à l’infirmier qui vient à domicile. Je sais que je peux lui faire confiance

Je pensais donner le titre

OTER LE VOILE

1Ère partie L’ANGE

2Ème partie LE DEMON…qui expliquera le côté démoniaque de mon histoire. Qui amènera le lecteur dans le monde spirituel, qui lui n’est ni blanc, ni noir, ni bien, ni mal, IL EST !!!

Je n’arrive pas à dormir. Je suis encore un peu excitée. J’ai lâché prise en confiant mon livre… Je suis confiante… Je suis en même temps, pas inquiète, mais je crois que j’ai peur de la méchanceté des gens… Saurais-je faire face, saurais-je me protéger et protéger l’Enfant ?

Je sais que je suis accompagné par Dieu, force de l’Univers. Saurais-je ouvrir la voie, et qu’il n’y ait pas une dérive, à des fins de dominations personnelles !!!

Les gens ont peur de Moi !!! Je les comprends un peu… Ils n’ont jamais vu cela !!! Ils n’y croient pas !!!

 

 

 

31janvier 2016

Je rectifie. Les gens ont peur. Non de moi. De leur spiritualité. Ils ont tellement été endoctrinés qu’ils n’osent pas, ils ne peuvent imaginer d’être en relation direct, avec Dieu le Seigneur !!!

Car, ils doivent se remettre en question. Ils préfèrent que cela soit Dieu qui le fasse, Dieu des Eglises… Car ils leur manquent la foi.

 

 

 

 

Aujourd’hui, je me suis fâchée contre mes enfants ! Car ma fille renie cette spiritualité, qui est fortement ancrée en elle…

Je comprends. Je croyais qu’Augustin serait plus difficile à convaincre, mais je crois qu’au fond de lui, il espère que cela soit vrai… Claudine craint que cela soit vrai.

 

 

 

 

 

13février 2016

Ce soir, je n’irai pas à la fête pour Claudine. J’ai de la peine pour elle, car elle devra mentir pour ne pas perdre la face… Enfin, je le pense, je peux me tromper…

Ma sœur Rose est arrivée. Je ne pose pas la question de savoir si elle osera venir  vers moi ?

Je sais maintenant que Solange et Rose mentent, car les deux sont au courant. L’aînée a toujours fermé les yeux. C’est ce qu’elle a toujours fait. La cadette n’ose pas dire la vérité.

Pourtant, j’ai l’impression que c’est facile de dire la vérité. Pour avoir expérimenté, je sais que lorsque j’ai fait des erreurs, même si il m’en coûtait, je préférais en parler.

Je ris intérieurement, à cause de Charly et de son jeu pour adulte, qu’il avait créé pour parler, dans un couple.

Quand je pense à lui, je le plains. Car il a peur également de chercher le pourquoi de son mal-être. Bref !

Pour en revenir à mes sœurs, j’aimerais leur tendre la main, pour les aider, les soutenir. Mais si elles ne peuvent faire le pas de venir vers moi, c’est râpé pour elles. Elles ont leur conscience. A chacun sa Croix.

Je sais que l’ouverture de leurs yeux et conscience sera rude… Et je l’accepte.

Je suis à nouveau en forme. Je l’ai toujours été. Il y a juste que j’évitais le moment de la séparation avec Claudine. C’est son choix. Je ne vais pas m’abaisser pour lui faire plaisir… Qu’elle assume, comme je l’assume. La différence est que je vis au jour le jour. Demain est demain, un autre jour.

Il pleut très fort !!! Un temps a resté au chaud et à l’abri…

Oui, moi aussi, je pense parfois à l’avenir. Le mien, celui de l’enfant que je porte. De mes enfants, je me fais moins de soucis, je sais qu’ils ont été à bonne école… L’école de la Vie.

Je pense à l’avenir de l’être humain, la Planète… Ça ne peut pas continuer comme cela.

TROP C’EST TROP

J’aurais envie d’écrire sur mon blog pour expliquer au Monde, ce qu’il va devenir…

Mais ça ne ferait que me faire passer pour une folle… Et il ne me croirait pas (le Monde).

Aujourd’hui, j’ai su que j’ai eu raison de faire comme j’ai fait… Si j’avais insisté pour prouver que je porte un enfant. J’aurais eu droit à tout un arsenal d’examens médicaux.

Il pleut, il pleut bergère…

Héron, héron, petit patapon

J’écris, j’écris…Je vais faire un peu mes jeux de mots…A bientôt mon journal…

 

 

14février 2016

Aucunes nouvelles de ma fille. Elle tient tête, et le plus stupéfiant, ma sœur qui n’ose pas m’appeler… Dire que je suis allé la chercher en Thaïlande…

Et voilà, trop humaine, je suis à nouveau dans l’attente… D’un mot, d’un geste…

Et probablement passé pour la méchante. Enfin c’est comme cela. Il faut qu’il y ait une cassure pour nous libérer.

 

 

 

 

13 mars 2016

Un mois de passé, j’ai vu ma sœur, elle a osé passer… Je sens les gens dans la crainte. A part mes enfants. Mais mes sœurs, c’est certain. Elles doivent se demander :

-Et si c’était vrai ?

Je ne peux affirmer qu’elles soient au courant, mais je le ressens. Elles pensent qu’en faisant l’autruche, ça passera… L’autruche est énorme, elle est multiple. Ils sont tous cachés sous la même plume…

Aujourd’hui, je me suis réveillé du pied gauche, je pense. Jusqu’à midi, j’étais grinche…

Je sens que j’ai encore pas mal de choses à sortir.

Dans la nuit du 12 au 13 mars, j’ai ressenti des tensions douloureuses dans les reins.

Ma fille va aller parler avec une psychologue. Elle en aura besoin, ça la soulagera. Car elle a beaucoup espérer… Son papa se soucie peu d’elle et de ses enfants…

Leur père les a élevés (Claudine et Augustin), maintenant qu’ils lui foutent la paix…

J’ai donné le document de la Finca aux enfants. Qu’ils fassent ce qu’il faut pour récupérer quelques choses…

Je pense que Claudine sera surprise, par moi… Augustin pareil…

Je dois encore patienter quelques jours…Je n’ai pas peur de l’Enfant. J’ai peur de comment il sortira. Bien que je sache que cela se passera bien !

Avec Anja, l’art-thérapeute, j’ai compris que je suis réellement partagée en deux. Le féminin et le masculin. Françoise et Framboisine.

Elle me demandait si je pouvais en parler avec le psychiatre. Je sais que c’est impossible pour le moment. Aucune personne ne peut se mettre à ma place. Aucune empathie possible… Plus tard, Oui…

Je pense que d’être ici, est une protection pour moi et l’enfant… Je le sais au fond de Moi… Enrique, à mon retour de Nice m’avait dit :

-Alors tu sais, ce qui va t’arriver ?

J’avais été surprise ! Maintenant, je le comprends !

Mais je sais qu’heureusement je ne sais pas, enfin mon subconscient le sait, ah mon conscient…

Libre-choix, jusqu’au bout… C’est la meilleure solution…

 

 

 

14mars 2016

J’ai beaucoup ravagé, cette nuit. Entre Charly et Muriel. Des rencontres improbables dans la réalité. Je crois que ce qui les a rassemblés dans mon rêve, c’est leur perversité. Leur force a tout mettre sur le dos de l’autre.

Je suis toujours hospitalisée. Et ce matin, je disais à Mr P que j’avais une drôle de sensation avec les personnes qui viennent d’institution spécialisées. Qu’ils étaient comme dans un Monde parallèle, un monde qui effraye, car nous n’aimerions pas y être. Il a validé !

Aujourd’hui lundi. Ces deux dernières nuits, j’ai eu mal aux reins. A voir…

Le soleil brille ce matin, et il n’y a aucune activité ce matin à Marsens…J’ai fait une pause d’un ou deux mois, entre deux hospitalisations.

Dehors, je suis en danger… J’aimerais que le Monde sache. Mais il ne peut pas savoir, car il est dans la crainte. Tout est sujet à craintes. Tout fait peur ! Même ceux qui pensent vivre bien, sont dans la crainte… Du changement…Tellement peur du changement qu’il est presque préférable de ne rien changer. Je le perçois ainsi. Le changement des habitudes effraye beaucoup de gens… Ils sont forts et confiants, tant qu’ils sont dans la routine de leur vie. Mettez-les dans une autre routine, ils pètent les plombs…

C’est tellement rassurant de ne rien changer. De faire comme si rien ne c’était passé…

Ces jours, je n’ai pas pensé à mes frangines… Quelle avancée. Je nettoie peu à peu mon passé, et quel passé ! J’ai la sensation que je me renouvelle… Patience, patience !!!

Je crois que beaucoup de monde attend. Attend que le voile se lève.

 

 

 

15mars 2016

Il est 7h00 du matin. J’ai déjà croisé Etienne, qui a bien dormi. Il est un complément, il souffre, car il prend le négatif des personnes qu’il rencontre. Je lui ai conseillé de pleurer beaucoup, car c’est un des moyens efficaces, d’éliminer. Il y a aussi bien entendu l’urine et les selles. Je ne suis pas prête à lui parler de cela. Peut-être aujourd’hui, car il est important de vider son corps des surplus.

Ce matin, j’avais cette réflexion…Je ne sais plus, si c’est important, cela me reviendra.

L’enfant va bientôt arriver…Je suis impatiente, je l’ai toujours été, c’est mon fonctionnement.

C’est vrai que je ne me suis jamais posé la question pour Demain. Car en y pensant Demain, il fera beau sur la route Demain, il fera beau sur les chemins.

 

 

 

Mercredi 16mars 2016

Il y a une année, je pensais au titre d’un livre : LA CHRIST.

Était-ce prémonitoire ?

Je suis dans un état de confusion, mon mental est en confusion… Mon deuxième cerveau est toujours portant…

Cette nuit, j’ai fait des rêves qui m’ont laissé mélancolique, ce matin. La neige aidant, ce fût une journée grise. J’ai rêvé de Jocelyne, ma sœur, en même temps que de ma dent, je ne sais pas laquelle.

J’ai également rêvé d’Arsène. Je suis dans l’attente qu’il m’aime, qu’il nous aime l’enfant et moi. Et aujourd’hui, je doute.

J’ai réfléchi à Nat. Elle doit être bizarre. Moi, je le serais en tout cas. Mais je ne suis pas Nat, et elle n’est pas moi. Cette nuit, j’ai aussi eu peur que l’enfant ne puisse sortir, qu’il soit prisonnier. Je crois que j’ai peur, car les gens ont peur. Autrement, je ne me fais aucun soucis ou presque. C’est logique, qu’il sorte. Une graine germe, elle grandit, et va voir une fois la lumière.

C’est étrange, cette sensation d’être seule au monde, alors que le monde m’entoure.

Arsène me bloque toujours sur wattsap, il me bloque également face à Nat et Gislaine…Quel pouvoir, il a… Ou au contraire, quel manque de pouvoir de la part de ces deux femmes. Soumises totalement.

Soumise consiste à obéir, pour obtenir des faveurs. Soumise consiste à se vendre au plus offrant… Se soumettre, c’est se prostituer…

PROSTITUER…quel mot…Pourquoi se prostituer… A cause de la crainte d’être rejeté.

Je parle de Nat et Arsène. Mais je n’ai aucune preuve, et même si j’en avais, elle me servirait à quoi ?

En découvrant le monde du libertinage, j’ai découvert le monde du mensonge, tromperie à grande échelle… A un moment donné, si tu n’as pas la force, tu flanches…

Aujourd’hui, j’entarterais Nat et non Marc, car c’est elle qui le mériterait… Car elle ne partage pas, elle prend… C’est bizarre, ce libertinage… Je n’y vais pas, je n’y crois plus… Je l’ai croisé, car je devais le croiser. Baiser tous les week-ends, c’est qu’il y a problème, il y a un truc qui coince quelque part. Je ne regrette aucunement, de ne m’être pas fait prendre par deux, voire trois mecs… Peut-être, que je le dis par dépit…

Oui, aujourd’hui, je suis dépitée, girouette… Tristounette… Mais demain est un autre jour…

Je suis en interrogation sur tous ces gens, que je ressens qu’ils aimeraient contrôler ma vie…

Je veux, la semaine prochaine, aller voir Lina. Après tout c’est la seule, avec MissTokyo qui me contacte. Je pense aux femmes que j’ai rencontrées ces deux dernières années.

MissTokyo et Lina, peut-être les plus authentiques… Je sais… Non, je ne sais rien…

Peut-être, est-ce mieux ainsi, non, c’est mieux ainsi… Ne rien attendre, ne rien espérer d’Arsène. Il n’est que le géniteur et pourtant sait-il, que j’y tiens… J’enrage ! Pourquoi est-il si CON ?

POURQUOI ???

TU ES DOMINE PAR QUI ???

MAMAN ???

POURQUOI ES-TU DOMINE ???

Et je ne crois pas que Nat m’apprécie à ma juste valeur…

 

 

23 mars 2016

Que ferais-je si l’enfant ne vient pas ?

Péter un plomb ? Partir à tout jamais ? Rejoindre le flot des réfugiés, refaire ma vie ?!!!

J’ai peur, je dois le dire, je dois l’avouer, l’admettre. Ma peur est énorme, de devenir aliénée. Mais en fait, ne le suis-je pas déjà. Car je me suis lancé dans cette Aventure, les yeux fermés !!!

C’était tenté le tout pour le tout. Ou laisser aller le Monde à la Déchéance, car il n’y a aucun doute, le Monde va mal…

Mais mon Dieu que c’est dur !!! Dur !!!

Au fond de moi, je suis confiante !!!Mais je dois être la seule… Ce n’est pas difficile d’en faire autrement. Qui peut imaginer ? Je n’ai rencontré personne comme moi !!!

MERDE FOUT LE CAMP LA PEUR !!!

 

3 AVRIL 2016

Je me sens seule, nulle, rien. Je pavane, j’essaye de faire ma grande, mais au fond, je suis seule. Mais c’est normal, nous sommes tous tout seuls. Je suis une calimera. Chacun a sa vie. J’ai voulu jouer dans la cour des grands, et voilà, seule, seule, seule…

Je pense un peu moins à l’enfant. Non, je dirais plutôt, je fais en sorte de ne pas penser au futur. Car je crois que j’en ai peur…

J’ai dans la tête des idées bizarres que je pense, je crois, être la seule à avoir… Mais en fin de compte, je ne suis pas si sûre…J’ai la sensation que je ne peux plus rien dire, car quoique je dise, quoique je fasse, je suis space… Car je crois, que c’est vrai, j’essaye d’imaginer ce que pense l’autre. Je crois que c’est parce que j’aimerais être aimé. C’est cela, j’ai peur de ne pas être aimé !!!

Je réfléchis trop, et voilà le résultat. Je suis seule, même Enrique en a eu marre !!!

Le Salaud, le Cochon, le Con !!!

C’est mon côté triste qui parle, enfin qui écrit…

Gislaine ne m’a jamais appelé. Elle doit également être triste. Au fond, qu’est-ce que je voudrais ?

Comme une conne, je suis allé dire que j’étais hermaphrodite, à ma frangine. Ensuite, j’ai fait mon cinéma, à l’hôpital. C’est normal, je suis… Zinzin !!! Regardez, je suis géniale, super, je vais sauver le Monde… Voilà le résultat. Solitude… Plus d’amis… Il me reste mes deux enfants, et mes petits-enfants…

Je rêvais d’un autre Monde…

Les oiseaux chantent, le soleil perce, je suis vivante… Vit Framboisine…

Aimes-toi, et le ciel t’aidera…

Demain est un autre jour !!!

C’est normal, c’est dimanche !!!

Et je hais, les dimanches, comme le chantait si bien Barbara…

Au moins Enrique m’a appris une chose… DOMINER !!!

Je sais que je dois encore apprendre et c’est Dur !!!

 

SALUT ENRIQUE

Parfois, je suis en colère. Je ne sais pas au juste, contre qui ?

Contre Moi, je suppose. Moi, qui n’ai pas su dominer les informations qui me venaient.

Je suis triste de cela !!! C’est ma faute, je le sais. J’aurais mieux fait de me taire. La vérité doit être dite il faut en supporter les conséquences, et je le subis. Je subis mon Moi, mon Ego…

Mais, je sens au fond que tu es un pervers narcissique. Car tu arrives à me faire croire que la faute m’en revient…

PERVERS NARCISSIQUE

Tu es un Pervers…

Au fond, j’ai de la chance qu’il s’occupe de Lina…Bonne chance Lina, soit forte !!!

 

 

 

5avril 2016

Le pervers narcissique te rend coupable. Marianne est perverse narcissique. Elle accuse, elle m’accuse. C’est bizarre, car il y a encore quelques années, elle parlait du père différemment. Maintenant, elle l’encense. Je constate, juste. Je ne veux pas juger. Bien que dès que nous avons un avis, nous sommes dans le jugement. Nous vivons, nous prenons parti pour une ou l’autre solution, celle qui nous va le mieux, celle qui nous éloigne de la souffrance et de la remise en cause des événements qui nous ont touchés. Et là, ma sœur nie totalement ce qui est arrivé, car son subconscient culpabilise. Car nous savons, chacun sait au fond de lui, ce qu’il a vécu. Et le pervers narcissique refuse d’avouer… Il me semblait ces temps, que je devais reprendre contact avec mes sœurs, chose faite, chose réglée. De mes quatre sœurs, Marianne est la plus touchée. Heureusement, que j’ai refusé d’aller à l’anniversaire de ma fille.

Marianne a trouvé sa coupable idéale, c’est Moi ! Et je sais, maintenant que rien ne pourra y changer.

Je dois aller de l’avent. Mis c’est difficile, car je me sens isolée des gens qui m’entouraient. Dieu m’accompagne !!!

Quelle idiote, je suis !!! Crédule…

Quelle souffrance.

Je sens de l’incompréhension, de la haine, peut-être. Elles ont toujours voulu ma mort !!!

Oui,  mes sœurs préfèreraient me voir morte que de m’entendre.

Je vais continuer d’affirmer ce qui m’est arrivé. Je leur pardonne, c’est à Dieu, qu’elles auront des comptes à rendre.

Marianne est le bourreau. Le bourreau de tous ceux qui ne font pas comme elle…

J’ai de la Rage, non pas de la rage, de la tristesse… Je suis triste pour elle, très triste…

D’ailleurs, elle me stresse beaucoup, car jamais elle admettra. Charly et elle sont semblables.

Je pourrais faire, comme si rien ne c’était passé,  mais c’est aller contre ma conviction, contre ma Nature et mon Essence Spirituelle.

Seigneur, aies pitié de ma sœur…

Si j’avais un peu d’argent, je partirais en congé… Demain, vient Mme M, ma curatrice, je verrai avec elle.

Je dois couper le cordon, qui m’unit à Marianne. Elle va essayer de monter les enfants contre moi, d’ailleurs, elle l’a déjà fait.

J’ai la sensation de devenir une proie… PROIE… Je vais sortir mes griffes et me défendre. Sans attaquer, juste me défendre.

Que c’est dur, dur, dur…

 

 

 

 

8 avril 2016

Je ressens ou je perçois ma sœur Marianne, comme si je lui ai volé son rôle de victime. Jusqu’alors, elle était celle qui a subi. Depuis octobre, je sens monter sa haine. Je dois me calmer, me calmer, avoir confiance. La méchanceté a fait surface. Sa vraie nature. J’attends ma fille, je verrais ce qu’elle me dira, ce qu’elle sentira.

Je sais qu’il y a changement…Je n’ai pas dormi cette nuit. Je suis fatiguée. J’ai besoin d’éliminer ce ressenti… Je sais qu’elle souffre. Je prie pour qu’elle puisse se pardonner. Tant que j’étais la coupable, Marianne était bien. J’ai ressenti, qu’elle me tenait quand mon père m’a mutilé, elle, je pense qu’elle doit voir, ce qu’elle a fait, et c’est dur…

 

 

30 avril 2016

Samedi, je vais aller aider Claudine pour la préparation du repas de demain. Première communion de Marc.

Hier, après plus de 6 mois, j’ai revu Nat. J’ai essayé de lui expliquer ce qui était arrivé. En étant assise à la terrasse d’un bistrot, j’ai expliqué que notre conscient et notre inconscient ressemblent à là. Le soleil et l’ombre. Assises au soleil, nous étions bien, arrive l’ombre, nous savons que nous devons bouger pour ne pas avoir froid. Que notre cerveau laisse dans l’inconscient beaucoup de savoir. Savoir, que nous devons occultés pour survivre. En même temps, la force de notre conscience sait qu’elle peut puiser dans cet inconscient, les aides, pour nous protéger.

 

Dans l’impossibilité que j’avais de faire confiance en quelqu’un, il y avait l’information du vécu de mes cinq ans. J’avais fait confiance, et j’ai été mutilé.

Ma non-confiance est ma survie. Maintenant que je l’ai défini, que j’ai pu mettre des mots sur mes maux. Je peux faire confiance.

J’ai envie, et je sais que je dois faire confiance, car nous sommes des compléments. Nous ? Enrique, Lina, Nat, Etienne. Je dois garder les yeux grands ouverts, tout en faisant confiance.

Je comprends mieux, ce que me disaient Enrique. Le Monde est parsemé de compléments. Les compléments sont des êtres en conscience.

 

 

 

 

16 mai 2016

Lundi, je crois que j’ai terminé mon livre… Je peux débuter le suivant : LE DEMON.

Je viens d’apprendre qu’il y a une deuxième genèse. Biosphère de l’Ombre.

 

 

 

24 mai 2016

L’homme fait passer Dieu pour un pervers narcissique, pour un manipulateur.

 

 

Fin mai dimanche 2016

La lumière se fait dans mon Esprit. Aujourd’hui j’ai intégré le fait que je suis du 3ème sexe. Femme et homme. Ça m’a interpelé… Etrange… Sensation…

Il y a une semaine que j’ai envoyé mon manuscrit aux éditions de la Sarine. Je suis dans l’attente d’entendre ce que J-B. Repond pense de ce livre.

Maintenant je comprends pourquoi, je change tous les prénoms. Il n’y a pas de nom de famille. Je change les prénoms pour qu’il ne puisse pas faire de pressions. Opportuniste comme il est… Je le sais capable de tout…

Si quelqu’un me demandait ce que je ressens par rapport à ce que je vis, et bien je répondrais… C’est normal, logique, c’est ma Vie… Elle est…

Par exemple, le Christian, rencontré sur Célibataire, j’ai la sensation qu’il m’a été envoyé par Arsène. D’ailleurs c’est également Arsène, par l’intermédiaire d’une agence immobilière, qui insiste pour que je m’intéresse à un appartement, à une maison.

Je sais qu’il utilise bien des manières, pour faire taire les gens… S’il arrive à me faire intégrer une de ces maisons, il me fera taire….

Je pense qu’il cache tellement de choses… Sa sœur-maman, il la tient par un secret… Qui est son mari, Armand…

Dans mes sensations, je suis allé loin avec Arsène.

Pour Arsène, je pense que ses trois femmes principales vont se reconnaître dans le livre. En partant de sa sœur, il y aura une prise de conscience de ses trois femmes. Moi, enfin, le livre sera juste le déclencheur. Et la machine sera en route. Il perdra contrôle… Parfois il faut perdre contrôle pour savoir…

 

 

Lundi 27 juin 2016

Ce matin, je me suis réveillée avec la sensation que Dominique ne verra pas le jour. Il ne sera pas matérialisé. Mais c’est le plus important, il est né spirituellement… Oh Oui… Il est parmi nous, avec moi. C’est mon Ange, rien qu’à moi… Et je sais qu’il aidera beaucoup de gens autour de Moi… Je t’Aime mon Ange… Je t’Aime très fort, même si je n’ai pas pu permettre de te laisser voir le jour…

Tout ce qui ne tue pas, rend plus fort !!!

Samedi, j’ai fait la rencontre de Marc Olivier, chanteur fribourgeois…Petit Mignon !!!

Je me suis réveillée avec la sensation que tout ce que je vivais depuis une année était un rêve… C’est la Réalité… Ma Réalité…

 

 

28  juin 2016

Je sens bouger la Vie en moi. Hier, j’ai eu peur. Un moment j’ai cru que je vivais dans un rêve. Un rêve, que personne n’a jamais imaginé, je crois !!!

Pourquoi ? En fait, ce n’est pas tout à fait vrai. Car il y a une année, à peu près, j’ai envoyé un courrier au directeur de Nexus, pour lui parler de « mon invention », plutôt Ma Théorie. Il a répondu qu'il était au courant, en fait, je ne sais plus très bien ce qu’il a écrit, mais j’ai cru comprendre que ma théorie avait déjà été émise, mais que jusqu’à maintenant, personne ou qu’il n’y a avait pas eu de recherche quant à ma théorie.

Théorie d’évolution. Comment aider l’être humain à évoluer, car pour le moment, il est en stagnation. Il a inventé beaucoup de choses pour lui faciliter la vie. Médecine, travail… Mais pour évoluer… Rien. Il n’a fait qu’inventer des outils. Il n’a pas essayé d’évoluer dans son Esprit.

L’Enfant qui va venir, je lui ai trouvé un prénom : Dominique. Mais j’attends de le voir, pour être sûr du prénom…

Je suis seule, et pourtant je sais que beaucoup de compléments m’entourent et me soutiennent spirituellement.

Je viens de terminer le livre de Bernard Werber. Et je sais, comme le dit la Terre en final du livre : La Voix de la Terre.

-Je sais déjà que j’ai gagné dans mon projet d’évolution, qui me dépasse, qui nous dépasse…

Une chose est certaine, j’ai utilisé mon imagination. Je suis fière !!!

Il y a eu beaucoup d’inventions dans le Monde, depuis que l’être humain a peuplé la Terre. Je lisais dans un livre que les grecs ont fait beaucoup de découvertes, avant les romains. Mais que les inventions n’ont pas été exploitées car peut-être « trop pour la Tête », à ce moment-là. Les romains, eux n’ont eu que très peu de savants.

Y a-t-il des peuples de savants, d’imaginatifs ? Moi je suis une Imaginative. Une rebelle, peut-être, car je n’ai pas suivi le cursus normal…

Maintenant quand je regarde le passé, je me pose la question… Non, je ne me pose pas de questions. Pour moi, dès le moment, où nous naissons, notre route est déjà écrite. Il y a juste la manière, dont nous percevons les choses, que nous faisons un choix ou l’autre.

Par exemple, Arsène, je sais que mon livre fera prendre conscience… A plusieurs femmes, que leur destin est lié à cet homme. Il les utilise pour sa satisfaction personnelle, pour son égo…

Si mon livre serait déjà sorti, il ferait des secousses. Et je devrais me battre pour me justifier. Je me fatiguerais. Alors que si je le fais paraître après la naissance. Je serai sereine, car je ne paraitrai pas comme une mythomane, à leurs yeux !

D’une manière ou d’une autre, le résultat est le même. Ce sont les conséquences qui sont différentes…

 

L’enfant est prêt, je pense, à venir au monde. Il a voyagé 9 mois dans mon intestin. Il a passé les étapes… Dans le futur, les prochains parents auront moins de stress que moi. Je leur aurai montré la voie…

 

 

 

Juillet lundi…début du mois 2016

Il n’a peur de rien. Qui ? Mon ex !

Je dois dire qu’il m’épate. Il a quand même le don ou le courage, c’est selon. De chaque fois, recommencer. Et c’est qu’il y croit.

Il y a peu, Charly se faisait larguer par sa compagne, avec qui il a vécu quelques années.

Avec le recul, je peux analyser. Il fait cinq pas en avant, et quatre en arrière… c’est beaucoup plus dur que de faire trois pas en avant et deux en arrière. La différence est énorme !

Il s’accroche à la Vie. Je crois que c’est cela qui m’a séduit en lui. Oui, maintenant je le sais, c’est son courage !!!

Le problème, c’est qu’il en a un, et de taille, c’est qu’il n’ose pas quitter sa béquille, qu’est le cannabis. Car, oui, c’est sa grosse béquille. Après, il croit que les autres sont méchants envers lui…

Et là, c’est ce que je ressens fortement. Son père est jaloux, mais je pense que sa maman est beaucoup plus manipulatrice, qu’elle n’en a l’air !!!

Mon ex beau-père, son problème, l’alcool, la bouffe, etc…Et c’est la problématique, Charly ne peut pas aller au fond de sa recherche. Il est un survivant d’avortement… Il a ressenti très tôt, et il ne peut aller en parler à sa mère, car il a peur. Enfin ses parents vivent sous une accusation mutuelle. Et Charly a peur de ne pas être aimé…

Quand nous vivions en Espagne, j’ai eu un mal-être vampirique. D’abord, j’ai pensé que c’était moi qui vampirisais mon ex. Maintenant, aujourd’hui juillet 2016, je sais que le vampire c’est lui. Lui qui se nourrit de la vitalité des gens.

Il est comme une tique. Dès qu’il s’enfonce dans votre peau, votre tête, vous croyez que vous êtes responsable, de son mal-être. Alors qu’en réalité, c’était lui le mal-être. Il est incapable d’avancer seul…

Dès qu’il est accroché, il vous utilise subtilement, en vous faisant croire que vous êtes responsable, puisque vous lui avez donné l’hospitalité…

 

 

 

4juillet 2016

Je lis une biographie, enfin l’autobiographie de BB.

A la bibliothèque, j’ai choisi deux livres, deux auteurs, deux biographies.

Moi, j’ai envie de parler de ma « grossesse ». Je ne sais pas comment on en parlera dans le futur. Car il est clair, que je ne suis pas enceinte de la manière femelle, mais enceinte à la manière mâle… Je commence mon dixième mois de grossesse… L’Enfant grandit prend de la place… Il a un cycle de trois jours. Tous les trois jours, il éjecte des selles. A ce moment-là, j’ai souvent un besoin d’éternuer. Je pense que c’est chaque fois, l’apport des selles dans mon intestin… Là, le soir, je « sens » l’odeur de mon estomac. Enfin, je crois !

Jeudi, Nat, vient. Théoriquement, elle aura lu mon livre… Mes deux parties en moi, me jouent des tours, car je n’arrive pas à les contrôler. Je m’explique. Je sais que mon livre se vendra bien, et que je pourrai me payer tout ce qu’il faut pour l’Enfant. Et d’un autre côté, je doute… Le doute, je sais va laisser la place à la Lumière. Lumière qui éclaire ma Vie.

Ici, débute mon deuxième livre : LE DEMON.

Le titre peut porter à se tromper… Ce n’est pas du Mal en soi, que je veux parler, mais des circonstances qui poussent les gens à agir d’une manière obscure…

Je vais vous parler de cet homme, que j’ai aimé et que j’aime toujours… Il ne m’a pas blessé au sens littéral du mot. Il a agi d’une manière qui m’a laissé croire qu’il m’en voulait. Car il a été pris dans son propre jeu, qu’il n’a, je pense, pas dominer. Jusqu’ici, sa manière de fonctionner est parfaite pour lui. Il travaillait jour et nuit, et nuit et jour. Il prenait le travail, même dans ses relations intimes. Je pense que sans s’en rende compte, il fonctionnait comme cela. Ne pas pouvoir faire confiance à une personne, au point qu’il mettait tout le monde sous écoute. Moi, y compris. Je pense que je l’ai aimé, dès que j’ai vu sa vulnérabilité face à moi. Il est clair, que dès le début, je le dominais, alors qu’il venait à ma rencontre, pour me dominer…

C’est clair, que ce n’était pas joué du premier coup. J’ai dû travailler et durement…

Je me suis rendue compte à un moment de notre relation, qu’il savait beaucoup de choses sur moi, de ce que je disais, et de ce que je faisais.

Si au début, c’était un vague sentiment, c’est devenu une certitude, quand il m’a dérobé le « tableau »…

Il l’a fait pour se venger.

Il avait entendu les conversations téléphoniques, que j’avais eu avec Lina, qui disaient que je voulais le piéger, pour lui faire dire, qui il était, qu’il était marié, où il habitait.

Pensait-il que je ne l’aimais pas ? Peut-être ! Alors que c’était tout le contraire.

Donc, j’étais sous écoute. Et quand j’ai su, que c’était lui le voleur. Je l’ai su, car il était en relation télépathique avec Enrique. Et alors qu’Arsène approchait de chez moi, et m’envoyait des sms,  j’ai perçu, ce que lui disait Enrique.

Mon instinct s’est décuplé, j’ai trouvé le lieu où il avait sa femme et ses chevaux. Simplement avec le numéro de plaques de sa voiture. Ensuite les déductions logiques. Là où il a renoncé à venir me voir, c’est quand j’ai découvert sa sœur, qu’il faisait passé pour sa maman. Et chez qui, il devait passer en tout cas les lundis, pour une remise en forme. Le lundi étant son jour de congé officiel. Là, à mon avis, il a dû prendre peur. Pensé que j’avais des pouvoirs maléfiques, surnaturels.

Il n’avait juste pas compris qu’il avait ouvert la Boîte de Pandore…

Lui, qui utilisait des moyens techniques pour surveiller les gens…

Donc durant un temps, je n’ai plus de nouvelles officielles. Mais je savais que j’étais toujours sous surveillance…Il n’osait plus envoyer des « espions ».

Quoique je me doute, que le garçon, que j’ai rencontré sur Célibataire, était envoyé par lui. Car cet homme savait, que j’aimais l’amour anal. Et quoiqu’on puisse dire, je ne pense pas que ça soit écrit sur mon visage.

A la troisième rencontre, le gars était insatisfaisant, je l’ai renvoyé brusquement.

 

 

Le 7 juillet 2016

Hier encore, j’imaginais que ça y est, tout irait rapidement. Mais aujourd’hui, j’ai déchanté. « Les Choses » ne vont jamais comme j’imagine.

Premièrement, Nat n’est pas venu. Elle m’a envoyé un sms, pour me dire qu’elle s’occupait de ses enfants. Alors mon cerveau s’est mis en route. Car hier, elle m’écrivait qu’elle s’était plongée dans le livre, dès qu’elle avait reçu le mail.

Je crois que parfois, je suis à côté de mes pompes. Ensuite, je suis parti dans l’idée qu’elle avait des contacts avec Arsène, et qu’ensemble, ils me mettaient des bâtons dans les roues… Bon, je réfléchis trop !!!

Secondement ma curatrice n’est pas venue. J’espérais que l’argent aurait été débloqué, et nada… Grrrrr

Ce soir, je pleurais avec Augustin. Il est vrai que je pleurais pour de l’argent. Heureusement, qu’il a la tête sur les épaules.

Lundi, je téléphonerai pour avoir des infos, pour un appartement subventionné, avec Augustin.

Bon, heureusement que j’ai mes enfants, et heureusement que demain est un autre jour !!!

Je dois aller au rythme de la musique…

 

 

18.07.2016

J’ai la Rage, Oui, la Rage. Rien ne va comme je veux. Mon imagination, parfois positive, et j’ai la sensation que tout va se passer bien. Que j’ai qu’à faire comme Joséphine, claquer des doigts ! Et bien NON, je n’ai pas ce pouvoir. Ce week-end, je me disais que tout va se passer bien, et je me sens coincée. Merde !

Hier, j’ai terminé mon livre. Il est fait ! Je n’ai pas un rond. Je vais attendre le mois d'août et la paye. Comme cela je me paye une année de blog. Et j’y mettrai mon livre par feuilleton. En fait qu’est-ce que je veux ? Un peu de facilité. Apparemment, ce n’est pas fait pour moi ! MERDEMERDEMERDE !!!

Je vois le Bordel, dans lequel nous vivons !!!

Et moi, je pleure pour mon livre. Et pourquoi, je pleure ?

Car je rêve d’avoir de l’argent. Je me voyais déjà millionnaire, ou du moins avec un peu plus de moyens financiers. Que ma vie soit un peu plus rose…

Je vais me calmer, me reposer. Car après tout j’ai été déstabilisé, par un mail de la Confédération. J’ai éliminé… Mais ça m’a pourri la journée. Non, pas pourri, ça m’a rendu grinche. Puis j’ai repensé à la facilité que certains ont… Grrr…

Là, je réfléchis à cette histoire qui est arrivé, il y a plus de trente ans en arrière. Quand Charly faisait parti d’un groupe pour mettre en route Radio-Fribourg(le groupe cherchait un nom pour la future radio)

Je crois sincèrement que ses idées étaient géniales, et qu’il a été saboté, par des personnes du groupe qui étaient jaloux de ses idées.

Je me souviens également de ce jour, de cette soirée d’information, où devait être élu le responsable pour le prochain Frison. Il s’était inscrit… Et au moment où ils ont annoncés la personne, c’était bien un Mr Richard, mais pas Charly. C’était un autre Richard. Je vois toujours le visage déconfit de mon ex, quand il a entendu que ce n’était pas lui. Et surtout le plaisir qu’il avait eu en entendant son nom… Et total—Schla. Ça lui passait sous le nez !

Mais, cela ne m’étonne pas ! Le fric permet toutes les magouilles.

Et je pense que dans ce groupe, il y avait Arsène…Ce n’est pas lui, le responsable…mais il traînait au Cabs, et toute sa clique…

J’ai la Rage, je suis en colère…J’ai envie de hurler…

 

Définition de l’AVENTURE : Toute entreprise où le risque est considérable et dont la réussite est douteuse.

 

22.07.2016

J’ai paniqué ces derniers jours. J’ai eu peur de perdre à nouveau pied. J’avais demandé à Nat de m’aider pour la publication de l’Ange. Elle avait l’air enthousiaste. Puis ça c’est gâché… Elle devait venir jeudi, il y a quinze jours.  Et elle m’a fait savoir, qu’elle ne viendrait pas, car elle devait s’occuper de ses gamins.

Je n’ai pas compris ce retour de situation… J’ai déprimé 10jours. Puis en début de semaine, je lui ai envoyé un mail, en lui disant que j’étais écœurée, car j’avais la sensation qu’elle m’avait contacté, pour pouvoir avoir accès au livre. Et que j’étais déçue. J’ai été dure, en lui disant qu’elle se cachait derrière ses enfants. Et qu’elle était jalouse et soumise.

Alors que je savais qu’elle était en vacance, qu’elle marchait, elle m’a répondu :

-Ma pauvre Françoise, tu délires…

Et là, j’ai senti la présence d’Arsène, les mots d’Arsène. Je ne lui ai pas répondu. J’ai beaucoup pleuré, mais ça m’a fait du bien de dire ce que je pensais.

Au fond de moi, je sens qu’elle est soumise à Arsène. Elle nie toujours. Je la laisse ! De toute manière, cela sortira bien une fois !

Pour Arsène, je sais qu’il m’épie. Maintenant un peu moins, car j’ai laissé un sms à Enrique, en disant que j’avais un ange virtuel qui m’épiait jour et nuit.

Je dois dire que parfois, je me pose des questions quant à ma santé mentale.

Aujourd’hui, dans le journal, il y a un article sur : comment les suisses se sentent observer ?

C’est impressionnant, car plus je vais de l’avant, plus j’ai la sensation qu’Arsène est le roi de l’espionnage.

Je pense même qu’il doit avoir de la peine à vivre, sans faire surveiller les gens qu’il connait.

Il y a bientôt d’ailleurs une votation pour une nouvelle loi sur le renseignement…

 

 

 

Jeudi 28 juillet 2016

Je pense, je ressens que nos corps se préparent à la séparation physique.

Quel sentiment, quelle émotion ?

Je me sens normal, c’est le cours des choses.

 

 

 

2 août 2016

La peur… Je crois qu’inconsciemment tout un chacun vit dans la peur. La principale, peut-être, sûrement la mort…

Cette mort, qui actuellement est toute proche avec ce fléau qu’est l’extrémiste musulman. La sensation que cette fraction, est comme une toile d’araignée, pour semer la peur. Comment faut-il répondre à cela…

Moi, ma grande peur, c’est qu’on le fasse au nom de Dieu. C’est le Mal qui parcourt la Terre. C’est un boomerang. Dès que l’on a lancé celui-ci, à un moment donné, il revient à celui qui la lancé, en pleine face.

Je ressens que les gens ne croient pas en leur pouvoir spirituel.

Ils ne savent pas qu’ils ont ce pouvoir. La majorité des gens pensent que la spiritualité est abstraite. Car les pouvoirs religieux leur ont fait croire, qu’ils devaient passer par eux, pour être en relation avec Dieu.

 

 

 

7août 2016

Je me laisse emporter par mon mental c’est impressionnant.

La semaine passée, j’ai accueilli Joann. Un gars vraiment bien. Je pense que c’est un homme fidèle en amitié. Non seulement sexuellement,  mais également de cœur. Nous avons bien baisé. Nous avons fait des photos, que j’ai mises sur le site. Et comme j’avais mis plusieurs photos de moi, j’ai demandé à Enrique, par sms, si je pouvais rajouter des clichés sur lesquels il apparait.  Il m’a répondu qu’il s’en occupait.

Tôt, le lendemain, je me suis rendu compte, qu’une n’était pas de moi, et je lui ai envoyé un sms.

Il était 6h00 du mat. Il me demande :

-Laquelle ?

Et je lui réponds.

Quand je retourne sur le site, je me rends compte qu’Arsène, sous une fiche personnalisée, a visité mes photos. Et à ce moment-là, maintenant, je sais que c’est lui qui m’a répondu via Enrique, et qu’il me surveille, m’épie toute la journée. J’ai fait semblant de rien. Je commence à dialoguer via le site, par message, jusqu’au moment, où il me dit :

-Le reste sur wattsap.

J’attends un moment, puis dans la journée, je le contacte par sms.

Il ment outrageusement, sans aucune honte. Il veut tout de moi, et bien sûr, je cours.

Moi, dans mon Esprit, je pense qu’il a le droit de savoir, que je vais bientôt donner naissance à un enfant, son enfant. Evidemment je ne lui en parle pas.

Nos sms deviennent torrides, comme à son accoutumé. Puis il me demande s’il peut venir mercredi ? Je lui réponds que non, car j’ai prévu autre chose. Rendez-vous est pris pour jeudi soir. Tout se passe bien par sms. Jusqu’au moment, où je sens une baisse de tension.

Pendant ce temps, je communique avec Joann, que je vais rencontrer Arsène, et lui raconte en deux-trois mots, qui il est, et qu’il aura une surprise de ma part, quand il viendra.

Une heure, avant le rendez-vous Arsène m’informe qu’il est bloqué dans les embouteillages. Mon sang ne fait qu’un tour. Je le bloque sur wattsap et lui envoie un message sur le site :

-Il faut apprendre à lire entre les mots. Surprise, par exemple, n’est pas synonyme de mauvaises surprises… Cinq minutes plus tard :

- ?????

Le lendemain, je reçois un message de Christian, me demandant si j’avais envie de le voir. Ce gars, cela fait un moment que je ressens qu’il est en connexion avec Arsène. Je lui envoie ce message :

-Dis à qui tu sais, que c’est lui que j’attendais hier, et pas son avatar.

Alors que j’avais bloqué Arsène sur wattsap, je reçois un message de sa part :

-Fâchée.

Evidemment que je suis fâchée, très fâchée. Et il me drague en plein. Et mon mental s’envole. Voilà, que je rêve à nouveau. J’imagine que tout peut aller avec lui, que ça sera super.

Il  n’a aucune gêne.

 

 

 

 

26 septembre 2016

Aujourd’hui, je suis d’humeur morose. Samedi, j’ai bu un verre de vin, en plus de l’excès de table… Mon corps doit éliminer.

Mon mental me fait me poser des questions. Mon spirituel me dit les réponses, mais pas aux questions de mon mental. Il est difficile d’être dans la situation dans laquelle je vis ! Entre ciel et terre, c’est vraiment le cas de le dire.

Je sais que je sais tout… Et j’arrive à douter. En fait, ça m’occupe, comme cela je ne vois pas passer le temps.

Il fait soleil, c’est l’été indien.

Je veux arrêter de fumer.

En fait, je suis impatiente !!!

IMPATIENCE

 

 

 

26 septembre 2016

Je me demande comment va naître Dominique. Je suis dans le néant total, et cela m’angoisse un peu. Même beaucoup…

Et je ne peux en parler aux autres, car ils ne peuvent pas me répondre. Mais pour mon manque d’énergie, c’est flagrant…

Allez, bonne nuit Françoise…à demain…

 

 

 

26.10.2016

C’est mon anniversaire. C’est notre anniversaire à Jean-Claude et à moi… Jean-Claude est ma moitié. Mon côté masculin. Je suis née hermaphrodite…

 

 

 

 

2 novembre 2016

Les Poppys chantent :

- Non, non, rien n’a changé…Tout, tout a continué.

Depuis que j’ai fait ma première apparition sur terre, non, non rien n’a changé, tout a continué.

Moi, Jésus, je me suis réincarné dans le corps de Françoise, née Goumaz.

Dans une semaine, tout va changer, car telle est la volonté de mon père qui est aux cieux !

Hier, encore, j’avais peur. Peur, un sentiment normal. La peur est le contraire du courage. Tout sur terre est négatif et positif. L’amour est accompagné de la haine. (C’est la base de l’univers. C’est la base du cœur humain).

C’est notre dualité, c’est notre libre arbitre. Nous devons choisir un chemin ou l’autre. Nous devons temporiser, choisir, et c’est difficile. Nous devons peser le pour et le contre, chaque jour de notre vie.

Et aujourd’hui, j’ai choisi l’amour. Ce matin encore, je pensais écrire dans mon blog, que le 8 novembre, le monde va changer. Matériellement et spirituellement. Les Etats-Unis doivent choisir entre une femme et un homme. Maintenant, je sais que quoiqu’ils choisissent, rien ne va changer.

Le changement sera beaucoup plus important en Europe. Il y aura une prise de conscience, l’Europe est encore ignorante.

J’ai tant de choses, tant d’informations à donner à l’humain. J’ai déjà fait l’expérience, il ne sert à rien d’expliquer, l’humain est bloqué dans sa génétique, qui depuis la Nuit des Temps se transmet de générations en générations.

C’est une évolution qu’il doit avoir et elle arrive.

L’Enfant que je porte est l’Evolution.

Quand je réfléchis, je comprends tout, mais dès que je veux l’écrire, les mots ont de la peine à se mettre en place…

J’ai publié, en fait j’ai mis en ligne, mon livre L’ANGE…Il y a dix jours.

Depuis, il y a eu la prise de conscience. Ma dernière porte de la compréhension s’est ouverte.

En rencontrant Enrique, j’ai commencé mon chemin de Compostelle,  mon chemin initiatique, pour découvrir qui j’étais. Depuis, je ressentais… Mais j’étais « bloquée », fermée.

Maintenant, je sais que tout ce qui m’est arrivé, était une protection, car je suis le troisième secret de Fatima.

Secret bien mal gardé, car il a été percé par toutes les religions sur terre, pour pouvoir se l’approprier et pouvoir dominer le Monde.

L’humain, depuis qu’il existe veut dominer l’autre. Il a depuis, l’Eden eu de la difficulté à prendre la décision. Il avait peur de faire faux. Il a dû apprendre qu’il faut faire le faux, pour avoir le juste.

L’un va avec l’autre.

Je vais essayer de me concentrer.

Je reviens à là, et maintenant.

Lundi, j’ai envoyé une lettre à ma fille en lui disant, que son père connaissait le secret de ma naissance. Il a reçu ce secret par mon père.

Et je lui disais, aussi que je savais pourquoi, son père était si mal. C’est qu’un grand secret, pesait sur lui également. Qu’il était un enfant non-désiré. Et que cette souffrance, il l’éliminerait seulement en découvrant ce secret.

Et ma fille a mal compris. Probablement que je me suis mal exprimée.

Elle en a parlé à son frère, qui a appelé mon psychiatre. Quand j’ai reçu le message du médecin, j’ai eu peur.

Comme il était tard, je ne l’ai pas appelé. Un moment plus tard, mon fils m’envoyait un message, me disant que je devais continuer mes médicaments, et que nous avions rendez-vous le 21 novembre, en famille chez le médecin.

J’ai compris que tout était en route…

Je vais écrire le Démon, en mettant dans sa forme spirituelle, mon histoire.

Je suis donc né, le 26 octobre. Je suis né avec les deux sexes, le féminin et le masculin. Ma famille m’a inscrit sous le prénom de Jean-Claude. Je suis le quatrième enfant de mes parents.

Lorsque mon père a ouvert les yeux sur moi, pour la première fois, alors que j’avais cinq ans, et que j’avais été abusé, dans ce chalet de la Berra, et qu’il a appris que j’avais un sexe de fille, en plus du sexe de garçon, il est entré dans une rage folle, et il m’a ramené à la maison. Derrière les TROIS TOURS, dans l’appartement, dans lequel nous vivions. Il ordonne à ma sœur Marianne de me tenir, je me débats. Ma sœur fait tout pour plaire au père, car elle ne se sent pas aimé, et surtout elle a de la haine pour Jean-Claude, qui est une enfant Roi.

Je suis ivre, il me reste un peu de conscience, quand avec un couteau, le père me castre. L’horreur est telle, que ma sœur me mord dans le dos, pour ne pas crier de terreur.

Probablement avertie, par ma sœur aînée, ma mère arrive, avec sa sœur Suzanne. Rose est dans les bras, de ma mère. Et ce qu’elles voient, est une vraie scène d’horreur. Je me vide de mon sang, je suis amené à l’hôpital, où les médecins tentent l’impossible, ils arrêtent l’hémorragie, me reconstruisent, malheureusement, je meure.

A la maison, ma sœur sentant que ce qu’elle a fait est mal dit au père, qu’elle va tout dire. Le père l’attrape, lui tape la tête au sol. Là, intervient quelqu’un pour stopper le père, qui dans sa rage, sa colère et sa prise de conscience veut tuer également Marianne.

Ma sœur est dans un tel état de choc, qu’elle enfouie la scène de castration, au plus profond de son cerveau.

Je suis à l’hôpital des Bourgeois, dans la chapelle où j’y repose dans le cercueil. Ma mère, mes tantes de fribourg sont là. Ces femmes pleurent… Elles sont filles de sacristain, et elles ont l’habitude de toucher les corps des morts, pour apprivoiser la peur de la mort.

Et là, elles se rendent compte que mon corps, au troisième jour est chaud… Le curé est appelé. C’est un choc, un miracle… L’évêque est averti.

Pour éviter tout problème, décision est prise de laisser Jean-Claude comme mort, et de faire un faux livret de famille où apparait Françoise, sexe féminin, en quatrième place, alors que Jean-Claude monte en première place.

Tout est fait dans le plus grand secret.

Une force extraordinaire me fait redonner des forces. Lorsque je reprends connaissance, j’ai oublié tout ce qui m’était arrivé. Je suis envoyé avec ma sœur Marianne, en France, à Cannes, pour un séjour payé par l’église.

Je récupère, lorsque je reviens à la maison, mon caractère a changé. De méchant garçon qui semait la terreur,  je suis devenue gentille petite fille, curieuse de la Vie.

En grandissant, mon père n’ose rien me refuser. Je suis libre, je fais ce que je veux. J’explore le monde qui m’entoure. Mes sœurs sont jalouses, car elles, elles doivent obéir. Le père est moins violent, mais il a encore de grandes colères.

Au moment de mon adolescence. Surprise générale, mon corps se transforme, en fille. Mon père qui depuis son acte, culpabilise et a honte, tombe malade, alors que j’ai mes premières règles. C’est la consternation générale dans toute la famille.

La culpabilité de ma mère la pousse à boire, toujours plus. Leur secret les rend malades.

Ma sœur aînée tente de pousser mon père à me parler, à m’expliquer. Mes deux sœurs aînées, ainsi que la famille de ma tante Suzanne, savent.

Avec les souleries, les secrets sortent. Et peu à peu, autour de moi, le secret est éventé. « Elle est hermaphrodite ». D’où les deux scènes, que j’ai expliqué dans l’Ange, quand les gars de mon âge me regarde le sexe… Ils sont curieux. Et moi, totalement ignorante.

Je grandis, je rencontre Charly, qui apprend par mon père, le secret, et que je ne pourrai jamais avoir d’enfants. Charly, lui non plus ne peux avoir d’enfants, vu ses handicaps.

Un an après notre mariage, mon père décède dans un accident. Après s’être pour une énième fois, chicaner avec ma mère et ma sœur Rose. A ce moment, ma sœur est au courant, et le reproche à mon père. Il est accusé de tous les torts.

 

« Charly se rend compte que je parle la nuit, quand je suis ivre. Je parle du futur de « LUI ». Juste que LUI, n’est pas lui, mais moi… Charly dirige notre vie en recevant les messages qu’il reçoit lors de mes états d’ivresse.

Sans qu’il s’en rende compte, je le dirige, car l’Amour qui est en moi, sait ce qu’il faut faire pour me protéger. »

Je suis enceinte. Charly est stupéfait, et fait une crise de foi,e, et vomit son dîner, dans l’après-midi. Je cours annoncer la bonne nouvelle à Marianne de ma grossesse, qui reste stupéfaite. Ainsi que ma famille.

Nait ma fille, puis mon fils. Nous partons pour l’Espagne. Sur son lit de mort,  ma mère a tenté de me parler. Elle avait tant de honte, de peur que je la laisse. Elle voulait mon pardon. Rien n’est sorti de sa bouche.

« Il y a quelques jours, je l’ai vu ma mère, assise dans une salle d’attente, il me semblait qu’elle était au purgatoire. Son âme est accroché, elle n’a pas pu se libérer.»

 

 

 

 

3novembre 2016

C’est oups, comment dire-Puissant. Ce que je ressens. Ce matin, je me suis réveillée dans un état second, si je puis dire. Des « choses », des éléments se mettent en place, autour de Moi ! Et je dois me contrôler, car ses éléments sont essentiellement Mental-Matériel… Comme je le dis Puissant. Car si mon âme est celle de Jésus, cela veut dire, que toutes les autres âmes se réincarnent également. Les âmes qui contiennent le bien et le mal.

Car oui, l’âme n’est ni bonne, ni mauvaise, d’accord ! Les gènes seuls, sont porteurs autant de l’amour que de la haine.

 

 

 

 

 

 

4 novembre 2016

J’ai dormi quasiment 11heures d’affilé, j’en ressentais le besoin.

J’aurais pu écrire un livre sur un voyage stellaire sur terre. Car je suis vraiment divisé en deux. Je me pose la question, comment je serais, si j’avais les deux sexes.

En écrivant, je reçois une réponse, non pas une réponse, une solution. Je suis né mâle, il y a deux mille ans. Dans cette nouvelle incarnation, je suis femelle, bien qu’ayant de forts caractéristiques mâles.

Je repense à tout ce que j’ai vécu, chaque livre, chaque film avait une information qui m’a servi à « évoluer » depuis ma naissance.

Heureusement que je sais écrire et bien, même.

Ce deuxième livre, je le voulais explicatif, mais en fait, il est difficile d’expliquer plusieurs personnes, et leurs spirituels. Je me disais que j’allais disséquer chaque personnalité. Enfin je verrai encore, comment je le ferai. Pour le moment, je laisse les anges digéré L’ANGE. Je pense qu’il y a pas mal à faire.

Aujourd’hui, ce matin le ciel est clair, des nuages se promènent. Je vais aller marcher un peu, j’ai perdu du muscle.

J’ai besoin de me distancer de mes enfants, je suis la mère que je suis maintenant.

LE SILENCE EST D’OR. IL VAUT MIEUX SE TAIRE PARFOIS…

Je me fais beaucoup de soucis quant à ce que vont penser mes enfants… Je suis difficile, j’ai de la peine à me détacher d’eux. Ils doivent faire leurs expériences.

Mon corps et le parkinson…PFFFF…

Je suis un peu fatiguée mentalement…Car c’est tout de même une pression… Oui, c’est une pression…

Je crois que je déprime un peu…

Et le Monde va toujours plus vite…

J’ai la sensation que tous veulent profiter de ce que reste à vivre…

Aujourd’hui, je suis allé porter le tableau chez Solange (Cendrillon). Elle a apprécié, et ça m’a fait plaisir…

Je suis remuée, secouée… La neige va tomber

Je crois que Claudine a peur. Je la comprends tout à fait. J’ai l’impression que je fais tout de travers… Je perds, je ne sais quoi… Mais je vais gagner autre chose…

Cela m’énerve qu’Enrique ne réponde, ne corresponde que par mon cerveau. J’aimerais tellement qu’il me rassure… Car moi, c’est moi qui ai le plus peur… Ça m’énerve…

Je ne sais comment faire. Je dois laisser faire, j’aimerais tant une présence physique

Je ne comprends pas que ma fille aime tant regarder ses films, avec des histoires bizarres…

 

Aujourd’hui, je disais à Solange, pendant les informations, que l’Italie allait « tomber », sur le Moyen-Orient, que Rome qui représente le christianisme irait s’écraser sur l’islam, et probablement le judaïsme.

Elle n’a pas paru surprise, ou alors, elle n’a pas compris ce que je voulais dire…

 

Les gens qui lisent mon livre. C’est peut-être toujours les mêmes, le chapitre Espagne est le moins regardé. Les autres le sont un peu plus.

J’imagine le stress que doivent ressentir les artistes, leur grand stress. Je comprends mieux que certains se droguent pour supporter. Oh oui, quelle pression !!!

J’ai essayé d’appeler Nat, pas de réponse… Fâchée, vexée ou alors, elle s’en fout complètement…

J’ai reçu un appel sur ma boîte vocale : la Belle Françoise !

Probablement le paysan de Châtel st Denis. Un de mes premiers amants de ma nouvelle vie.

Je pense à Salman Rushdie, qui a écrit les Versets Sataniques. D’imaginer que sa tête est mise à prix, c’est hallucinant, cela démontre la sottise et l’ignorance de ces personnes.

Pourquoi y va-t-il tant de haine dans cette partie du globe terrestre ?

A cause, je pense de ce pétrole, qui est le sang des croisades, versé au nom du Christ.

Mon Dieu, Seigneur que c’est dur !!!

Je pleure sur mon sort, alors que partout dans le Monde des injustices ont lieu… C’est terrible. Il est temps que ça change… Ce n’est plus possible… Il est obligatoire que ça pète, que le pus sorte, que la surface de la Terre se nettoie.

Plusieurs fois, dans l’histoire de l’humanité, Dieu est intervenu. Là, cette fois, il a laissé faire, et c’est l’homme lui-même qui signe un grand changement…

Je sais que le Mal sera toujours sur Terre. Puisque le Bien et le Mal vont de pair…

Je suis fatiguée…

 

 

 

5novembre 2016

Le Démon se cache, là où on s’y attend le moins.

Il est la Beauté, l’Amitié….

Impossible de vaincre le Démon. Il faut le dominer pour qu’il se tienne à carreau… Qu’il plie les genoux… Je rectifie, qu’il se tire… Loin de L’Ange…

Ceci est pour la matière…

Pour le spirituel… Comment dire, nous avons une infime partie de l’opposé en nous… C’est ce qui nous permet d’évoluer…

Dans la Bible, les mots sont simples.

Tu n’adoreras aucune image…

Aucune relique ne subsistera, qui permettrait de créer une nouvelle religion, comme celles qui sont sur Terre…

Je vais avec regret éliminer le tableau de l’Ange… Le Monde a vu l’Image, Le monde sait que l’Ange arrive…

 

Je le garde !!!Quelle stupide erreur !!!

Mon corps est totalement divisé en deux !!!

Pour le moment mon Esprit doit fortement résister !...

Je me suis rendue compte que la médaille que m’a offert mon fils, a un champ vibratoire énorme… Des vibrations de ce genre, il faut les canaliser, les dominer car elles sont très néfastes. Rien ne sert de vouloir les éliminer, même avec le feu, elles sont de toute manière éjectée dans l’atmosphère. Elles sont des atomes, qui se chargent de positivité ou négativité, c’est selon…

C’est évident…

 

Aujourd’hui,  je suis allé manger à Fribourg. J’ai lu la Liberté, je regarde toujours la page de l’Evangile.

Luc, en Gros dit ceci : Choisi entre Dieu et l’argent !

 

 

 

6novembre 2016

ANALPHABETE RELATIONNEL !!!

 

 

 

9novembre 2016

7h00 du matin, Donald a gagné… Et je sais que j’ai fait de mon mieux ! Du mieux que je pouvais.

Augustin deviendra un homme important, en Amérique de Donald.

Le Monde va changer. L’Amérique, les Amériques vont être scindées en deux, ça sera la Révolution.

Ici, en Europe, il y a l’Evolution… L’Italie, ou du moins une partie va se détacher et écrasera le Moyen-Orient…

Ce matin, je me suis réveillée en paix !

Hier soir encore, j’étais écrasé par la puissance négative qui dégage d’Augustin.

Je sais que malgré tout, j’ai semé une graine d’Amour, dans son cœur…

Je sais que je vivrai pour que les graines d’Amour que j’ai semé, croissent et répandent leur Amour.

Je veux attiser la flambée de l’Amour

LOVE AND PACE…

Je sais que mon fils sait que je porte le fruit de l’Amour…

Je sais que ma fille sait que je porte le fruit de l’Amour…

J’aime mes deux enfants, je leur ai donné le meilleur de moi-même…

Dès lors, je peux vivre tranquillement…

Je sais enfin, je crois savoir…J’attends encore un peu, pour écrire la suite… De mon histoire d’avant…

Le Démon sera écrit, il manque quelques éléments…

 

 

 

Le 10 novembre 2016

Ce matin, je me suis réveillé tôt. Le sommeil, les rêves… Aujourd’hui, je le sais, est un grand jour… J’ai peur, enfin une moitié de moi a peur, l’autre moitié a confiance. Je sais tellement de choses. Mais le plus important, je veux redonner confiance en l’Amour, aux peuples, aux humains…

Car depuis hier, le Monde a peur. L’Amérique a élu la plus terrifiante des marionnettes, que ce continent n’a jamais eues.

Oui, le Monde a peur, encore plus que des catastrophes naturelles. Quand la Nature sévit, le Monde sait qu’elle laisse une place, au renouveau. Avec ce qui est né hier, en Amérique, c’est le désastre assuré pour l’humanité.

Heureusement, Dieu a mis à germer une graine, qui avec l’Amour qu’elle va recevoir va germer, s’épanouir.

Lorsque je parlais avec Enrique, j’imaginais que le Monde entier vivrait dans le bonheur.

 

Le fait est que le bonheur existe que si le malheur existe….

Je sais qu’Arsène lit ce que j’écris. Je me suis longtemps demandé où était placé cette caméra, qui lui donne accès à ma chambre… Peu importe qu’il me voit ou non… Je sais !!!

 

 

Je sens qu’Augustin ira en Amérique… Car en réalité c’est son rêve. Cette fille péruvienne est un pion, dans son choix. Dans ce qu’il a prévu. Il me reniera, il aura honte de moi. Comme ses grands-parents ont eu honte de leur fils. Eux, qui ne sont pas venus nous saluer, au Bilboquet, lors de la soirée, que nous avons passé, Charly et moi, avec Brigitte et Rémy.

Ils étaient les parents de Charly, avec le frère de celui-ci, accompagné de sa femme et des enfants. Les parents ont fait, comme si Charly n’était rien pour eux, quelle honte.

Charly a fait exactement pareil avec Augustin, devant la maison. Lorsque la police a appréhendé Augustin, Charly a fait comme si il ne voyait pas. Je me suis dirigé vers le groupe… Et Charly m’a suivi…

En fait, je n’en sais rien… Peut-être Augustin sera fier, et Claudine aura honte… Ou alors les deux seront fiers de leur maman…

J’aimerais tant avoir une présence physique près de moi…

J’ai une présence en Moi qui est énorme… Je sais qu’une de mes deux moitiés y croit et que l’autre n’y croit pas, ou pas tout le temps…

J’aimerais que mes deux moitiés se mettent à l’unisson pour accueillir mon 3ème enfant…

L’Enfant de l’Amour de mes deux moitiés…

 

Le chemin de Compostelle…

Je viens de terminer mon Chemin de Compostelle…

Chemin initiatique pour me retrouver…

Je ne savais pas que j’étais perdue… Ou plutôt, je ne savais pas qui j’étais. Cette dernière année a été la plus éprouvante. Oui, je peux le dire, car j’étais entre deux Mondes. Le Monde de la Matière, et le Monde spirituel… Je naviguais entre deux eaux… Souvent, j’ai cru devenir folle, car j’attendais, j’étais impatiente que tout arrive…

Alors je me rends compte, maintenant, que j’ai besoin de reprendre possession de mes deux Moi…

De naviguer seule, mon Vendée des Globes à moi…

Lorsque j’ai su, j’ai compris que je portais l’Enfant, je voulais que les autres sachent, car je n’y croyais pas… Il me fallait le matérialiser, je voulais le voir… De mes yeux, l’entendre de mes oreilles, par l’intermédiaire d’un médecin, d’autrui…

Je le sais maintenant, j’avais peur… Il me fallait une date, une naissance… Quand, comment… ? Une grande question… Il y avait ce physique, qu’il me fallait voir…

Je me rends compte de ce que devaient ressentir les femmes, quand il n’y avait pas la science, quand c’était dans les mains de Dieu, qu’était leur destinée…

Mais si je veux vivre, participer à l’Evolution du genre humain, je dois lâcher prise… Très difficile pour Moi… Qui ai toujours tout contrôlé… Arrêter de réfléchir, laisser faire Dieu… Me mettre dans la peau d’un humain de la première heure… Première humanité…

Maintenant, nous savons tellement de choses…Sur notre corps, la Terre, l’Univers… Nous savons la magie des chamanes, Il y a même des gens qui arrivent à quitter leur corps, pour monter dans l’éther… Mais nous ne savons pas aller dans notre propre corps. Nous savons soigner, opérer, médicamenter notre corps. Pour cela, nous avons besoin des autres et de matériel… Mais nous ne savons pas aller, nous-même dans notre propre corps…

Par la méditation, les bouddhistes disent que oui, ou par le contrôle du mental, pour d’autres… Mais encore personne n’a fait le voyage n’a l’intérieur de son corps…

Je vois encore ce film, lorsque j’étais adolescente, où le monde scientifique injectait une fusée miniaturisée, avec un homme à bord, pour explorer l’intérieur d’un corps. Cela m’avait fasciné.

En fait notre corps est un Univers, à part entière. Nous savons théoriquement comment il fonctionne… Mais, nous ne connaissons encore rien. Bien sûr la science avance rapidement. Mais pas toujours du bon côté.

J’ai expérimenté ce dernier mois, pendant mon sommeil. Je suis rentré dans mon corps, j’étais dans mon ventre, dans mon intestin. Je devais faire attention à ne pas m’accrocher, à faire des nœuds…

Une autre fois, j’étais en connexion mentale avec l’Enfant… Un éclair, juste un moment où je revenais dans mon esprit…

Oui, nous savons faire des choses merveilleuses, mais nous ne nous connaissons pas… Nous connaissons la structure, la peau, les organes, nous savons où ils sont placés, comment ils fonctionnent…

En fait notre corps est un astronef, dont nous prenons possession à la conception de l’être… Et nous ne savons pas l’utiliser, car il va dans tous les sens…

Nous sommes au début d’un Nouveau Monde, celui du Monde Intérieur…

J’ai envie de faire l’amour… Des caresses, de tendresse…

 

 

 

 

11novembre 2016

J’ai retrouvé ma moitié, je suis enfin entière. Je me suis réveillée ce matin, avec la sensation, que j’avais retrouvé mon animalité… D’abord, je me suis sentie comme un singe, qui s’accroche avec ses pattes, de branches en branches. Puis j’ai eu la sensation, que je pouvais voler, comme un oiseau… A ce moment, j’ai pensé que je ne pouvais pas être un oiseau, car je n’avais pas d’ailes…

Curieux état… Mon excursion hier, à Genève pour m’imprégner des chamanes de l’Amazonie,  m’a ouvert l’Esprit.

Je crois que je suis là, présente sur Terre, pour donner de l’Espoir aux gens… Quoiqu’il arrive, il faut garder l’Espérance…

J’ai une grande intelligence, ou plutôt un grand savoir…

Durant toute ma vie, j’ai appris, je me suis instruite en côtoyant des personnes. Mais Surtout en lisant. Pour le moment, je me dois de reprendre possession de mon corps. Car durant une année, j’ai vécu sur le monde spirituel.

Je sais que je connais les histoires de personnes qui m’entourent. Souvent les gens ne développent qu’une part de leur personnalité.

 

 

 

Le 12novembre 2016

Les éléments qui manquaient se mettent en place, doucement.

L’homme qui est venu hier, est un homme de main d’Arsène. Quel grand homme, ce petit homme,  mais je ne suis pas encore prête à écrire son histoire. Il me manque des éléments sur lui…

Je vais parler de François. Je l’ai connu, à l’époque du Cabs. Il est marié avec cette femme qui venait rendre visite à l’un des Daltons.

J’ai remarqué assez rapidement, que François me ressemblait beaucoup. Déjà par l’âge, il est de la même année, du même mois, lui du 29 octobre. Il a une tâche dans l’œil gauche. Il est peintre.

Il est celui, qui est né, pour tromper les russes. Car il s’agit bien de cela.

Nous avions été invités, Charly et moi, il y a plus de trente ans, à la soirée d’anniversaire de François. Il y avait beaucoup de monde des Arts… Dont des russes… Qui probablement vivent maintenant à Dompierre, et ailleurs bien sûr… Je parle de russes, car je ne connais pas leurs noms.

Pour que vous puissiez me suivre, je dois vous parler du troisième secret de Fatima.

Un secret a de secret, le fait qu’il ne reste pas longtemps secret. Il y a toujours quelqu’un pour découvrir un secret.

Donc, il est probablement écrit :

-Un homme donnera naissance à un Enfant. Cet homme se prénomme François, et qu’il vit dans une ville libre (Freiburg-Fribourg), qu’il a une tâche dans l’œil.

Et ils se trompés… Les russes n’ont pas vu cette femme (moi), qui était présente, mais caché derrière son mari.

Par la suite François a évolué, et les russes se sont rendu comptes qu’ils se sont trompés.

Mais pendant ce temps, je suis parti 8 ans en Espagne, me cacher avec ma famille et mes livres…

Je me suis réveillée peu à peu avec mes lectures.

L’Evangile de Jean, de Jacob Lorber.

Le Chant de l’Esprit/ La Sagesse Visionnaire de No Eyes, raconté par Mary Summer Rain.

C’est en lisant ce livre, que j’ai perçu un message :

Une femme suisse, changerait le Monde. Ce monde basé sur le matérialisme, oubliant la Nature, Mère Nature…

J’avais encore d’autres lectures. L’Evangile de Jean a de nombreux tomes, j’ai appris beaucoup.

En même temps, j’apprenais à me connaître, à reconnaître la femme que j’étais. C’est grâce à une ex, de Charly, que j’ai compris la force que j’avais… En moi…

Je découvrais une partie,  Charly en avait découvert une autre…

Lui avait reçu le secret de mon père. Peu de temps, avant sa mort, en fait juste avant que je me marie avec Charly, ils sont allés aux champignons. Charly s’était rendu compte que lorsque j’étais ivre, et peut-être pétée, quand je ne savais plus qui j’étais,  je tombais dans l’inconscience, je parlais…

Je parlais du futur, de mon futur, et comme je parlais en « lui »…Il a cru que je parlais de lui, Charly…Il savait qu’il se passerait de grandes choses…

Que nous irions en Espagne, que notre huile serait excellente, car les olives cueillies avec amour, et les oliviers entretenus avec le même amour produiraient un nectar digne des Dieux.

Cependant Charly avait la folie des « grandeurs ». Il imaginait en grand, vendre, plus qu’il ne pouvait produire. Alors il achetait de l’huile en supplément, que je mélangeais, bien contre mon gré, avec notre huile. Ce qui m’était le plus difficile, c’était de proclamer que je vendais mon huile, alors qu’elle était mélangée. Je ne sais, et je n’aime pas  mentir. Surtout, si c’est pour du commerce.

Là, je dois dire que Charly a été trompé par sa vanité, son orgueil.

Je sais maintenant qu’il devait fumer, car dans sa tête, il ne savait plus. Mon père lui avait dit, que j’étais hermaphrodite, que nous n’aurions pas d’enfants. Ça l’arrangeait Charly, car sa famille lui avait rabâché depuis son plus jeune âge, qu’il ne pourrait jamais avoir de gamins.

Et de plus il était certain qu’il ferait de grandes choses, car dans son cerveau LUI, c’était lui…

Au moment, où je lui ai annoncé que j’étais enceinte, il est tombé des nues, il a dégueulé, il a eu peur…Mais il s’était piégé lui-même, car s’il a parlé à mon père, c’est sa curiosité, son désir de grandeur. Peut-être également, lui était parvenu « les rumeurs », qui l’ont poussé à découvrir le secret. Au moment de la naissance, il ne pouvait plus fuir

 

*C’est intéressant, comme l’histoire se répète, d’abord Charly, ensuite Arsène.

 

Tout cela, je l’écris maintenant, mais imaginez qu’à l’époque, je n’en savais rien. Absolument rien…

Je sens, enfin j’espère qu’il saura « pardonner ». C’est pour cela, qu’il m’a toujours accusé d’être la fautive, que je ne lui faisais pas confiance. En quelque sorte, c’était vrai…

Rarement, j’ai fait confiance en une autre personne. En fait non, c’est faux. Je faisais, je fais confiance, mais dès le moment où je sens qu’il y a tromperie, c’est plus fort que moi, je me méfie.

Surtout, pour ce qui est des mecs, qui prétendent être amoureux.

Quand j’ai rencontré Enrique, rapidement j’ai senti qu’il y avait « quelque chose » d’imperceptible. Maintenant, évidemment, je sais…

Lorsque je suis arrivé sur les sites de rencontre, j’ai été repéré… Pour ma beauté… Je rigole… Pour mon Intelligence… J’en doute. La plupart du temps, je crois que j’ai laissé l’image de « gentille fille », Baba Cool…

Enrique, j’en parlerai plus tard, car c’est un être à part… Il fait partie de ma garde rapprochée », même s’il vit à 150km de chez moi… C’est celui qui est le « plus proche ».

Charly est reparti vivre en Espagne. J’espère que tout ira bien pour lui, et ses rêves… Mais je pense que tant qu’il fume du shit, il va stagner. Il y a en lui, beaucoup de souffrance. Comme beaucoup de gens qui ont souffert dans l’enfance, il s’est transformé en pervers narcissique.

Arsène est le Roi de Fribourg. Depuis notre première rencontre au bord de la piscine de la motta, il a voulu que je lui appartienne.

Quand il m’a revu au Cabs, il avait le même désir. Quand il était assis avec Charly, et un autre gars. Moi, j’avais des yeux que pour Charly, qui me faisait rêver.

Arsène, je sens qu’il était présent, mais je n’arrive pas à « l’identifier » dans ma mémoire. Par contre, rapidement, il a pris un autre chemin, Arsène…

Pour revenir à la blonde russe. Je pense qu’elle a engagé Arsène, enfin engagé… Entendons-nous ! Ils se fréquentaient, elle était sa maîtresse. Il doit posséder toutes les femmes… C’est un besoin pour lui. Peut-être moins maintenant…

Revenons à la femme russe. En fait, je l’ai presque croisé, quand je travaillais au Manoir. Une de mes collègues, d’origine russe, médecin-pédiatre, avait pour consigne de m’amener vers Dompierre.

J’avais rencontré le mari de ma collègue. J’ai vu ses deux enfants. Toute la famille, très intelligente. Des sommités, dans leur branche respective.

Le mari de ma collègue était gravement atteint, et était en convalescence à Dompierre. Je ne connais pas l’endroit, je ressens que c’est plus qu’un centre orthodoxe russe, oh oui, beaucoup plus. Je pense être dans le juste, quand je dis, que c’est carrément l’ambassade russe d’espionnage.

Les filles russes, qui passent par le marché de la prostitution passent par eux, via Arsène.

Arsène est curieux, normal, détective privé. Il a toujours su mettre ses yeux et ses oreilles, là où il fallait. Un sacré gars !

Je dois reconnaître que c’est un plaisir d’être son « ennemie préférée »…Je suis une Arsène-Bond-Girl…

Je vais parler de ma ville, de notre ville à Arsène et à moi.

Bien qu’il ait du sang italien, il est parfaitement fribourgeois.

Donc Fribourg est une ville de surface. Egalement un emmenthal (j’aurais bien dit gruyère, mais celui-ci n’a pas de trous). La molasse est facile à creuser. Et Arsène, s’est fait une ville « souterraine », là-dessous. Dessus, il est David… Détective privé, présents dans les grandes villes de suisse…

Ah, j’imagine le biseness, qu’il se serait fait, si j’avais accepté d’être sa soumise. C’est qu’un homme comme lui, n’en a jamais assez, trop gourmand…

Donc Arsène a toujours écouter aux portes, il veut tout dominer… Lui, aussi a été maltraité dans son enfance. Père hyper violent, alcoolique. Lui, a toujours été petit, de taille.

Comme je l’ai aimé cet homme, oh oui, j’en étais folle. Dans ma tête, il y a une année et demie, quand j’étais dans les hautes sphères, je nous imaginais partir à la recherche du « Trésor des Templiers ». Nous l’aurions trouvé. Mais comme il ne fait confiance qu’en lui-même. Les autres, il leur fait confiance, car il les tient d’une manière ou d’une autre. Il connait tout, des gens, leurs désirs, leurs vices, leurs défauts… Leur talon d’Achille… Oui, leur talon d’Achille…

C’est presque ennuyeux pour moi, d’écrire cela, car je sais…

Là, il est probable, qu’il doit avoir peur que ces notes se révèlent au grand jour… Qu’il soit découvert… Je ne vais pas le faire chuter, pas besoin… Il va chuter à cause ou grâce à ce qui va arriver…

 

L’être humain sème le chaos sur  terre. J’y participe aussi, puisque je vis et consomme.

L’humanité va être secouée. Sur terre, par ce qui se met en place aux USA… Guerre civile…

Sous terre, par ce qui se prépare…

Terre mère est souffrante, car nous l’avons exploité, par tous les sens, les bouts… Elle est malade, là, elle a de la température, elle s’autorégule, elle va suer, beaucoup suer… L’eau va sortir des Alpes…  L’Italie va encore être plus secouée. Imaginez cette botte, elle va se détacher, et tomber sur le Moyent-Orient…

Rome, capitale du christianisme va entraîner dans sa chute l’islam, la Mecque, en Arabie Saoudite, et Jérusalem, capitale du judaïsme…

Les sismologues italiens le savent, il n’y a rien à faire. Impossible de faire tomber la fièvre de la planète bleue. Les hommes ont eu la fièvre de l’or et du pétrole, et maintenant, ils se préparaient pour la fièvre de l’eau, cette eau, que certains voyaient déjà canalisée, métrée, domptée…Cela se serait appelé la fièvre de l’OR bleue…

Je fais partie de la Terre, de l’humanité… Et comme vous, je vais voir, ressentir ce qui se passera…

Alors, vous imaginez bien que l’histoire d’Arsène, c’est un pet dans l’eau, une bulle à Bulle…

L’histoire d’Arsène sera une légende, peut-être… Car je dois le dire… Je pense qu’il a beaucoup aidé sa ville, pour qu’elle se développe… Bravo Arsène… Je pense que tu as en toi, beaucoup de positif…

Il y a que pour le moment, je te sens comme un analphabète relationnelle…

J’ai envie de t’apprendre à t’ouvrir à la relation humaine… Sans contrepartie…

Je t’aime beaucoup…

Arsène, si tu lis cela, tu dois bien te foutre de ma poire, car oui, c’est moi l’analphabète relationnelle…

Oui, c’est vrai !!!

Incapable d’avoir même, ne serait-ce qu’une amie…

Incapable d’avoir un amant…

Incapable OUI… Mais moi, je sais raconter des histoires, et ton histoire, Arsène, s’intitulera

 

LA LEGENDE DE ROBIN DES BOLZ

 

 

 

 

 

Le 13 novembre 2016

Oui, Robin des Bolz, sera une légende…

L’histoire d’un homme prêt à tout, pour régner en maître.

Arsène, j’ai choisi ce nom, car il fait référence à une série des années 1970. C’était un voleur-gentleman-cambrioleur. Mais l’Arsène, dont je parle est tout sauf un gentleman.

Très tôt, il a abusé, il a utilisé les gens afin de les asservir…

J’ai été amoureuse de lui, dès le moment où mes yeux ont changés, et qu’il a vu de l’amour dans mon regard. Il a pensé que le tour était joué.

Il a été mon « objet ». L’objet pour concrétiser mon projet. Il fallait qu’il y croie. Il a cru, et il a fait semblant d’aller dans mon sens, pour pouvoir avoir le fruit de cette rencontre.

C’est un homme prêt à tout, quand il m’a envoyé son fantassin, c’était la dernière fois, pour voir.

Je sentais qu’il y avait quelque chose de pas clair, pas honnête. En fait il a empoisonné cet homme avec un produit. Vu qu’il a accès aux méthodes russes, qui se permettent tout, absolument tout pour arriver à leur fin. (En écrivant, je me rends compte, qu’Arsène est <l’esclave> des russes).

 

Je ne suis pas certaine, mais cet homme devait me scanner pour voir l’intérieur, de mon corps. Le pauvre homme. Il va mourir, s’il ne l’est pas déjà maintenant…

 

Arsène connaissait la famille F. quatre ou cinq frères. Il les a tous utilisés. Un des gars, qui avait participé au braquage de la banque du Jumbo, a été condamné. Il y avait mort d’homme et l’argent avait disparu…

Disparu, mais pas pour tout le monde… Et oui, Arsène a récupéré ce fric… Il était jeune mais, déjà sa ruse, bien développée… Prêt à tout… Il a utilisé les « pouvoirs » d’un des membres de cette famille, qui pratiquait des messes noires, les tarots, etc… Enfin, tout ce que vous pouvez imaginer…

 

Hier, je suis allé au Forum de Fribourg, sur les médecines alternatives. Je crois que les gens ne se rendent pas compte des dangers potentiels, qu’il y a dans certaines de ces mouvances. Il y a beaucoup de pervers narcissiques dans ces milieux-là. Et pas seulement masculin…

Certaines idées sont bonnes, mais mal utilisées. Par exemple, le pouvoir des Pierres. Les gens ne se rendent pas compte que pour de l’argent, ils puisent dans la Terre. Et que les miniers vont toujours plus profonds, pour trouver la Pierre… Ce qu’ils ne savent pas que ces Pierres ont des pouvoirs, effectivement, elles peuvent être maléfiques ou bénéfiques. Tout dépend de la manière, utilisée pour l’extraire, de la pensée qu’avait la personne en l’extrayant…

 

Hier,  je pleurais sur ma solitude. Mon incapacité d’avoir des ami,e,s, et des amants…

Pour ce qui est du sexe, pour le  moment, je suis désintéressée… Sans envie…

 

 

 

Le 14novembre

Quelle journée, hier. En fait une belle journée… Avec mes deux enfants…

Ils m’ont éclairé, en fait cela fait un moment, qu’ils m’éclairent déjà… Sur ce que je suis…

Je n’ai plus de doutes, je suis hermaphrodite. Et je vous promets, que ce n’est pas rose, tous les jours.

Augustin craint que je sois hermaphrodite, car il voit que le côté sexuel, matériel… Péché, Satan… Enfin toute la schématique, qu’une partie des gens, ont.

Donc, il est bloqué. Je comprends dans quelle mouvance, il est… Il sait qu’il doit vivre avec toutes les tentations féminines, pour lui, mâle…

En fait, il revit la même chose qu’avec Alexandra. Dans une autre dimension. Enfin, je ne dirai pas dimension. Car c’est toujours une problématique matérielle, même si cette fois, la drogue est la religion.

Son amie Katia est fervente catholique. Je pense style <Notre Dame> de Fribourg qui doit être lié à cette église très fermée en Valais( Econe)… Très dure et Xénophobe… Bref droite extrémiste… Et là, depuis que je lui ai parlé des pouvoirs des idoles. Je crois qu’il s’est mis à réfléchir… Et là, je me suis rendue compte que je suis masculine, dans ma manière de réfléchir…

Et en même temps, je ressens les <choses> comme ma fille, et je pense également ma petite-fille.

C’est avec Claudine, que j’irai voyager au Macchu Picchu et à Tingo Maria…

Hier Augustin était un peu triste… Je le comprends… Il a pensé,  il a réfléchi, il aimerait que ça se passe comme il aimerait. Comme les pensées qui proviennent du désir sexuel sont présents en lui, la force dominatrice masculine.

Schématiquement, les hommes réfléchissent avec leur queue. L’objectif est toujours, souvent la satisfaction personnelle, sexué, la force dominatrice mâle…

Schématiquement, les femmes réfléchissent avec leur cœur. L’objectif est de réunir, d’arranger, protéger et avancer dans la même direction, pour un même objectif…

Mais, il y a des exceptions car il y a des hommes très féminins, et des femmes très masculines…

Et quand comme moi, vous êtes femme et homme, avec en plus dans chacune des parties, une infime partie de l’autre… Je vous laisse imaginer, si vous y parvenez, à ressentir ma situation… Je suis les deux sexes, même si je n’ai plus le sexe mâle, visible. Il est visible dans ma manière de penser, de réfléchir…

Wouaw !!!

Alors, il me faut agir avec zénitude, avec Augustin, car s’il semble plus fort que sa sœur, il est le plus fragilisé, car sa queue règne sur son cerveau…

Il croit aimer cette fille. Il aime l’image de superficie, car il ne connait rien d’elle… Je ressens qu’elle est dans la vie très dure, s’il a une relation prolongée avec elle, elle le dominera. Car oui, Claudine a raison. S’il elle n’a pas présenté Augustin, à sa famille, c’est que quelque chose est louche…

Pour le moment, je ne vais pas brusquer Augustin… Le pousser à avoir d’autres repaires, à se diriger vers d’autres horizons… Hier, je lui ai proposé de lire SIDDARTHA d’Hermann Hess. Je pense que ça pourrait le calmer… Il doit encore apprendre, cela il le sait déjà, je lui en ai déjà parlé. Qu’il ne faut pas se morfondre sur les erreurs du passé… Ce sont des expériences…

Maintenant, pourquoi cette situation ?

Katia veut m’attirer vers elle, vers les chefs de son église, qui comme beaucoup d’autres églises et mouvances sont attirés vers moi. Chacun veut me contrôler, me dominer… Aucun ne m’intéresse… Je ne veux pas dominer le Monde. Quand la domination rentre en ligne de compte, la révolte gronde… Logique…

Je veux être libre… Pour libérer… Les gens de leur crainte…

 

Tous ces gens ne sont peut-être pas conscients… C’est leur ancêtre ADN, qui les poussent… Vers moi… La psycho généalogie…

 

 

 

16 novembre 2016

Hier, je me disais : Je me calme, je ne pense plus à la spiritualité…

Je mène une vie d’ascèse, oui, car je le veux pour le moment, ascèse sexuel.

C’est drôle, en y réfléchissant, si quelqu’un d’autre vivait mon histoire, cette personne serait probablement folle, ou en phase de le devenir. En regardant ce qui m’est arrivé, depuis plus d’une année, maintenant, a de quoi vous rendre dingue… Ça bouge dans mon ventre… Je pense que c’est un bébé, mais il ne donne pas de signes de vouloir sortir… Au contraire, il veut rester bien au chaud…

Pourquoi peut-il rester à l’abri ???

C’est que l’Enfant, que je porte n’est pas n’importe quel enfant… C’est l’Enfant de l’Evolution…

Dans une grossesse normale, l’enfant est totalement calfeutré, protégé de l’extérieur… Il entend, perçoit, tout est sous contrôle, si je puis dire. Enfin, normalement, quand une femme se porte bien physiquement et psychiquement, l’enfant nait normalement et en bonne santé… Avec dans son corps, des gènes qui transportent tout de ces deux parents…

Plus ou moins…

Dans mon cas, et celui de l’Enfant… Tout est différent…Je le sais… Ne me demandez pas :

-C’est quoi la différence ?

-Justement, je n’en sais rien !!!

Et c’est là, que ça m’énerve ! Car j’aime contrôler… Et là

NADA  NIET  RIEN Pas de contrôle… Lâcher prise totale !!!

 

Pour mon livre, L’ANGE, parfois je suis triste,  mais je me ressaisis. Mon égo aimerait lire des commentaires… Heureusement, que je l’ai mis sur mon blog. Comme cela, je vois le nombre de fois qu’il est vu.

Et le côté positif, c’est que ma sœur Marianne l’a lu… Je n’ai pas eu de commentaire sur mon hermaphrodisme. Ni de Solange d’ailleurs. Elle, ne l’a pas lu, mais elle m’a dit qu’elle lisait les mots qui apparaissent sur Facebook…

Et pour moi, c’est déjà un point positif. Aucune des deux nient, ce que j’écris… C’est bien…

Pour ce qui est de mon cerveau, il est toujours autant chargé…

Parfois, j’ai peur…

J’ai peur quand je veux contrôler, justement, car je voudrais contrôler… La force qui est en Moi, m’aide beaucoup. Ainsi que mon ange Enrique.

Car maintenant, je sais qu’il est mon ange, et parfois mon démon. Cela dépend à quelle partie de mon corps, il s’adresse. C’est marrant, je comprends cela maintenant.

Parfois, je dis aux gens que nous sommes tous l’ange de quelqu’un… Parfois, même nous sommes mutuellement l’ange l’un de l’autre…

Arsène, lui… Je crois que je ne sais pas encore croire de sa part… Car lui aussi, comme moi, veut absolument tout contrôler… Mon corps, mon esprit, mon natel, mon ordi, mon appartement… Tout !

Le hic, pour moi, je ne suis pas sûre du but, de son but…

Amour, pouvoir… A-t-il de l’amour pour moi ? De moi pour lui ?

La difficulté quand on espionne quelqu’un et que le quelqu’un le sait. C’est que l’espion est pris à son propre piège. Exactement comme pour Charly…

Bon peut-être vais-je prendre un bain ?

Hier, je suis allé au yoga, cela m’a chamboulé le cerveau, mais lequel ?

Heureusement que je suis sexué femme. Imaginez que je doive encore dominer un 3ème cerveau…

Tiens cela me donne une idée. Quoique je dirais plutôt que ça  me remet en tête la théorie de la Trinité…

J’ai besoin de spiritualité, de m’y baigner…

 

 

 

17 novembre 2016

Bizarre… Enfin non. Maintenant, je sais que je suis passé à une autre étape… Maintenant je sais que l’enfant est bien présent…

Durant les six derniers mois, je me suis reposée, pour laisser l’Enfant prendre place dans mon corps. Jusqu’à aujourd’hui, je pensais être totalement laissé pour compte, mais c’est faux !

Durant ces six mois, j’ai souvent eu peur de devenir folle… Mais rapidement, je me remettais en forme, car je savais que j’avais une grande force en moi… J’ai pleuré, souvent… Me posant la question, si c’était bien ou mal ?

Si j’étais une sainte, une savante folle… Qui étais-je ? Je me suis isolé pendant plusieurs mois. Puis un moment, j’ai eu envie d’en parler,  mais à qui ? Et puis j’en voulais à Arsène. D’être si proche et si loin en même temps. J’avais envie de lui, et je le haïssais. Je voulais, je ne sais pas quoi au juste. Je voulais agir.

 

Ensuite, j’ai eu envie de reprendre ma fiche avec Vyoletha. Enrique s’en était bien occupé durant mon absence. Il fait toujours un travail formidable.

J’y fis plusieurs rencontres,  certaines virtuelles, d’autres réelles.

Je rencontrai Johann, soumis comme un bon chien, un bon clébard… Il vint deux fois chez moi… Très fort… La sensation… Sentiment après la première rencontre, que je savais sa détresse… Il m’a appris beaucoup de choses sur moi…

J’y croisai une femme, <ellecouletoujours>. Elle me ressemblait, pas physiquement, mais dans ce qu’elle recherchait, en étant, je ne sais plus exactement les termes, comme Arsène m’aimait dominante, afin de bien se faire baiser. En fait, c’était une fiche qu’Arsène avait fait,  je ne sais pas dans quel but.

 Dans la même période, je vis la fiche d’Arsène, avec sa photo. Ah, celui-là, il me plaisait toujours…

Je contactai Arsène, via le site… Il reprit contact avec moi, par wattsap… Je le sentais chaud, comme jamais… Prêt à se mettre à genou… Prêt à se transformer en chien… Pendant plusieurs semaines, nous discutons… Un dimanche, alors qu’il devait venir le soir, je lui envoie des messages très chauds… Quelques minutes plus tard, il m’envoyait un message me disant, que je devais arrêter de lui courir après.

En vision, je vis qu’il avait laissé le téléphone, sur le tableau de bord de sa voiture à disposition ou plutôt, qu’il oublia de le prendre avec lui, quand sa femme lui demanda d’aller, je pense, chercher une chose oubliée.

Elle regarda ses messages. Jalouse, bon je comprends, il a été obligé, entendons-nous, il a pris le parti de prétendre que je le harcelais… Facile !!!

Pendant ce temps, je draguais… Je me donnais du plaisir… Je ne me souviens pas à quel moment, arriva celui que j’appellerai Christian, de Célibataire…

J’acceptai de le recevoir. Gentil garçon… Petit, musclé, sportif… Il est venu une fois, deux fois, la troisième fois, j’avais récupéré la totalité de mes envies de mes désirs… Cette troisième fois, je l’ai renvoyé, car après avoir eu son plaisir, il ne voulut plus s’occuper de moi, qui suis resté sur ma faim, il  est parti en courant, tant ma colère était grande.

Chaque fois que je recevais un homme, je donnais toute mon énergie, le meilleur de moi-même, pour que la rencontre soit agréable.

J’ai eu dans cette période, des expériences, en fait une expérience… En pensé, me rejoignit, un samedi matin, Paul, dans  mon lit… Je vis le drap bouger, je ressentis une présence… C’est à ce moment-là que je pensai à Arsène, l’amenant à se prostituer pour moi… C’est en fait, le jour suivant qu’il m’ignora auprès de sa femme(la vision que j’ai eu)…

 

Le soir 17 novembre

En me baladant, j’ai rencontré Asmira, qui bossait avec moi à la Résidence, j’ai fait sa connaissance durant ma période passée aux Epinettes.

Je lui ai donné à lire mon livre…

J’ai enlevé de mon blog, mon livre. Je pense que les personnes qui devaient le lire, l’ont lu. Maintenant je veux le voir en papier, le toucher, le palper. Je vais commencer petit… Parfois il est vrai que je rêve trop grand. Alors qu’en fait, ce n’est pas nécessaire. Il faut surtout qu’il arrive là où il doit…

Après tout, tout travail mérite salaire… Ce matin, j’allais presque le remettre sur mon blog, j’étais dans l’idée, qu’il faut le partager à tout prix… Gratis. Après je me suis dit que non. Oui, je vais le mettre sur papier.

Bon, je vais arrêter de parler d’Arsène. Ça me fatigue plus qu’autre chose, enfin surtout je tourne la page…

Je vais essayer de développer la formation de l’Enfant…

C’est fou, une année, qu’il se développe dans mon deuxième cerveau qui est mon intestin… C’est tellement fou, que je doute souvent… Mais dès que je le sens bouger, parfois, je sais alors que c’est réel…

Une année qu’il s’est implanté, qu’il grandit… La rencontre dans l’estomac… J’aimerais en parlé, dire comment, mais je ne peux pas. Je peux juste dire ce que je ressens. Au début, je ne le sentais pratiquement pas. Après Noël, non même plus tard… Pâques, je pense que j’ai remarqué. Rapidement, tout de même, j’ai remarqué que ma digestion avait changé, j’étais non pas constipé, mais le rectum plein. Je savais que je devais me faire des lavements, c’était instinctif. Que je ne devais pas essayer de pousser pour aller à selle, que ça ne servirait à rien. Dans mon corps, je sentais que l’enfant était <accroché> aux muscles thoraciques. En allant chez le physio, j’ai vu une carte des muscles, et j’ai compris, comment mes muscles ont été mis à contribution.

Tous les trois jours, l’Enfant va à selle. A ce moment-là, elles sortent sans difficulté. Il a aussi une connexion avec les reins, je ressens…

Il se nourrit par mon estomac. Je sens quand le lien se fait entre mon estomac et lui.

Dès son implantation, l’Enfant a suivi l’intestin, lentement… L’intestin est divisé en trois parties. Il est passé la première étape, alors que j’étais chez ma fille. Ma petite-fille était couchée sur moi, et j’ai ressenti que l’enfant passait d’un endroit à un autre endroit. Et c’était comme si inconsciemment ma petite-fille savait ce qu’il fallait faire.

C’est puissant ! C’est spirituel… D’ailleurs les enfants jusqu’à 4-5ans ressentent les vibrations…Ressente ce qui va se passer. Evidemment, ils ne peuvent pas utiliser les mots d’adultes. Il faut apprendre à les écouter. Tous n’ont pas cette faculté. Ou alors, leurs parents, leurs proches leur disent :

-Tu dis des bêtises, des mensonges !

Et bien non !!!

Donc ce jour l’Enfant a passé dans l’intestin grêle. Il a cheminé un certain temps, puis il est passé à une troisième phase. Ce jour-là, je l’ai senti passé, j’ai dû respirer, me contrôler pour l’aider à passer.

Evidemment pour moi, c’est une expérience hors-norme. En plus avec mes deux personnalités, pas facile à gérer. Car une, est matérielle et l’autre est spirituelle. Je dois dire que sans l’aide de mes anges et archanges…

Car c’est évident, qu’il est protégé cet Enfant. Et moi, qui voulais que tout le monde sache…

Je voulais partager avec le monde… Heureusement, le monde m’a pris pour une folle… Imaginez, j’aurais une caméra jour et nuit dans l’anus pour voir…

Et bien non, c’est secret… Ma partie matérielle a besoin de preuves, de voir, toucher. Ma partie spirituelle sait que ça se passe bien…

Quand j’ai été hospitalisé au printemps, je me demandais comment je ferais pour les lavements. Puis est venu Johann qui a amené une buse. Buse qui me sert à bien vider la poche rectale. Je mange peu, mais je défèque pour deux. Puis à un moment, j’ai senti les muscles du thorax, pouvaient se relâcher, car l’Enfant était bien installé !

 

Celui qui lit cela, doit se gratter la tête, se demandant si c’est possible…

Ce qui est le plus difficile pour moi, est mon manque de patience… Et là, maintenant, je sais qu’il m’en faut encore un peu. Ce n’est pas pour demain, la naissance…

Car qui est cet Enfant, pourquoi est-il là ?

Deux questions, auxquelles j’ai des réponses qui seront dévoilées en temps  voulu.

Et de toute façon, l’enfant n’est pas visible…

 

 

 

18novembre 2016

Et de plus Arsène s’en fout…

Il est mégalomane, hyper mégalomane… Super narcissique, pervers…

Il ne brille que lorsque les autres l’admirent, ou en ont peur…Son empire est si grand… Il est admiré, adulé, comme Di Caprio, quand il interprète le milliardaire de Wallstreet…

Beurk, je suis écœurée par tant de bassesse,  manque de savoir-vivre… Qu’il m’a coupé l’envie de baiser, il faut y aller pour cela…

Un acte sexuel doit être spirituel… Un acte sexuel est un acte spirituel.

Mais comme la spiritualité, nous l’avons confié au sein d’églises. L’acte sexuel est devenu matériel, ou servant qu’à procréer.

Je pense que je retournerai sur Libertic, avec d’autres objectifs, ou je pense que d’autres objectifs vont venir à moi…

Patience Françoise

Aujourd’hui, le vent souffle fort… Le temps du changement approche…

18h22

Quelle drôle d’histoire, je vis. Avant sur le balcon, j’imaginais que l’univers s’arrête d’avancer. Que la Terre, les planètes en s’arrêtant de tourner, dévoilaient leur vraie nature. Et se transformaient en personnes qui en s’arrêtant de tourner, déployaient leurs membres et se mettaient à se déplacer…

Dans un peu plus d’un mois, je serai en vol pour le Pérou, avec mes deux enfants, mes petits-enfants et mon beau-fils. Et quelques jours plus tard, nous rejoignent Martine et Ken. Dimanche passé, nous étions tous réunis, pour parler du voyage. Préparer pour le Macchu Picchu. A quel moment, je rejoindrais Augustin, et son amie… Et il y a eu frottement. Nous verrons sur place…

 

 

Bientôt les votations fédérales et cantonales. Pour Fribourg, j’ai voté pour Anne-Claude Demierre, première épouse d’Asrène. La mémoire m’est revenue.

J’aimerais bien qu’il vienne en cachette, baiser avec moi… En fait, c’est excitant, très excitant…

Quand je pense à tout ce qu’il a construit à Fribourg… Avec ses copains de jeu… Et oui, le biseness est un jeu… Je me demande pourquoi il ne vient pas. En fait, je ne sais pas exactement ce qu’il voulait, en m’envoyant son homme de main.

Avec la fatigue que j’ai ressenti, je me suis posé la question, s’il n’a pas voulu me tuer ? Oui, se débarrasser de moi… Je le gène, je l’énerve autant que je l’excite mentalement…

Le sexe, il ne peut pas s’en passer…C’est un besoin, chez lui pour décompenser…

J’imagine qu’il pourrait perdre sa place de Superboss… Les gens qui sont dans cette partie de jeu, ne savent pas que je m’en fous de leur joute…

Je suis là, pour tout autre chose qui est loin du matériel… Je suis là, pour le spirituel…

 

 

 

Le 20 novembre 2016

C’est marrant, enfin non ce n’est pas marrant du tout. Lorsque tu t’en prends à une institution comme le judaïsme, ou le christianisme… Les gens bien-pensant, ceux qui n’ont pas envie de voir disent : Tu es haineuse, tu es raciste !

Facile… Oui…

Entre la haine et l’amour, peu de différence…

Quand je sais que je pourrais prévenir, de ce qui va arriver… Impossible… Ce qui doit être fait sera fait…

Je ne suis rien, pour décider du futur…

HAINE AMOUR

Suite…

Deux hommes que j’apprécie tout particulièrement…

Un, sait, tout ce qui va m’arriver… Il laisse venir… Ce n’est pas que je veux savoir…

L’autre joue à cache-cache…

Et ni l’un, ni l’autre ne me font un signe, juste des sifflements dans les oreilles…

J’ai la sensation d’être punie doublement…

Marre, j’en ai marre…Marre marre marre marre marre…

 

Pour ce qui est de la religion catholique…

Oui, je me rends compte que rien à changer depuis l’époque des dieux romains, grecs…

Les saints et les saintes sont les nouveaux dieux…

Non Non Non Rien a changé Tout Tout a continué

 

Ces jours, j’ai imaginé Arsène se faisant castrer par une de ses femmes.

Hier la journée s’est bien passé, puis au moment où je suis monté dans le bus, j’ai commencé à pleurer, sans pouvoir m’arrêter, j’étais triste, sans savoir vraiment pourquoi.

Puis j’ai partagé des sms, avec Lina et Jean, et j’ai été réconfortée…

Cette nuit, je me suis réveillée à 1h00 du matin, j’avais bien dormi. Sans pouvoir me rendormir, je suis allé sur le balcon. Le ciel était très étoilé, j’ai même vu une étoile filante, alors que je pensais à Arsène.

Aujourd’hui, je suis allé chez le psychiatre, avec mes enfants. Ça les gêne, que je prétende que je sois hermaphrodite. Le médecin m’a demandé, si mes sœurs avaient lu mon livre, et si oui, ce qu’elles en pensaient. Ce qui est sûr, c’est que Marianne ne m’a pas fait de remarques sur l’hermaphrodisme. Elle me dit :

-Je t’ai toujours considéré comme ma sœur.

Avec le médecin et mes enfants, j’ai accepté d’augmenter le Xeroquel… pour me calmer l’esprit. Je pense que j’en ai besoin.

 

Bon, maintenant, je vais préparer mon voyage au Pérou.

Je suis nouille, j’ai jeté, il y a peu mes pantalons et  mes robes d’été. J’en avais marre. A quoi sert de garder ?

 

Peu à peu, je vide mon appartement, de ce qui ne me sert pas… J’aimerais avoir le minimum.

Ces temps, pas envie de peindre. Je  dois dire que lorsque je peins mon cerveau travaille… Et je dois dominer ce phénomène.

Je vais aller acheter du pain et des fruits… Il fait grisâtre, sans pluie

Demain, j’irai manger avec les petits… J’en ai besoin… Ma fille a parlé de mon poids, c’est vrai que je ne suis pas trop enrobée, même maigre… Pourtant je mange, peu, mais je mange

Il m’est parfois difficile de dominer…

Ce matin, j’ai éliminé en selles… Ce qui me restait…

Quand j’imagine ce qui m’arrive ces temps… D’un côté, cela m’effraye, car si j’en parlais, je serais catégoriser…

Heureusement, que je peux écrire… Ouf !!!

 

 

 

22 novembre 2016

La notion du bien et du mal, est humaine.

Le Divin est mâle et femelle.

Là, je suis passé à une dimension unie… Je le pense…

D’avoir pris la dose adéquate, en fait, pas encore. Comme ma peur des médicaments est toujours présente, je prends une dose et demie de Xeroquel, au lieu de deux. Ça me donne l’impression que je domine.

Ça m’a permis de faire le lien, et de bien dormir.

C’est durant la nuit, que l’Enfant se développe. Et ces derniers jours, plutôt ces dernières nuits, cela me faisait une drôle d’impression de sentir travailler dans mon intestin…

Mon mental en avait peur… Avec tout ce que cela engendre… Peur > Action > réaction > Destruction…

Alors que je ressens que je dois laisser faire… Car le bien et le  mal est une notion humaine, donc matérielle…

C’est follement géniale…

 

14h30

Mon intestin a été vidé de tous les antibiotiques, que j’ai reçus durant mon passé.

Le Parkinson est là, pour éliminer ce que mes gènes ont reçu de négativité durant  mon, mes passés…

Je me purifie pour porter l’enfant.

Ces derniers mois, me sont arrivés beaucoup d’évènements, que sur le moment, je n’ai pas compris, ou plutôt j’ai intégré peu à peu, ce qui m’arrive…

Ma dualité est difficile à dominer, du moment, que je veux les percevoir, les placer, savoir où se situent ces deux parties, en moi.

Je pense que c’est en accueillant et en les intégrants, que je peux avancer.

Je veux absolument savoir quel côté, était féminin et masculin. En fait tout en moi, est un ensemble que je dois accorder…

Je sais beaucoup de choses, et je dois accepter que les choses arrivent. Je dois accepter et je dois refouler cette peur que parfois, je ressens… Et je dois accepter que je suis une personne parfaitement imparfaite, et que si je suis présente sur terre, c’est pour moi aussi, autant que pour les autres…

Je suis Françoise, Jean-Claude. J’ai été le Christ… Je serai… Moi…

Je suis là pour éduquer, en donnant l’exemple… Et durant cette vie, je me suis rendu compte, qu’il ne sert à rien d’expliquer, je dois juste montrer…

Je suis fatiguée, car durant ces mois passés, comme je le disais plus haut, je me suis « nettoyée ».

Maintenant je peux remanger et refaire du sport. J’ai dû aller au bout de mes limites, pour renaître… J’aimerais tellement partager avec Enrique,  je sais qu’il me connait,  me comprend et surtout qu’il m’aide sur le plan spirituel. Et Arsène m’aide sur le plan matériel…Je suis toujours entre amour et haine, avec ces deux hommes.

Cela me fera du bien, le Pérou… Je sais qu’il y aura une prise de conscience pour mes deux enfants, et pour moi…

Si je n’en ai pas conscience, c’est justement pour être au niveau des autres…

Mes enfants ont reçu un électrochoc. En fait, je les ai secoués pour les réveillés, les préparés.

Pour Augustin, que je sois hermaphrodite, il en a encore de la difficulté. Justement à cause de ces deux pôles, le bien et le  mal que l’humain a dans son cerveau mental.

Claudine sera un grand médecin de l’âme…

Augustin, quand il aura intégré cette dualité bien-mal, je pense qu’il fera un bon travail. Quand il sera parvenu à l’intégrer, en toute humilité.

Je sens qu’autant l’un comme l’autre ont beaucoup d’interrogations. Je les bouscule énormément…

Bousculés, c’est exactement cela…

Comme j’ai bousculé mes sœurs.

 

 

 

 

24 novembre 2016

Un jeudi…le jour des fous, comme le disait mon père…

C’est que lorsque vous travaillez, traditionnellement, le jeudi, avant-dernier jour de la semaine…les trois jours précédents vous ont épuisés, le dernier jour, il vous tarde d’y arriver…

Enfin, ce n’est pas de cela que je voulais vous parler.

Mes médicaments,

Moi, ce que je vis… Totalement inconnu… Totalement invisible. Mon cerveau, mon mental a peur, il essaye de m’effrayer. Ce qui est fou, c’est que j’avais déjà des idées, il y a une année, puisqu’en relisant, je me posais déjà la question… Mais plus simplement…

Maintenant, j’ai une partie de la réponse…

Elle est dans mon tableau Adam et Eve… Je le savais depuis un moment, mais le chemin est long entre émettre une idée et la pensée, il en faut du développement…

Donc mon intestin(le vôtre également) est le serpent de l’Eden… Et c’est dans mon intestin que se développe l’Enfant de l’évolution…

Je sens que j’aurai bientôt la réponse, en fait j’ai déjà la réponse, je préfère laisser mûrir…

La problématique d’Adam et d’Eve, était qu’ils ne voulaient pas ressembler à des animaux…

Quel paradoxe… L’être humain, plus il évolue, plus il se déshumanise. Il traite ses frères, comme les animaux ne le feraient pas…

Ce qui est sûr… Ouille les médicaments… Je prends encore le Xeroquel, au même dose que hier soir…

A côté je dois faire attention à ce que je mange. Hier soir, j’ai mangé un œuf. Il y a déjà un moment que je me rends compte, que l’œuf cuit dur, passe de moins en moins bien…

 

 

 

25novembre 2016

Je suis allé chercher mes cinq livres de L’ANGE. Je suis contente. Un pour Claudine, un pour Augustin, un pour Brigitte, un pour mon psychiatre, un pour Lina…

 

Toujours le 25 novembre 2016

Cette nuit, j’ai fait de drôles de rêves. Des petits hommes, des petits gens qui jouent. Cette nuit, j’ai eu la sensation que je partageais des moments de rigolade avec Enrique…

Toute la journée, j’ai été fatiguée, je n’arrivais pas en avant.

Dominer mon corps et mon esprit est déjà assez prenant…

Dominer mes deux parts, c’est suffisant…

N’empêche que je me sens seule… Je ne suis pas douée pour les relations sociales… Je n’y peux rien… Mais en fin de compte, c’est peut-être mieux comme cela… Je le sais…

C’est drôle Fidel Castro est mort. Enfin ce n’est pas drôle du tout…

La vie des gens va changer…

Le monde est dirigé par un grand dictateur, l’argent…

Ça bouge beaucoup sur Terre… Les présidents, les pays vont se battre… Le monde a le couteau sous la gorge… Le couteau, qu’il s’est fabriqué…

Ces médicaments me perturbent les idées, ceux que je prends le soir…

 

Plus j’avance, plus je me rends compte que le temps a peu d’importance… Le temps est calcul, est mathématique… Il y a les jours et les nuits.

Dans le bus, je lisais que c’est la nuit, que notre cerveau travaille le plus…

Car nous avons tant d’excitations durant la journée, que nous ne nous rendons pas compte de ce qui est important !

Je déprime un peu, les jours sont gris, froids… Je vois peu de monde… J’ai peu d’excitations, durant les jours… Quand je dis excitations, je pense aux excitations de l’esprit.

Bon, je sais que je dois me reposer, également.

Car trop d’excitations, ça fatigue, également.

Un nouveau disque est sorti, avec de vieilles chansons des Poppys…

Parfois je pense que les gens sont intimidés en face de moi…

Je vais dessiner…

En fait, non, j’ai envie d’écrire… La difficulté d’être Françoise, hermaphrodite, artiste, je ne me sens bien nulle part.

Freelance de tout, de rien…

Merde…

J’ai envie de pleurer…pleurer, pleurer, c’est là, une chose que je sais bien faire.

Calimera

Je pourrais réfléchir à un mot qui me définit…

NEUTRE…

 

 

 

 

 

26 novembre 2016

Je me suis calmée. Tous ces jours, je me sentais seule. Physiquement, je suis avec moi-même…

Lina m’a remis sur le droit chemin.

Le vortex est à la Terre, ce que le cortex est au cerveau.

Le vortex est une membrane qui protège la Terre Mère…

Avec la pollution, il est endommagé. La planète est déstabilisée, pour un temps. Le temps qu’il lui faut, pour permettre à la planète de se soigner, s’épurer, et ensuite prendre le chemin, qui permettra aux humains d’évoluer…

 

 

 

29 novembre 2016

Mes nuits sont comment dire… Je reçois beaucoup d’informations.

L’information de cette nuit, est que j’ai des protections, amis, tout autour de moi. Je ne sais pas forcément qui c’est… Humains, spirituels…

Il y a juste que je vis sur deux niveaux…

 

Ecrire, c’est ce qui me relaxe le plus…

Mon carnet de bord de cette expérience…

L’Enfant grandit… Je me pose des questions. Est-ce bien, est-ce mal ? La crainte sans doute

Fribourg > libre ville, ville libre.

Christianisme, protestantisme.

Sur le sujet du vortex, j’ai vu l’emblème de la pyramide, d’Hitler, le mal qui veut détruire le judaïsme.

Le judaïsme, deux triangles, un vers le haut, une vers le bas.

Je suis embrouillée, tout se mélange dans ma tête.

Le jour, j’ai des craintes, et la nuit, je reçois des messages positifs. Quand je ressens, j’ai envie de les écrire, mais je suis fatiguée. Je sais que ces informations sont captés, sont gravés quelque part dans mon cerveau.

Impatience… toujours la même chose pour moi…

J’ai pourtant le temps…

Hier, j’ai envoyé un courrier à Mme Demierre pour la féliciter. Je lui ai transmis mon livre, avec la photo d’Arsène.

Je ressens que c’est elle, qui a pris cette photo. Il y avait beaucoup d’amour.

Je sens aussi qu’Arsène a utilisé les femmes de sa vie.

C’est drôle, Michel Sardou chante : Un enfant…

Comme un dieu, je l’admirerais…

Un Enfant différent, parfait… Avec un grand Amour… Et une grande force…

Comme un homme devient un géant…

 

J’ai également apporté un livre à mon psychiatre… ensuite, je me mets à imaginer… Là, c’est mon mental…

Le mental correspond au cerveau.

Dans l’intestin, c’est le ressentir…

Hier, j’ai vu un reportage sur le code génétique…

Au début, il y avait les bactéries… Je ne trouve plus les mots…

Zut, c’est justement, je pense ce qui m’effraye. Ce serpent qui est notre intestin… C’est notre côté animal. L’être humain, est un serpent qui s’est développé pour marcher debout…

C’est le serpent de la Genèse qui m’effraye.

J’ai peur de quoi ? D’être un <alien>. Et pourquoi, j’ai peur ? C’est ce qui est dans mon code génétique, que nous transportons depuis la Nuit Des Temps. Et qui a effrayé Adam.

C’est normal, que j’aie peur, je dois la dominer, cette peur.

Fumer est mauvais pour moi. Comme je l’ai déjà exprimé, en fumant, nous inhalons la négativité des autres personnes…

Mais également, je pense la positivité.

Les indiens utilisaient le calumet de la Paix, pour transmettre et percevoir les pensées, des personnes qui se trouvaient dans le tipi. C’est pour cela, qu’ils fumaient dans des endroits confinés. Pour pouvoir <enregistrer> ces pensées…

 

Au début, donc sur terre, il y avait les bactéries et une autre chose, dont j’ai oublié le nom. Si je me souviens bien, la bactérie a <entouré> l’autre, et de là est parti la vie… Ce qui est devenu un noyau, a permis le début…

Et l’homme descend de ce premier code. Le plus intéressant est que l’homme a le même code génétique, que beaucoup d’animaux.

Dieu a créé l’homme à son image. Divin. Et là, je pense que l’homme était masculin et féminin. Je sais, je me répète, j’en ai besoin, pour assimiler.

Adam est né différent. Et comme je le disais, cela lui était difficile. Ce que je ne comprends pas, pas encore, c’est pourquoi ?

Bon, je vais me regarder une série, me changer les idées.

J’attends quand même avec impatience, une réponse de Mme Demierre.

Ah Enrique, j’aimerais t’avoir près de moi… Pour me réconforter… Enfin j’imagine, cela pourrait être tout le contraire… Trop de stimulations.

Le passé, pour le moment, je dois le laisser… L’avenir…

 

 

1 décembre 2016

Peu à peu, mon esprit s’éclaire spirituellement. Et en même temps, c’est si étrange. Je me rends compte, que je suis, toutes les craintes des humains. Ceux qui ont peur de Satan, ceux qui ont peur des extra-terrestres, ceux qui ont peur des animaux, des serpents… J’ai la sensation d’avoir un serpent en moi. En réalité, j’ai un enfant dans mon serpent-intestin.

Les nuits, je vis dans une autre dimension. Je vis dans une dimension inconnue, jusqu’ici.

J’ai tant en tête, que je ne sais pas par où commencer.

Mon intestin, s’il sortait de mon ventre, ressemblerait à un serpent, comme tous les intestins humains…

Zut, j’ai d’autres idées, qui me viennent à l’esprit…

Cette nuit, je me suis réveillée en me disant que je me souviendrais de ce qui m’as paru comme une chose claire et précise, chaque fois, je me dis : je m’en souviendrai

Et total NENNI… Dès que je tente d’y penser, l’idée devient floutée.

C’est que ce n’est pas le moment… Les yeux qui lisent ne sont pas prêt à lire là-dessus…

Ce qui est certain, le matin, dès que je me réveille à 5h00, je suis normale, en bonne santé.

Et dès qu’arrive 7h00, la maladie revient.

Aujourd’hui, je veux passer chez le dentiste, qu’il m’enlève ma dent, qui ne peut plus être réparée, et qui me fait mal.

C’est étrange, je pensais que j’aurais la honte de me montrer sans dents. Et au final, non ! Enfin pas toujours.

En fait cette beauté, que l’être humain voit, est le résultat du désir de notre mental.

Si nous n’avions pas ce mental, nous serions peut-être d’horribles créatures, va savoir…

Comment se fait-il ?

C’est quand même génial, fantastique… Tout ce que me vient en tête… Ce que mon mental me mène à voir….

Bon, il est 6h00 du matin, j’ai préparé mon dîner, endives, spätzlis…

Pharmacie, yoga, dentiste…

 

 

 

Samedi 2 décembre 2016

Le temps passe vite… Une année en arrière, j’étais à Marsens…

Je sens que bientôt viendra le moment d’entamer le Démon. Je ne sais pas par où, par qui commencer ?

Peut-être par moi, serait le plu simple… Donc…

Je sens de moins ne moins de crainte en moi, même si je ne crie pas tout haut… Je suis née Jean-Claude, maintenant je suis Françoise, mais pendant longtemps, je ne le savais pas.

Si je débute comme cela, j’ai la sensation de me répéter…

Si je commence par Arsène et son histoire extraordinaire…

Si je commence par Enrique et son histoire.

 

C’est cela, j’ai rencontré, en fait des gens extraordinaires, surnaturels, fabuleux, géniaux.

Ils ont de la chance d’être seul dans leur cerveau, cela facilite la chose… Pour suivre sa route paisiblement…

Mais du moins, surtout j’espère que je les ai fait suer, transpirer, rager, râler, douter et surtout leur donner envie de continuer à être prêt de moi…

Et ça y est, je reviens à moi… Moi… Toi… Nous…

Arsène Lupin, je ne sais pas pourquoi, il me plait, le salaud… Insaisissable, inclassable… Le plus grand des voleurs…

Fribourg, dans les années 70, pensait avoir Robin des Bolz… Fribourg s’est trompé, c’était Arsène Lupin…

C’est logique… Robin avait qu’une femme… Arsène aime toutes les femmes.

Ce que j’aime moins chez Arsène, c’est son côté <macro>. J’espère sincèrement qu’il se rende compte de la perversité de la chose.

Ce côté macro, me gêne, car c’est l’utilisation de la personne comme une marchandise…

Bon de toute manière, jusqu’il y a peu de temps. Il utilisait, il utilise toujours, les gens pour savoir, pour dominer…

Après tout le Démon, c’est quoi, c’est qui ?

Nous sommes tous démons et anges, à la fois…

Normal…

Pour le moment, j’ai encore des craintes, pour débuter ce deuxième livre, comme je l’imagine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA VIE EST UN SCENARIO,

DANS LEQUEL CHAQUE INDIVIDU, PENSE AVOIR LE RÔLE PRINCIPAL.

 

3 ou 4 décembre 2016

Je n’arrive pas dormir. Beaucoup de choses en tête. Et aussi le tabac qui m’empêche de m’endormir….

J’aimerais trouver un début à ce Démon, et cela ne vient pas.

Patience…

A mon retour du Pérou, j’irai voir Julien et Pierrette, chez un de leur ami intime.

Enrique, hé mec, tu es un complément génial.

Je crois que le livre sera une lettre, qui te sera adressée. Pas mal mon idée… Oui, je trouve…

Je sais que les mots viendront… Ce qui est fou, pour moi, c’est que je sais, sans rien savoir. Je sais que des <choses>, des événements vont arriver.

J’imagine Nostradamus… Et tous ceux qui ont prédit l’avenir.

Je comprends, j’écris juste pour m’occuper, ou pas… Enrique, ke ke… Qui fume des ke ke…ou pas… Ce n’est même pas drôle…

Je sais que je peux me fier à la vie… Qu’Arsène, c’est son job, parfaitement…

Bon parlons d’autres choses. Ce soir avec une amie, nous sommes allés au cinéma, et  j’ai eu la sensation, qu’elle aurait bien voulu, que le film sur l’accident d’avion, Sully, me fasse peur.

Mais, au final, le film m’a bien plus. Ha, ces humains, et leurs mathématiques. Ils veulent tout prouver, par les mathématiques. Ils ne font pas confiance en l’âme, en la spiritualité…

Pour eux 1 + 1 = 2… Alors que pour moi, 1 + 1 = 3…

Je n’arrive pas encore à définir le tout, que j’ai dans mon cerveau. Ça se profile… Ça vient, change pas de main…

Ce qui est sûr, c’est que j’ai besoin de prendre encore de l’assurance. De réunir mes deux polarités, plutôt de les dominer, les cadrer…

J’ai tant d’histoires à raconter… Tant de gens à rencontrer….

Il est vrai, si je réfléchis, de voir Enrique, ne m’apporterait  rien de plus, ni à lui, ni à moi, non plus.

Nous sommes deux compléments, qui nous unissons à d’autres compléments…

Je pense que dès que je dominerai mieux, mes deux polarités, les solutions, les réponses viendront d’elles-mêmes, claires…

 

 

 

7 décembre 2016

Maintenant, elle sait. Elle sait beaucoup de choses. Elle sait qu’elle peut éliminer le mot <hasard> de son vocabulaire. Rien de ce qu’elle a vécu n’a été dû au hasard ! Oh que non !

Tout est écrit

Elle s’en réjouit, bien qu’elle ne sache pas encore, comment, elle va écrire son histoire…

Elle est née le 26 octobre 1960, son prénom Jean-Claude.

Mais tout le monde avait de la difficulté…

Car elle est née avec les deux sexes. Elle est née hermaphrodite.

A la maison, son père était tellement heureux d’avoir un garçon, qu’il était interdit, d’émettre un doute.

L’aînée de ses sœurs, Solange avait d’ailleurs reçu une raclée, qui lui a laissé des traces durant bien des jours. Tant qu’à l’école, la maîtresse se doutant, qu’elle avait subi des violences de la part du père, avait averti les services sociaux.

Le père s’en était tenu tranquille. Et il n’y avait que la mère qui s’occupait de l’enfant. Il ne fallait pas que la famille, les filles sachent qu’elle était différente.

Jean-Claude a grandi. Il était un enfant-roi, tout lui était passé par le père.

Le dimanche le père emmenait l’enfant avec lui, au bistrot. A la maison, l’enfant grimpait sur les genoux du père, dès que celui-ci était installé à table pour le souper. L’enfant prenait un morceau de pain, et le trempait dans le jaune d’œuf au plat, que la mère avait préparé.

La famille s’agrandissait avec un cinquième enfant, et déménagea dans l’appartement se trouvant dans l’immeuble situé derrière les Trois Tours, grand magasin du centre-ville.

Ici, naquit Rose. Jean-Claude était jaloux de la petite sœur, comme beaucoup d’enfants, quand ils doivent céder leur place.

Jean-Claude prenait plaisir à faire des méchancetés. Pincer les joues d’un nourrisson, installé dans sa poussette, qu’une maman avait laissé à l’entrée de l’Epa-Unip. Ou pleurer pour avoir une portion de pâtes supplémentaire, alors qu’il venait de dire au père non, qui proposait  à sa sœur, qui n’attendait que ça.

Oui, Jean-Claude semait la terreur. Il était un enfant-roi.

Cela dura jusqu’à ces 5ans.

Un jour d’été, le père emmena Jean-Claude à la Berra, où ils passeraient quelques jours, chez des cousins qui tenaient l’alpage.

Jean-Claude se rappelle la peur qu’il a eu en voyant ses hommes barbus, et ses chiens aboyant. Il ressentait beaucoup d’hostilité.

Jean-Claude se souvient du lit, sur la paille, le duvet à carreau… Puis plus rien…

Aujourd’hui, elle sait ce qui lui est arrivé. Le père découvrant qu’en fait Jean-Claude avait un sexe masculin et féminin, fut pris de rage. Il fit boire Jean-Claude. Du vin coupé d’eau sucré. Il ramena Jean-Claude à la maison, fit couler un bain, ordonna à Marianne de venir dans l’eau pour tenir son frère. Le père avec un couteau, coupa net, le sexe du garçon.

A ce moment, arrivèrent la mère, tenant dans ses bras Rose, accompagné de la tante. Les deux femmes furent horrifiées. Les trois grandes filles hurlaient, pleuraient se cachaient.

Jean-Claude fût amené à l’hôpital, où les médecins furent leur possible, pour sauver Jean-Claude qui mourut.

Il fut installé dans un cercueil. Là, elle n’est pas sûre de ce qui se passa. Il se trouva que l’enfant revint à la vie. En tant que Françoise…

Elle reprit conscience, dans le train, qui la menait à Cannes, en compagnie de sa sœur Marianne.

 

 

10 décembre 2017

Je ressens beaucoup d’hostilité croissante. Plutôt ma perception est croissante.

Avant-hier, je suis allé chez les parents de Charly, avec mes enfants et famille.

Ce que je ressentais de mon ex-belle-mère est toujours plus flagrant. Je pense qu’elle n’admet pas, que je ne veuille plus retourné avec son fils. C’est peut-être, dans son inconscient. Elle est toujours aimable. Me téléphone pour mon anniversaire. Mais il y a au fond d’elle un accroc, en fait, il y en a plusieurs.

Je repense à la visite de ma mère et de ma tante, lui ont fait avant mon mariage, est resté dans le profond de sa mémoire.

Comment, je le ressens. Ce ressenti, je l’ai envers beaucoup de personnes

Le fait que les personnes aient cette négativité, ils la transmettent dans les aliments qu’ils préparent par exemple. Et le repas que j’ai mangé chez les parents de mon ex, j’ai dû l’évacuer.

Egalement pour Arsène. Son boy, qu’il a envoyé, m’a éjaculé sur le corps. Là, je pense que c’est allé beaucoup plus loin.

Arsène veut me clouer le bec, par tous les moyens. Heureusement que je ressens que ces ressentis, ne sont qu’une partie. La partie négative.

 

Il y a aussi cette lettre que j’ai reçue de Nat. Subtile, recherchée. Elle se met en fautive pour m’expliquer qu’elle n’arrive pas à être le soutien dont j’ai besoin. En fait elle le fait car elle est dans l’impossibilité de se voir, d’admettre qu’elle trompe son mari. Qu’elle m’a menti sur Arsène. Là, elle réagit ainsi, car elle pense que je serais jalouse. Comme elle, quand elle me fait ses crises de jalousie.

Je comprends, en écrivant cela, que nous jugeons les gens, avec nos propres émotions. Nous pensons qu’ils réagissent, à une situation, de la manière, que nous nous réagirions, dans pareille situation.

 

 

 

Jeudi 15 décembre 2016

J’ai une terrible colère en moi… J’ai la sensation qu’Arsène n’apprécie pas le fait que j’élimine peu à peu, ce qui me restait de lui.

Quand je pense que si je racontais que je pense qu’Arsène me contrôle, pardon, contrôle mon téléphone, mon ordinateur.

Régulièrement, il s’introduit dans mes machines. Je me demande si  son ex, Mme Demierre a bien reçu mon courrier ?

Je crois, enfin, j’aimerais utiliser les noms des gens  comme il se devrait.

Oui, si j’avais Arsène, sous la main, je le baiserais comme il se doit… Oui, j’ai envie de baiser, mais je ne vais pas me masturber. Cela ferait plaisir à Arsène, qui me matte… Le salaud… Le vaurien…

Je le taperais… Tiens, je devrais faire venir Sacha. Je crois que je vais attaquer Sacha… Dans la nuit, sans lumière… Après tout il me cherche depuis un moment. Je sais que c’est un ami d’Arsène… Arsène qui a peur pour sa réputation…

R…ager

E…craser

P…unir

U…riner

T…enter

A…dorer

T…uer

I…déaliser

N…oter

 

J’AI DE LA COLERE

COLERE RAGE COLERE RAGE

COLERE RAGE, LAISSER SORTIR QUE J’AI EN MOI. POURQUOI ?

PARCE QU’UN PAUVRE TYPE M’EMMERDE, CAR IL N’A PAS DE POIL AU COUILLE. IL N’OSE PAS VENIR DIRECTEMENT. C’EST A CROIRE QUE J’AI UNE MALADIE HONTEUSE.

Je lui souhaite de ne pouvoir baiser qu’avec moi…

C’est terrible, je me demande pourquoi, j’ai une telle colère ? Pourquoi ?

Oui, je le sais, je ne suis pas reconnu dans ce que je vis. Vivre comme cela, cachée et pourtant au vu de tout le monde, m’est pénible.

Je crois que j’ai surtout envie de baiser… Baiser… Baiser avec ce Sacha… Sans qu’Arsène, ne voit rien… Baiser, baiser, baiser….

Comment est-ce possible d’avoir tant de désir, d’être en manque… Oui, je suis en manque… Au secours… Au secours !!!

J’aurais besoin d’une clope. Envie, non- besoin !!!

Et puis me retenir pour baiser, pour la clope… Abstinence… Abstinence… Silence… Impuissance… Intolérance… Indépendance… Insistance… Ignorance… Insouciance…

Tendance, tentation, attention, situation, frustration, domination, domination, pénétration, génuflexion…

Absurdité, utilité, nativité, émotivité, participe passé, nudité, anticipé, annulé, urgé, saleté, sainteté, bouffé, rigolé, maternité, paternité, sanctifié, humidifié, glorifié, bénéficié… Ecriture me fait du bien, parler petit chinois, car si j’écris ; moi parlé petit nègre. Gens vont dire : Françoise raciste…

Débile, raciste, négationniste, antagoniste, anarchiste, pisseuse de travers, caqueur de caquer. Pourquoi caque, s’écrit avec <qu> si caca s’écrit ca ca… Allez savoir pourquoi ?

Journée des folles, des fous… Bientôt terminé… Ouf, demain vendredi…Bientôt le 25…

 

 

 

 

 

Vendredi 16 décembre 2016 9h00

Hier soir, j’avais envie d’ouvrir mon ventre, pour faire sortir cet Enfant… J’avais aussi envie de baiser…

Ce matin, j’ai envoyé un mail à Isabelle, journaliste, écrivaine, hypnose… Je l’ai rencontré au salon du Bien-Etre, au forum de Fribourg.

J’ai besoin d’avoir une personne physique à qui je peux parler de mon expérience. Oui, je suis une expérimentaliste, une scientifique, une chercheuse, une découvreuse… Je lui ai envoyé un mail, avec ma photo… J’espère qu’elle me répondra… J’imagine une entente cordiale, amical. Un binôme pour cette expérience.

Julien, à qui j’écris beaucoup ne peut pas tout entendre, prendre… C’est <lourd>… Je m’en rends compte.

Déjà, c’est difficile pour moi, j’imagine que c’est encore plus difficile pour lui…

 

Bientôt midi

Je viens d’envoyer un message à Augustin. Hier soir, il avait peur, mon fils. Il voulait savoir, si son avion crashait, si j’irais quand même au Pérou, si je ferais le deuil ?

Est-ce un pressentiment de sa part ? Et ça défile dans ma tête. Il y a quelques temps, j’ai ressenti qu’Augustin resterait en Amérique. Je crois qu’il va y rester mais contre son gré…

Mon père s’est réincarné en Augustin. Il me protège. Je suis à peu près sûre, que nous savons tout à notre naissance, mais que nous perdons ce savoir, au fur et à mesure de l’éducation.

Ce que je ressens est fort. Arsène ne pouvant m’atteindre directement, il s’en prend à mon fils, par l’intermédiaire des russes.

Augustin va être retenu, en Amérique, et ils vont l’ausculter, le formater.

C’est dingue, ce que j’écris, mais je le ressens comme vrai.

Je vais dessiner.

Augustin est très intelligent, et c’est ce qu’ils veulent…

 

21 décembre 2016

Le jour, le plus court de l’année.

Hier soir, j’ai appelé la Ligne de Cœur. La radio-télévision a organisé, une semaine, pour aider les suisses, dans la précarité. A Lausanne, des animateurs ont passés, une semaine, 24/24h dans un <bocal>. La Chaîne du Bonheur y participe également.

Donc, hier soir, j’ai donné de mes nouvelles. Ce matin, je leur ai envoyé un mail. Ils m’ont répondu, pour me demander s’ils pouvaient me contacter ce soir. Bien sûr mon imagination est partie bon train.

Que ça y est, tout allait enfin, pouvoir être entendu, prouver. Que mon livre trouverait bientôt un éditeur, et qu’enfin, il pourrait être publié.

Je ressens que 2017, sera mouvementé, partout, par tous…

Le changement s’annonce depuis un moment, déjà. Les Signes sont là.

Que les gens vont enfin pouvoir entendre que je porte l’Enfant…

 

 

 

22 décembre 2016

Cette fois, c’est certain, mon message est passé. Que je porte l’Ange est avéré. Que la Terre va suer, les gens en sont informés.

Stéphane, à propos de la Planète m’a demandé : Ça sera avec ou sans les hommes ?

-Ça sera avec.

Et là, quelqu’un attendait sa place pour s’exprimer. Mais en fait. Il ne voulait pas que la discussion aille trop loin, car elle aurait semé la panique.

Je retranscris ci-dessous une définition de la psychose, parue dans le Matin Dimanche passé.

On peut voir la psychose, comme un mécanisme de défense, face à une réalité, que l’individu considère, d’une façon ou d’une autre comme inacceptable. 

Il cherche alors, au travers de ses nouvelles convictions, à lui donner un sens, qui le soulage et le protège.

 

 

 

Lima le 26 décembre 2016

Depuis El Surco, je surplombe « La Cité Des Rois », en fait qu’une partie, Lima est immense, et étendue. Je demanderai à Segundo de m’expliquer, de me donner les informations quant aux directions.

Il y a du vent, qui ramène les odeurs. Piut piut piut, chante un oiseau dans l’arbre, devant la maison.

Surco, en tout cas, là où nous sommes, c’était d’abord des « favelas », puis peu à peu, les gens ont améliorés, en apportant en portant de nouveaux matériaux, jusqu’à construire en dur.

D’abord, j’ai cru qu’il était friable, le sol. Maintenant, je vois que les montagnes sont intensément dures. Des morceaux de roche, semblent vouloir rouler en bas des pentes, mais elles sont bien attachées, à ce désert, car c’est du, désert, sur toute la côte péruvienne, du nord au sud, il y a quelques oasis de verdure, longeant les cours  d’eaux descendant des flancs de la Cordillère des Andes .

Une poule annonce qu’elle a pondu un œuf.

Ma fille s’active auprès de ma petite-fille, qui vient je pense, de vomir. Depuis ce matin, elle n’avait pas la forme. Le voyage a duré et duré. Et dans l’avion, pas mal de gens toussaient.

Ah ces avions. Comment peut-on rester presque 12heures sans bouger, comme dans une boîte de sardines, et pourtant, je l’ai fait.

Et je dois dire, d’imaginer qu’un engin de ce type, vole, avec autant de passagers à bord, c’est tout simplement génial. Et la technique des commandants de bord, c’est encore une fois géniale…

 

 

 

Mardi 27 décembre 2016

Lima, Surco, très chaud !!!

Mon imagination vogue entre passé, présent, futur. Entre ici et là-bas… Suisse, Espagne, Pérou. Sur le mur de ma chambre, quelqu’un a dessiné une Fleur de Vie. C’est un signe de bienvenue !

Conscience, consciente, je sais que je suis bien actuellement. Oui, la maladie est pesante, est présente.

Ce soir, je vais rencontrer la famille de l’amie d’Augustin, Katia. Je crois que cela sera sympa de rencontrer des gens, de voir une autre manière de vivre au Pérou.

 

Il est 15 heures, je pense.

Et en essayant de faire une sieste, une question me vient en tête. Pourquoi les humains, ont-ils besoin de profiter de la vie ? De boire, de se droguer.

Simple ! Car ils ne veulent pas choisir, ils ont refusé le libre arbitre, pourquoi ? Comment ? Se sont-ils posé la question ?

Et il est vrai, que si tout est écrit, pourquoi faire des efforts

Et c’est peut-être dans la question, qu’est la réponse. Il suffit de peu de chose, pour changer le « destin ».

Si je réfléchis au Moyen-Orient…

Avec la haine, ce qui arrive sera puissant, destructeur. Négatif…

Avec l’Amour, ce qui arrive, sera puissant, poussera les gens à réagir positivement. Même si le Monde doit en chier…

Il est vrai, qu’il y a beaucoup d’amour sur terre, beaucoup de protections…

Voilà, pour mes questions existentielles…

Ce soir, je verrai avec Augustin, pour aller quelques jours avec lui… Car là, avec Martine et son ami, ça va faire du monde… Et franchement, je n’ai pas envie de partager les beuveries, même si je suis qu’observatrice. Ça ne m’apporte rien…

En réfléchissant, je pense que je pourrais vivre au Pérou… Je verrai ce que me réserve l’avenir.

Au final, les choses se mettent en place, toute seule. En Suisse, je n’arrivais pas me voir au Pérou, et je me stressais pour savoir avec qui je serais, à quel moment… Maintenant, sur place, c’est plus simple…

Ce qui m’est difficile, toujours, ce sont les chiottes européennes sans lunettes. Je sais que c’est probablement psychologique, mais mettre mes fesses, sur des toilettes sans lunettes… Je n’y arrive pas…

Pourquoi, dans ce cas-là, ne pas faire une toilette turque… Ouais, je ne sais pas moi…

 

 

 

Mercredi 28 décembre 2016

16h30, ou quelque chose comme cela…

Crevée, journée balade avec Martine et Ken, qui sont arrivés ce matin… Je ressens, j’aime bien dire, je ressens. Je dois apprendre à dire, ce que je vois, sans imaginer. Quoique, je n’imagine pas, je ressens

Je pense qu’il y avait beaucoup d’émotions… Dans la voix de Martine, Ken ça allait, il assurait… Il assure pour le moment.

Je dois dire, que je suis contente de pouvoir m’isoler

Hier soir, nous avons été invités par Augustin, Claudine et moi, pour rencontrer la famille de Katia. La maman, son frère, sa sœur et le mari, avec leur fils.

Le courant, à mon avis, est bien passé. Le père de Katia était absent, car il travaille.

C’est un autre genre de personnalité, que la famille, à mon beau-fils. Pratiquants, ne boivent pas d’alcool. Je suppose avec une doctrine, probablement stricte…

Je dois dire que j’en ai vu d’autres.

Tout de même, je trouve audacieux de montrer ces signes de religion, faire savoir sa croyance

Le souci est de savoir jusqu’où ils croient, ou dit autrement, jusqu’où ils sont ouverts.

Autant pour la famille de Rider, que celle de Katia

Demain, je passe la journée avec Augustin…

Le 31, je vais dîner chez Meche, la maman de Katia…

Le 2, départ pour Cusco…

Je crois que le frère de Rider, me regarde avec des yeux coquins… Bon, il a le droit…

Le voisin d’à côté, qui met la musique comme un fou…

Si j’habitais au Pérou, ça serait isolé, pour ne pas devoir supporter ce bruit…

J’aimerais vivre dans un pays entre Pérou et la Thaïlande. La Thaïlande m’attire beaucoup, pour le respect du corps…

Enlever ses chaussures, avant d’entrer dans un logis, quel qu’il soit, est intéressant.

D’ailleurs, j’imaginais hier, acheté cette maison, faire en sorte que l’entrée se fasse par le toit… Pour désencombrer l’entrée actuelle, qui se remplit de sable, amener par le vent…

 

La fin de journée…

Une question existentielle. Pourquoi avons-nous peur des bêtes, plus petites que nous ?

Simplement, est-ce par dégoût ?

Par exemple… Hier soir, un cafard dont les deux antennes, était sorti de la salle de bain, pour venir guigner dans ma chambre( il était comme ne repérage)…

Il m’a fait penser à Men in Black ! Alors, j’ai fermé mes valises, qui sont au sol, pas qu’il y rentre …

Heureusement, qu’ils ne grimpent pas les murs. Pourtant ceux de Pérolles, remontaient le long des murs des vides-poubelles…

C’est drôle, nous savons plein de choses, sur différents animaux qui vivent loin de chez nous. Mais pas sur les mouches…

Il fait chaud, et aujourd’hui, je repensais à la première fois, que je suis venu au Pérou. J’ai la sensation, que je n’étais pas consciente. Effrayée… Je me demande si j’étais moi… ?

Oui et non… Evidemment, aujourd’hui ma vision a changé…

En ce moment, je me sens bien dans mon corps et avec le corps qui est en moi

Je n’en parle pas, ou plus du tout aux gens, car ils ne comprennent pas…

Maintenant, je sais qu’ils ont peur. C’est une peur inconsciente, collective…De l’Alien… L’être humain a tellement peur de lui, qu’il doit se faire peur avec autre chose… Il doit rêver avec d’autres que lui…

 

 

 

29 décembre 2016

Passé la journée avec Augustin, nous avons préparé le repas de midi à son amie Katia. L’après-midi à Miraflores… Beaucoup marché, j’étais raide…

 

 

 

1er janvier 2017

Ouf, pffff… les deux !!!

Hier, j’ai beaucoup pleuré. D’abord chez Katia, ensuite chez Amanda. J’ai été agressive.

Je dois dire que ressentir de la jalousie, de la rancœur. Que les gens se regardent, se parlent, mal me gêne… Sentir… Ressentir… Pressentir.

Au final, je dirai que pour moi, ça s’est bien passé. J’ai fermé le caquet de Martine et de Ken, qui voulaient commander. Je venais de les surprendre, disant du mal d’Augustin

Egalement la méchanceté, comme c’est exprimé Rider, car Augustin, le matin n’était pas arrivé à l’heure.

De tous les entendre se médire… La moutarde m’est montée au nez. Et je me suis déchargée de cette rage d’entendre les gens se juger, les uns les autres….

Je regrette une seule chose, c’est d’avoir crié sur Elsa… Enfin… Bon…

Pour moi, l’important, c’est que mes deux enfants s’entendent bien, qu’il n’y ait pas de jalousie entre eux. Qu’ils prennent conscience du mal…

Il y a aussi ce regard jugeant sur Katia, de la part de certaines personnes de la famille.

Je dois résonner mon mental… Car avec la médication, je crois ce qui n’est pas…

Demain, départ pour Cusco… Avec Claudine, Marc, Martine, Ken et moi… Préparé la valise pour cinq jours.

Hier, j’ai été mal, car je me suis rendue compte, que je ne pouvais pas aller à Tingo Maria…

Pas cette fois, pas encore. Je n’y arrive pas physiquement, trop d’énergie à donner… A prendre sur moi…Grrrrrrrrrrrr…

Bon, j’ai faim, et comme c’est lendemain de fête, il me faut patienter, que les gens se lèvent…

 

 

 

 

 

 

2 janvier 2017

Je m’envole bientôt pour Cusco…

Hier, j’imaginais écrire l’éloge du Caca… Cacao à Cuba… J’aime bien les jeux de mots.

L’éloge du Caca, dont on ne parle peu ou pas. Et pourtant qui nous est salutaire. Imaginez que nous ne faisions plus caca.

Ou si tous les cacas du monde se réunissaient…

Le caca brun, jaune, noir, sanguinolent, odorant, puant, absent d’odeur.

Pourquoi sommes-nous dégoûtés par le caca ?

C’est étrange, ne trouvez-vous pas. Le caca, nous ne le montrons pas, nous le gardons pour nous. Cachés, nous essayons de faire le moins de bruit possible, quand nous allons au toilettes… Et nous nous excusons presque, de faire des bruits. Nous nous disons soulagés d’avoir fait caca, et pourtant, pourtant…

Dans les années 1990, en Corée du nord. Le pays n’ayant pas d’usine d’engrais, les coréens devaient utiliser leurs selles, pour fertiliser la terre.

 

 

 

 

 

3 janvier 2017

J’ai faim, je sens que mon corps a besoin de manger, à cause de l’altitude.

Hier, j’ai eu peur dans l’avion, quand même. De sentir que ton corps est dans un engin, que tu ne contrôles pas… Ces trous d’air…ouah…

A part les trous d’air, qui m’ont fait des sueurs froides, la vue était magnifique… Ces sommets enneigés.

Cusco était lumineuse, hier soir, quand nous la survolions, elle a encore les décorations de Noël

Hier, c’était ma journée fou rire, toute la journée… Comme samedi a été ma journée pleurs… Impossible de contrôler.

Nous sommes mardi à Cusco, à 17h36… Avec Marc, nous sommes rentrés, les deux épuisés. Nous avons bien visité. La Cathédrale… En fait, non, une église à côté de la cathédrale, et un couvent dominicains, où j’ai croisé les regards des archanges… Cette fois, c’est moi, qui les ai visités. Ce couvent a été construit sur le Temple du Soleil, ou Corichanca des Incas… Très beau…, Ensuite nous avons visité le musée régional de Cusco, où j’ai parlé avec Juvenil, un homme qui sarclait la terre

Après, j’étais Out.

Claudine, Martine et Ken ont continué la visite…

Le lendemain, nous avons pris un bus, pour traverser la vallée qui part de Cuzco, et qui nous amène à Aguas Calientes, 73 kilomètres. Sur le trajet, plusieurs villages touristiques, où des personnes travaillent comme à l’époque. Egalement plusieurs sites archéologiques, à visiter. Avec une pause dans un grand restaurant, où est servi un grand buffet, avec de la nourriture locale, et occidentale. Pour arriver en fin de journée à Aguas Calientes. C’est noir de touristes. Heureusement, nous avons réservé une chambre pour cinq.

Le lendemain, levés le plus tôt possible, pour être les premiers. Arrivés à la station de bus, la file est immense, et nous nous mettons à la queue, nous avons nos billets.

Nous voyons les gens qui font une file, sur chaque côté d’un petit cabanon, l’autre côté de la route, où des bus défilent les uns derrières les autres, quand nous approchons de l’endroit pour monter dans les bus, on comprend en voyant des gens qui s’en retournent, qu’il nous manque quelque chose, qui est le billet, lui-même, car nous avons juste la réservation. Nous voilà, bloqués durant une heure. Je reste plus ou moins dans la file, avec Marc, pendant que les autres patientent à nouveau. Ça me permet de faire connaissance, avec un américain, un latino, qui comme nous fait la queue.

Enfin, nous sommes en possession de nos billets d’entrée, et montons dans les  bus, qui grimpent une route tout en lacet, entourée de végétation luxuriante. Il y a un trafic incroyable. Lorsque nous arrivons au terminal du bus, nous voyons une foule devant les grilles du site. Il y a plusieurs colonnes, mais il y a tant de monde, que l’on voit tous juste les caisses. Heureusement nous avons chacun notre billet, et nous nous suivons plus ou moins. Arrivés dans le site lui-même, nous sommes  dans la brume.

L’oncle de mon beau-fils a un guide, et nous propose de le suivre. Moi, j’ai envie de découvrir par moi-même, et je me dirige vers la gauche. Je cherche des yeux le site lui-même, et je décide de suivre un chemin qui monte. Durant une heure, je grimpe, je croise beaucoup de gens qui descendent. Presqu’autant qu’ils en montent. Arrivé au sommet, je trouve des monuments, devant lesquels se trouvent des gardes, qui nous interdisent d’aller plus loin. Je suis furieuse. Car déjà plus bas, une somme d’argent m’avait été demandée pour suivre un tracé, que j’avais refusé de payer. Et là, on m’interdit le passage. Ma colère est grande, autant que ma fatigue. Le garde a su ce qu’était la colère d’une blanche. Je me repose un moment, le temps de me désaltérer, et je reprends le chemin de la descente. Et là, au bout d’un quart d’heure de marche, qu’elle ne fût pas ma surprise de voir le Machu Picchu, dans toute sa splendeur. Il me faut encore un quart d’heure, pour atteindre le site. Là,  je suis le chemin fléché, et je m’arrête sur un promontoire, en me demandant comment je vais faire pour retrouver mon groupe, quand arrive Marc, qui vient s’assoir à côté de moi. Puis dans la foule, je vois Claudine, qui a refait le chemin fléché dans l’autre sens, car m’explique-t-elle, dès que tu arrives au bout, c’est la sortie. Alors, elle a dû faire des coudes et des mains, pour pouvoir revenir en arrière, et me chercher. Elle m’explique que le guide a bien donné des explications, et elle me montre l’indien couché, qui forment les montagnes autour du site, mais je n’ai aucuns regrets, car ce que j’ai vu, vaut tout l’or du monde.

Puis arrivent Martine et Ken. Beaucoup de monde est assis. L’américain est assis pas loin, nous discutons. Quand nous voyons Ken qui s’agenouille devant Martine, et lui fait sa demande en mariage.

L’américain interpelle la foule, et commence à applaudir. C’est, je dois dire romantique. Tous les gens autour du couple applaudissent, quand  arrive un garde : Es prohibido de hacer ruido !

Ce n’est pas vrai ! Nous ne faisons rien de mal, à part montrer notre joie.

Nous suivons les flèches, quand nous voyons un brancard, sur lequel est allongée une personne. C’est vrai que les pierres sont hautes, parfois glissantes, et il y a un monde incroyable

Le Machu Picchu… Oui, je l’ai vu, senti, et je lui ai parlé…

C’est grandiose… C’est Terre Mère, qui se montre. Je pense qu’il y a différents endroits sur terre, où Terre Mère est en relation directe avec l’homme.

Ce que je ressens, c’est que Machu Picchu va se mettre en mouvement, il va se lever… Je parle au masculin, alors que c’est la Terre Mère… Justement, car il y a relation mâle-femelle, mal-bien…

Machu Picchu a été découvert en 1918-20 ou dans ces eaux-là, par un archéologue.

J ’y vois la relation, que j’ai découverte. Que les péruviens sont les nouveaux conquistadors de notre époque. Ils se servent de l’OR, que sont les touristes… Je pense que les amérindiens le savent.

 

 

 

 

Le 7 janvier 2017, 13h00

Je suis chez Meche. Qui sait, c’est puede, il se peut, qu’elle devienne la belle-mère d’Augustin… A voir…

 

 

 

 

Lundi 9 janvier 2017

Dernière et troisième semaine au Pérou.

Cette fin de semaine, je suis allé avec Augustin et Katia, sa maman et son frère Georges, à Caral, à 180 km au nord de Lima… Le site est encore partiellement enseveli sous le sable.

C’est étrange d’imaginer que des humains peuplaient ce site, et que maintenant il est vide…

Cette fois, j’ai mieux compris comment se font les pyramides d’ici. D’abord, une première base, puis une seconde qui se construit sur la première. Bien des générations plus tard, une nouvelle construction plus grande sur la première, remplissant les vides, entre les murs de l’ancienne et les murs de la nouvelle construction, par du sable, et des gros filets de coton brut contenants des pierres, empêchant les murs de se détruire, lors de tremblements de terre.

Ce premier peuple était pacifique… Comme l’Océan Pacifique. Il aimait la musique, les arts…

Les archéologues n’ont découvert pour le moment un seul corps, sur tous ceux qu’ils ont découvert, qui avait les mains attachés dans le dos, et les phalanges coupées. Le crâne percé à différents endroits. (paradoxal, pour un peuple pacifiste)

Il utilisait les outils que la nature lui offrait. Des coupelles, faites de calebasse. Il avait des statuettes de terre « crue ». Il ne connaissait ni la céramique, ni le métal.

Il y avait les membres « supérieurs », vivant sur les hauts de la vallée, et les membres « inférieurs », vivant près du ruisseau, au fond de la vallée.

Il faisait des offrandes, et les brûlait.

Mais il me vient en tête, que ce n’était pas des offrandes. Je suis partie sur l’idée, en voyant ces murs, sur lesquels ils brûlaient les offrandes, plutôt comme des foyers, qui devaient se voir depuis le ciel, vu que l’électricité n’existait pas, et que ce peuple donc, montrait, comme un naufragé sur une île, pour que les hommes venus du ciel viennent le rechercher, car il n’avait aucune envie de rester sur terre. Ce peuple voulait repartir vers les étoiles.

Ce peuple connaissait le système Quiput, pour calculer. Les archéologues en ont trouvés. Ce peuple connaissait l’astronomie. Une pierre plate, avec des trous sur une face, et le guide nous a démontré qu’en fait, en les remplissant de sable, que cela représentait la Grande Ourse…

Je comprends enfin, je perçois l’histoire d’une partie de l’humanité… Certaines choses doivent encore s’éclaircirent… Mais c’est grandiose…

 

 

 

Mardi 10 janvier 2017

Bientôt le retour. Je suis contente de revoir mon <chez-moi>.

Je vois, je perçois beaucoup de choses. Je sais que je dois laisser aller, venir, faire. Impossible, inutile d’influencer sur ce qui doit être fait. Libre arbitre. Même si je montre, démontre, il ne sert à rien de vouloir aller contre, car automatiquement il y aura rébellion.

Il n’y a pas qu’une vérité, il y a plusieurs vérités. C’est celle qui nous convient, qui nous accompagne. C’est la vôtre, c’est la mienne, c’est la nôtre. Chacun évolue à son rythme. Inutile d’intervenir, inutile d’essayer, de changer le cours de l’évolution personnelle… Car c’est allé contre nature.

Alors, il faut aller avec. Je pense que certains doivent rester pour accompagner, ceux qui restent…

Comme lors du <grand changement>. De la séparation des deux mondes de l’Atlantide…

Car pour certains, pour tous ceux qui croient, qui pensent que c’est une raison divine qui est coupable. Que Dieu est responsable, qu’il soumet, qu’il punit l’homme.

C’est pour cela qu’Augustin restera avec eux. Ceux qui croient encore que Dieu est responsable de leur vie. Ceux qui doivent comprendre qu’ils sont responsables de leur choix de vie, qui influe sur leur vie…

Vivement le retour…

Je t’Aime, je m’Aime,  je vous Aime.

 

 

 

Mardi soir…

D’un côté, j’aime bien la famille,  d’un côté, elle m’énerve…

Elsa, Segundo, Kenny et sa femme…Amiga… Ouais, jusqu’à un certain point !!!

Je ne trouve plus mon chargeur, je l’ai peut-être mis quelque part…

Lima m’épuise. En fait, non, je ne pourrai pas vivre dans une grande ville… Trop bruyant, trop de pollution… J’aimerais vivre avec Gago, Enrique de son prénom… Dans cette jolie petite maison, juste ce qu’il me faut…

 

 

 

Mercredi 11 janvier 2017

Ce soir, nous mangeons ensemble, Augustin, Katia, Claudine, Rider et moi. Ensuite, nous irons voir, cet endroit, où il y a des orphelins…

Mais cela c’est pour ce soir…

J’ai retrouvé mon chargeur, mon cerveau me joue des tours.

Cette nui, j’ai rêvé d’Arsène. Ses frères, ses sœurs, sa famille. Une discothèque.

Arsène, un moment que je n’y pensais plus.

Parlez-moi de lui, a-t-il des amis. Dans ces pays lointains, est-il heureux enfin ?

Ouais Ouais Ouais

Je ne sais plus si je sais, ou si je ne sais pas… 

Parfois, il me semble ressentir, savoir ce que les gens sentent, sont…

Et parfois, merde, bordel de merde, chier, bordel de mierda… Putain de merde, ça fait chier…

Chaude humidité

 

 

 

 

Bientôt 10h

Ce qui est étrange et ce qui m’étonne, c’est que je pense, je  crois que j’ai toujours su ce qui se passait, dans la tête des gens. Et que j’occultais, pour me préserver.

Oui, simplement, je lis dans les pensées des gens…

 

 

 

Vendredi 13 janvier 2017

Demain, je rentre, et je suis comme Augustin, lors du départ. J’ai peur que l’avion n’arrive pas me déposer en Suisse, que je n’arrive pas chez moi.

Au fond de moi, j’ai surtout peur, que rien n’ait changé, rien n’ait évolué.

Avant-hier, j’ai pleuré. Claudine a été odieuse… Elle s’en est excusée. Marc en a profité pour lui dire, qu’elle ne se rend pas toujours compte de la manière comme elle le traite.

-Maman, tu as dit. Ce gamin est un con !

Il est vrai que cela me peine d’entendre cela. De l’entendre parler… Elle prend des mots vulgaires. Ça fait chier, par-là, Ça fait chier par ci.

J’ai pleuré, car elle a, non, ils ont fait que ce soit Augustin qui paie le souper. Ça a été trop pour moi. !!!

Ils dépensent une quantité d’argent pour faire la fête, pour payer à bouffer, à la famille à Rider… Rider qui traite son frère comme un boy…

-Fais ci, fais ça !

Et Kenny qui court.

Bon après tout, c’est bien ainsi, c’est leur problème… Et ma fille qui pense dire les choses aux gens. Mais elle s’y prend mal. Elle s’en prend aux plus faibles… En l’occurrence, moi…

Elle s’est plainte que j’avais abusé de son argent, à Cusco. Il est vrai que je ne me suis pas rendue compte. C’est eux qui savent calculer… Tout est calcul, chez eux. Le plus riche, le plus cela. Et surtout celui qui dira le plus de mal d’autrui…

 

 

 

14 janvier 2017

Je suis peut-être trop dure avec le Monde !!!

Il lui est difficile d’appréhender, la vie.

Je crois que c’est pour cela que le monde boit, se drogue.

Pourquoi boire autant, cela me dépasse, sincèrement !!!

Surtout que ce que je vois, c’est qu’ils pensent que c’est festif, mais cela ne l’est absolument pas.

Qu’y a-t-il d’amusant à se saouler, de se pinter la gueule ? Quoi, pourquoi ?

M’enfin ! Comme disait Gaston.

 

Donc, aujourd’hui, je rentre. Et je sens que l’Inca fera partie de mon tableau… Le Machu Picchu, et le Moléson, et le grand bouddha Blanc de Puket.

 

Nous devenons adulte, intellectuellement, quand nous sommes capable de faire un tri, dans la représentation des autres. C’est-à-dire, très tôt, vers l’âge de 4 ans.

Psychologiquement, sur le plan affectif, nous devenons adultes vers l’âge de 16-20 ans. Socialement, à notre époque, nous le devenons vers l’âge de 25-30ans.

Et humainement(…) nous passons toute notre vie, à le devenir.

Boris Cyrulnik (Nexus)

 

L’authenticité est la fiabilité, à soi-même.

Vulnérable-étymologiquement-blessé

 

 

Samedi 9h00

Martine et Ken, sont partis. Martine s’est bloqué le dos en se levant.

Je réfléchis sur ma manière de pensée. J’analyse tout et tous. Tous ne sont pas intéressants. Je me disais que je critique, également. Mais, car il y a un mais, je le fais dans le but, que les gens puissent se sentir mieux, dans le but de les aider.

Mais les gens n’ont pas envie, ou ne voient pas qu’ils ont besoin d’aide…

Que faire ? Accepter !!! Moi, qui ai horreur de ce verbe : accepter ! Je vais donc accueillir.

 

 

 

 

17 janvier 2017

Retour en Suisse… le voyage de retour a été long, près de 24heures…

Je pense que j’ai passé un stade… Maintenant, je vais à nouveau coquiner…

 

 

 

18 janvier 2017

Il est vrai que c’est déprimant de se retrouver seule, après avoir passé trois semaines avec du monde.

Je dis <il est vrai>, car je pense que Claudine doit déprimer également. Je le pense.

Ce matin, chez Mireille, j’ai appris, que du point de vue numérologie, 2017 est le début, le numéro 1, la numérologie va jusqu’à 9…

Je m’imagine toujours, que quelqu’un me dise : venez, nous allons vous faire des examens. Comme cela, vous pouvez donner la preuve, donnez des explications…

Mais je rêve, car intellectuellement, humainement ce n’est pas possible…

L’humain n’est pas prêt… Il aura la surprise… L’humain aura la surprise.

Durant le voyage de retour, j’ai lu Darwin, enfin le reportage de Nexus, sur Darwin, sur l’évolution de l’espèce, qui est devenu une doctrine, qui n’a aucune preuve matérielle.

Pour ma part, je pense que l’homme a évolué, certes, en fait je ne pense rien.

L’homme d’après la Bible est apparu, il y a plus de 6000ans.

D’après Darwin, il est apparu après mutation/évolution. Et là, si nous cherchons bien, l’homme descend de la bactérie…

Je ne suis pas là, pour alimenter cela, je suis là pour aider l’homme à l’évolution.

Je suis fatiguée, je vais manger, me reposer.

Demain 10h00, yoga… Reprendre le sport, cela  me fera du bien. Le jeudi  2février 2017, je prends un pot avec Pat, fribourgeois. Son épouse souffre de la sclérose en plaque, et est, ou doit aller au home.

Je verrais comment va cette relation. Connaitrais-je sa femme ? Je crois que cela pourrait être intéressant. Car lorsqu’un couple est face à une maladie dégénérative, la personne malade doit, autant, si ce n’est plus, faire le deuil, de son conjoint. Et de voir son compagnon prendre du plaisir et continuer sa vie sexuelle, alors qu’elle n’y aura plus accès, en cas d’EMS, cette personne doit avoir une force énorme de résilience.

Je vais commencer mon livre, quand, comment, où ?

 

 

 

Mardi 31 janvier 2017

Echange avec Rachel.

Resalut Rachel, j’ai lu les articles sur ton amie. Je vais en parler avec mon neurologue, voir ce qu’il me conseille. Je ne lui avais pas parlé de ce projet boa. Et surtout que je l’avais testé… Peu après, je faisais mon trip…

Rachel : coucou, pourquoi pas, maintenant c’est connu. Sens toi-même, si tu en as besoin. Ta peinture est très efficace, aussi.

Moi : si j’en parle avec mon neurologue, c’est pour parler des effets indésirables, d’un produit, comme celui-ci. Et c’est bien de sa pub qui dit que les neurologues ont approuvés. Je n’ai pas été suivi par une personne compétente, du monde médicale, durant la durée du test.

Ce qui me turlupine dans cette histoire, c’est que tu es la première à critiquer le monde médical, allopathique. Et là, oh, Miracle… Je m’étonne !

Rachel : ok, je pige où tu veux en venir. Je pensais t’aider, car pas de contre-indication, et que la couleur et la peinture liées, à la musique te correspondait bien. Désolée, tu peux la contacter, via son site internet, si besoin. Pour info, je ne suis pas contre tout, chaque situation est différente.

Moi : simplement, je te donne mon avis. C’est toi qui es venu chez moi.

Dimanche, j’ai vu Olivier Kennedy, publicitaire, comme tu le sais, au JT, interroger par Darius Rochebin.

Et Darius, lui demandait à peu près ceci :

Avec une bonne publicité, on peut vendre n’importe quoi, à n’importe qui ?

Kennedy : OUI.

 

 

 

13 février 2017

J’ai pris conscience de qui j’étais réellement. A ma naissance, j’étais Jean-Claude. Aujourd’hui, je suis Françoise. On ne m’a rien demandé, on ne m’a rien expliqué. On m’a tué, c’était un accident.

Enrique me disais : faire sortir l’homme.

Il voulait dire, faire remonter à la surface, l’homme qui s’était caché au fond de mon inconscience.

Il savait que cela serait violent. Je ne l’imaginais pas autant !

Je sens de la colère, une colère énorme. Une colère de 2000 ans et plus. Je suis en colère, envers ces SOTS D’HOMMES… Ces ignorants… Ils sont toujours cachés, comme lorsqu’ils sont sortis de l’Eden. Ils se cachent derrière leur sottise… Ils sont plus stupides, que les plus stupides. Il n’y a pas plus stupides qu’eux !!!

Ils se mentent, ils mentent. Ils n’osent pas dire ce qu’ils sont !

Pas tous, heureusement, mais une grande majorité…

Je savais que je devais laisser sortir ma colère…

J’ai pensé à la tricherie des Uns, et à la tricherie des Autres…

Rares, sont ceux qui ont osé être et dire, qui ils sont, en face de moi…

Moi-même, enfin la moitié de moi-même….

Je sens l’homme en moi. Déjà depuis un moment. D’abord imperceptible, puis de plus en plus fort !!!

Et sa présence en moi, est évidente… Je suis hermaphrodite. Quel mot. Un mot pour dire que je suis entière, totale. Dans l’UNION.

J’ai trop mal. Je sais que je suis accompagnée. Que personne ne me croit est difficile à porter.

Oui, oui, le Christ a souffert de ne pas être compris. Comme moi, il a été utilisé, par des gens qui voulaient s’enrichir. Beaucoup de jalousie, de ses apôtres, de ses proches. Marie, sa mère, et Marie-Madeleine sont restées près de lui. Je crois qu’il y a beaucoup de fausses vérités, dans la Bible, autant dans l’ancien testament, que dans le nouveau testament.

 

 

 

14 février 2017

Oui, ma douleur fait surface, pour le moment, elle est colère. Heureusement que cette colère sorte maintenant. Je n’ose pas imaginer, ce qu’elle aurait été en 2015. Sûrement, je serais encore internée, car j’aurais probablement tué quelqu’un.

Aujourd’hui, cette colère, je la contrôle, parfois difficilement, car je voudrais la crier au Monde.

Je sais que c’est inimaginable, donc, je vais la laisser monter, faire totalement surface, et quand elle sera bien en boule, uniforme, je l’éjecterai totalement, intégralement…

 

15 février 2017

Ce qui est dangereux avec les robots, c’est qu’ils vont prendre le pouvoir avec le sexe !

Rencontré 3 femmes, séparément, ce matin, elles m’ont épuisées, car ce sont 3 femmes qui pensent qu’elles sont le péché.

Jocelyne, j’ai la sensation, que non seulement, elle se sent coupable, mais elle a subi la domination de la mère, qui elle-même se sentant coupable, a inculqué cette culpabilité, à ma sœur. Et de plus la mère, lui a également transmis sa responsabilité. Je pense que Jocelyne est blessée, car elle faisait confiance à la mère, qui lui a laissé croire que j’étais coupable, car celle-ci refusait sa responsabilité.

Ensuite, j’ai vu Thérèse qui croit dur comme fer, que dieu punit la femme, à cause d’Êve.

Et la 3ème femme, ancienne collègue, qui prend tout sur elle, et n’arrive pas à lutter contre ce démon…

LA CULPABILITE

 

 

28 février 2017

L’orage m’a réveillé, alors que j’étais dans un rêve, où je mélangeais différentes ethnies, époques (en fait représentants de plusieurs époques). Un rêve positif.

J’aime et je découvre un monde qui m’enchante, que je trouve beau. Normal, car je sais maintenant que je suis un être humain dans sa version mâle/dominant. Oui, je suis dominant. Et c’est ma force. Je pense que j’acquiers peu à peu, cette force du mental masculin, qui contrôle, qui gouverne, qui dirige.

 

J’ai enfin écrit à Enrique. Avec lui, tout se passe par notre mental. Bien qu’il me reste encore, à apprendre à  décoder. Je ressens par la tonalité des sifflements (la science parle s’acouphènes, alors qu’en réalité, ce sont nos contacts avec nos anges gardiens) quand je fais bien ou mal, si oui ou non, je dois faire ou écrire telle ou telle chose .

Je me découvre, donc, que j’aime les hommes féminisés, car ça me parle, ils sont mon miroir. Et que la femme, elle-même, du point de vue sexuelle, ne m’attire pas trop pour le moment.

J’ai un grand respect pour les femmes de mon entourage, ma fille, ma petite-fille, mes sœurs, mes nièces.

Je n’ai plus envie de faire l’amour avec une femme. Dimanche, je ne me souvenais plus du prénom de Nat… Trop fort.

La femme laisse tomber, l’homme aussi… L’être humain préfère laisser tomber, plutôt que de se remettre en question. Il préfère perdre un/e ami/e, plutôt que de réfléchir sur lui-même.

Le Monde de notre terre, est exactement dans la même dynamique. Faire comme Si… Que tout était normal, que tout va bien !

Et c’est faux, archi-faux. Il se cache la face… Pourquoi ???

Plus qu’un jugement, c’est une constatation.

 

Avec toutes les femmes que j’ai rencontrées, ou presque, par exemple les femmes qui ont participé à ce fameux souper, après mon vernissage, deux sont restées proches de moi. Ma fille et Misstokyo

Gislaine, a été la première à partir

Nat, a disparu en deuxième.

Olga, plus de nouvelles.

MissTokyo, un jour son mari m’a demandé pourquoi, je ne prenais pas d’atelier avec elle. Je n’ai rien répondu sur le moment…Comment lui dire : ouais, je vais bientôt être mère, et j’attends la naissance de l’enfant pour savoir ce que je ferai.

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 2 mars 2017

C’est impressionnant, il y a un mois, j’ai rencontré Pat, qui vient près de Romont… J’ai coquiné avec lui… Hier soir, j’ai dormi dans son lit, avec lui, bien sûr !

Premièrement, j’ai mal dormi, réveillé plusieurs fois. Et ce matin, après avoir été uriné, j’ai fait un rêve. J’ai la sensation que ce rêve ne m’appartenait pas ! J’ai ressenti une violence. Un père qui battait son fils, qui se transformait en oiseau, et qui avec son bec se dirigeait vers la nuque du père, qui faisait l’amour, avec la personne qui rêvait.
Puis à 8 heures, lorsque je suis descendu pour prendre mon médicament, j’ai eu un malaise, j’ai juste pu rejoindre le lit pour me reposer, comme si j’avais fait une méga chute de pression. Et il y avait une forte odeur de tabac, alors qu’apparemment il ne fume pas.

Couchée, je lui ai demandé si j’avais ronflé. Il m’a répondu que je faisais du bruit. Je lui ai parlé de mon rêve, et je ressens que ça l’a touché, bien qu’il n’ait rien laissé paraître. Il a dominé ses <sensations>.

À ce moment, j’ai pensé à Charly. Ce que je vivrais Charly, si j’étais resté avec lui. Il m’aurait mis dans un home, pour profiter de la vie.

C’est complètement loufoque. Pat me racontait que sa femme était jalouse. En réalité, c’est lui, le jaloux… Ou du moins, elle avait des raisons d’être jalouse, car ils coquinaient, et que lui, je ressens s’autorisait plus, que ce qu’elle en avait envie.

Comme beaucoup de libertins, qui disent aimés leur conjoint, mais leur mentent, à longueur de temps.

Le libertinage autorise les hommes à faire ce qu’ils veulent. Certaines femmes, parfois, également, sans respect.

Le problème de l’être humain, c’est qu’il est incapable, ou du moins difficile de se contenir… Dans n’importe quelle situation… Il est tenté, il se laisse tenter de partout, sans se rendre compte, qu’il y a des dommages collatéraux…

Bon ce samedi, je sors avec Sacha. Il y a déjà plus d’une année, qu’il  me drague sur libertic. Il m’invite au cinéma, puis un souper. Il serait simple de lui dire de monter, et que l’on baise…

 

 

 

Samedi 18 mars 2017

J’ai passé une excellente soirée avec Sacha. Très gentil garçon, et aimable. De corpulence rondelette, 175cm. Je le sentais très intimidé. Nous avons été au cinéma, et sommes allés prendre de l’énergie, pour ce qui a suivi.

J’aime ce moment magique, où nous commençons à nous embrasser, à nous désirer, à toucher nos visages. En général, j’apprécie, ensuite, déshabiller l’homme. Pour moi, rien de plus excitant qu’une chemise Denim. Ma main glissant sur la peau de son torse, lui pinçant les tétons, pour savoir si oui ou non, il a cette sensualité.

J’aime être cette dominante, qui toise, qui tâte, qui dispose. Je l’ai fait tourner sur lui-même, que je puisse apprécier ce que j’avais à disposition. Puis je lui ai lentement défait la ceinture. J’entendais son souffle court, à mon oreille.

Puis j’ai dégrafé le pantalon, et là, son sexe, nu se pointait droit devant moi. Je le prends en main, je le serre fortement, et lui donne deux ou trois coups avec la paume de la main.

Lui, veut me toucher les seins, sous ma robe moulante. Je le lui interdis. Je garde une main sur son sexe, pendant que l’autre descend vers ses bourses, qu’il a généreuses. Il me semble, qu’il y a bien longtemps que je n’ai eu un aussi beau sexe, et si doux.

Je lui fais glisser le pantalon au sol, et l’enlève, le fais tourner sur lui-même, et lui donne une bonne fessée, avec une main, pendant que je tiens ses bourses de l’autre. Il a de la peine à retenir un râle de plaisir.

Je l’attrape fermement par le sexe, et l’emmène dans ma chambre. Où je lui intime l’ordre de se coucher, pour qu’il m’offre son sexe, afin que je puisse me planter profondément, et commencer à le chevaucher à croupis.

Je deviens folle, mais j’ai peur qu’il ne jouisse trop vite, alors je me retire, et lui fait une prise de tête avec mes cuisses, pour qu’il puisse me sucer, et je dois dire qu’elle est magique, cette langue, que je ne m’en lasse pas.

Nous terminons par un 69, et là, enfin, je me laisse porter par la jouissance, en même temps que Sacha laisse partir ses jets spermiques.

Nous nous allongeons l’un à côté de l’autre, discutant encore un moment, pour qu’il puisse reprendre ses esprits. Il se rhabille, et je lui souhaite un bon retour chez lui.

Je me préparai pour la nuit, et m’endormi sans tarder.

 

 

 

Dimanche 19 mars 2017

 

Je sais maintenant que beaucoup de gens attendent l’ANGE.

Aujourd’hui, avec mes enfants, nous avons joué aux cartes.

Et Claudine dit :

-Augustin a toujours dit, qu’il y avait une bibliothèque dans le ventre de maman.

Je pense que lorsque nous sommes les trois ensembles, il y a une énergie, une synergie. Ils savent, mais ils ont peur. Pour moi, pour l’enfant, pour l’ange.

Ils sont dans le secret.

Je me sens seule, sans être seule. Je pense que je pense, avoir les questions réponses, qu’il me faut savoir, quand, comment ?

En entrant dans le monde transexuel, je rentre dans une autre dimension. Hier soir, en relisant les textes de 2015, je m’aperçois que je me posais la question, sur une confrérie du sexe. En fait, il doit y en avoir plusieurs. A plusieurs niveaux !

Si je me laissais aller, je pourrais à nouveau « voir » le monde tel qu’il est autour de moi, ce monde invisible. Maintenant, en écrivant, je ressens que la Terre est un <laboratoire>, qui accueille différentes ethnies de différentes planètes. Tous, avons pris forme humaine. Je ne sais pas encore ce qui les différencie. Et pourquoi sur Terre ?

Peut-être est-ce le seul moyen de ressentir. En fait nous sommes comme dans le film Avatar, nous guidons nos corps. La différence avec le film, c’est que dès que nous naissons, nous oublions, pour que chacun ait la même chance. Mais avec les siècles, les générations, cette idée spirituelle  a été supplantée par la matière.

Il y a plusieurs paramètres, lorsque nous arrivons sur Terre.

Adam a été la perfection. Le bien, le mal, la femme, l’homme. Là, j’écris en laissant aller ma plume, car j’ai beaucoup d’informations, et qu’il m’est compliqué de canaliser…

 

Ne pas se poser trop de questions. Vivre et laisser vivre. J’aimerais voir Enrique. J’aurais un plaisir énorme. Mais c’est impossible pour le moment.

Il a un boulot énorme au CERN. Avec Lina, qui est rempli d’ondes négatives. La pauvre, elle capte, elle neutralise. Je ne veux et je ne peux pas la voir, car elle me <souillerait>.

Oui, Enrique a beaucoup à faire. J’espère qu’il va bien avec sa santé. Qu’il a moins mal à la tête…

Que son fils soit bientôt champion de foot…Je rigole…

Comme je  l’aime cet homme ! Mon complément, le premier. Le deuxième Arsène

Enrique qui fume des keke, vient me voir… !!!

 

 

 

 

20 mars 2017

Pourquoi une femme ayant des désirs sexuels, avec différents partenaires, est-elle traitée de nymphomanes. Alors que l’homme, pour lui, le comportement est normal. Je pense que c’est le côté sacré du ventre maternel. Du nid, qui ne doit pas être souillé par d’autres prétendants.

 

 

 

21 mars 2017

Il est un peu plus de 9h00 le matin. Et je culpabilise, je culpabilise physiquement pour les humains. Mais je sais que je ne peux rien y faire. La Terre suit sa route, avec nous tous dessus. Je ne suis rien du tout, seule. Je suis Tout, ensemble, complémentaire.

Il y a une grande secousse qui s’est mis en marche, dans les années 1960 en Amérique. C’était le début de la fin, d’une ère. Presque 60 ans plus tard, la vague a traversé l’Atlantique, pour enfin se développer en Europe.

Les jeunes vont se réveiller ce printemps. La grande guerre que souhaitait les islamiques va avoir lieu. Elle sera courte !

Rien ne peut stopper, et d’ailleurs, il ne faut pas stopper la fièvre. Il est absolument nécessaire que l’abcès crève.

 

 

 

22 mars 2017

Je me serais bien vu faire un film, avec mon appareil photo. Je crois que ça utilise beaucoup d’énergie.

C’est drôle, je ne sais pas si je suis toujours sous surveillance, par Arsène ? Ouais….

 

 

 

23 mars 2017

Texte tiré d’un roman.

<La victoire de la science, nous a beaucoup coûté. Elle soulage, les souffrances de la  maladie. Si, elle allège l’effort du travail, si, elle présente aux hommes, un vaste étalage de gadgets, qui lui rende la vie plus facile et plus distrayante, elle leur lègue un monde dénué d’émerveillements. Elle réduits nos couchers de soleil, à des calculs de longueurs d’ondes et de figures. Elle a décomposé en équations la complexité de l’Univers. Elle détruit jusqu’à notre confiance en nous-même et en l’humanité, en proclamant que la planète Terre et ses habitants ne sont qu’un grain de poussière dans l’immensité universel. Un accident cosmique

La science n’a pas tenu ses promesses. L’assurance de l’efficacité n’a attiré que chaos et pollution>

La science est dans une spirale, impossible d’arrêter et nous sommes dans cette spirale… Je pense que nous sommes dans un trou noir. Nous allons bientôt sortir de l’autre côté, et « cela » va s’apaiser, pour un temps du moins. Jusqu’à ce que le Monde reprenne ses Esprits. Et le Monde sera partagé en deux parties. Celle qui choisira uniquement la science, et l’autre…

 

 

 

29 mars 2017

Ça se précise, je crois que l’Enfant va naître.

Je sens, je ressens. Je sais que les rencontres, que j’ai fait ces derniers temps, sont très importante !

Je suis toujours sur mes gardes.

J’ai eu des contacts avec Bruno Maillard. Je sens qu’il sera très important pour moi, pour la communication.

Physiquement, je suis fatiguée. Park est plus prononcé

Je ressens comme cette nuit, que mon corps (torse) est comme un arc.

Dire que j’ai passé tous ces mois, seule avec mon Enfant. Sans pouvoir partager.

 

J’ai fait un contrôle de mes yeux.

J’espère que ça sera accepter, par l’assurance, car ma vue baisse, et il serait bien que j’aie un deuxième paire de lunettes pour peindre.

Je ne conçois pas ma vie sans peindre et écrire

C’est ok pour les lunettes, ouf, je suis contente…

Flory est passée me voir, c’était sympa. Je lui ai donné le premier jet, que j’avais fait de mon livre, L’ANGE.

Et ce soir, j’ai appelé la Ligne de Cœur. C’est dingue, j’ai la sensation qu’ils savent, pour l’enfant, mais  je ne peux pas dire, pour le moment, car j’ai peur. Peur de la cruauté, la méchanceté, l’ignorance. Alors, oui je me cache. C’est dur car j’aimerais partager avec vous, peuples de la Terre…

 

 

 

30 mars 2017

Bientôt le 1er avril. Je réfléchis à la question de la farce. J’aimerais bien d’un côté, leur dire que je porte l’enfant. Mais ça ne ferait rire que quelques personnes. Une partie serait horrifiée, et une autre apeurée. Donc je ne dis rien…

Mais Dieu sait la tête qu’ils auront quand je vais donner naissance à l’Enfant.

Révolution pour une EVOLUTION…

Ces jours, j’ai à nouveau point besoin de manger, mais je mange quand même, car pour assimiler mes médicaments, je dois les digérer. Mais je sens que mon corps, pourrait très bien s’en passer.

Je pense que spirituellement, tout se met en place. Juste, je suis impatiente. Grrrr !!!

 

 

 

31 mars 2017

Je suis à nouveau dans la crainte. C’est pour cela, que j’aimerais que mon Enfant devienne officiel. J’ai peur. Pas pour moi, vraiment, j’ai peur pour l’Enfant, qu’on me le kidnappe. Et en même temps, je sais que c‘est stupide d’écrire cela, car cela prouve que j’ai un manque de confiance.

Je sens Arsène qui tourne autour de moi, Steve est envoyé par lui !

Hier, à la TV, j’ai vu que mon idée de la Fleur du Mâle, a été utilisé par des artistes, à nouveau. Je me sens spoliée, violée, volée. Ça leur passera quand l’Enfant sera là. Ils seront les premiers à me manger dans les mains !!!

Depuis le temps, que je suis leur cible !!!

 

 

 

Lundi 3 avril 2017

J’ai passé une excellente journée. Pat la soubrette est venue. Avec des roses, des fruits, elle est allée se changer. Elle était chaude comme une châtaigne. Un moment, j’ai senti qu’elle a eu peur. Elle a préparé un linge et une lavette, pour que Sébastien aille se laver, quand il arriverait.

Elle était agitée, elle voulait faire fonctionner sa caméra, qui ne marchait pas, justement…

Et il a sonné. J’ai senti à leurs voix que le courant passait, car c’est Pat qui est allé ouvrir.

Et l’homme qui est entré était magnifique, un regard, un sourire, et une barbe.

Sébastien était déjà excité. J’ai demandé à Pat de le déshabiller… Par la ceinture, qu’elle a commencée. Ce n’est pas vrai, elle avait le cul en feu… De bien entendu, je l’ai remise à l’ordre… Non, mais…

Puis il était nu. Beau corps… Belle barbe, belle queue. Pat a sauté sur ce beau sexe, qui n’en demandait pas plus.

Sébastien me caressait les seins, m’admirant, disant :

-Mon Dieu…

-Non, je suis sa fille….

Une magnifique matinée, intense et forte…

 

 

 

 

 

 

 

L’AVENTURIERE

L’AVENTURE EST UNE EXPERIENCE EGOÏSTE, L’EXPLORATION A UN BUT.

17 avril 2017, 16h00

Je suis timide, cependant j'ai toujours rêvé d'aventure. Et d'en être l'héroïne. Et ma timidité me procure un manque de confiance en moi, ce qui fait que j'ai besoin de l'approbation des autres.

Alors que mon aventure est intérieure, ce qui rajoute une complication, à la reconnaissance, car étant intérieure, elle ne se voit pas avec les yeux du corps, mais ceux de l'esprit. Je me suis rendue compte, enfin mon complément Enrique, m'a rappeler mon grand défaut, ou plutôt ce que je fais faux. C'est de vouloir que les gens m'approuvent, me comprennent. C'est vrai, j'ai ce besoin de validation.

Enfin voilà, je vais essayer de ne pas imposer, juste d'apposer ce que je vis.

Depuis mon plus jeune âge, que je me souvienne, j'ai toujours été très porté sur le sexe, oui. Cependant j'ai toujours été attiré par les questions spirituelles, également.

Je me ressens toujours à ce cours de religion à Pérolles, avec un livre sur la bible, pour l'école. L'institutrice devait être inspirée ce jour-là, car elle a réussi à me transporter dans mes rêveries, et  je me suis retrouvé assise à la droite du Père, sur le nuage représenté sur le dessin....

Une sensation énorme. C'est dans cette période-là, je suppose que je posais des questions sur la  mort de mon frère. Les réponses étaient toujours vagues.

Quelques années, plus tard, en me rendant au CO de Jolimont, avec deux copines, un samedi matin, ma question s'était porté sur la virginité de la Vierge. Je ne comprenais pas ce que disaient les curés et les enseignants. Il devait y avoir une explication logique, rationnelle.

Puis la sexualité était moins compliqué à comprendre, alors durant des années, je me suis tourné vers elle. Enfin, je suis partie à sa découverte. Là, au moins c'était clair. Il y avait une femme et il y avait un homme, et l'union des deux donnait un enfant.

C'est pour cela, que je n’ai jamais flashé sur les mathématiques. J'avais la preuve concrète que un plus un, ça donne trois...La Trinité, peut-être ?

Je vivais de ce que la vie m'apportait. A l'adolescence je me suis rendu  compte que la manière de fonctionner de ma famille ne m'intéressait que très peu. Je ne réfléchissais pas comme aujourd'hui, mais ce que je voyais m'inspirait peu. Une période assez trouble, enfin de compte. Avec des hormones qui jouaient à saute-mouton.

 

 

 

 

 

 

17h40

Quand je réfléchis, mes idées vont d'un endroit à un autre. J'aimerais savoir écrire des romans, pour vous raconter mon histoire. Je ne suis pas romancière, juste aventurière. Après tout, c'est moi qui vise trop haut, peut-être!?

Qui me demande d'écrire des romans? Personne. C'est mon mental, qui me raconte que je ne pourrai pas intéresser les gens, si j'écris comme j'écris. Mon mental, je ne sais pas le vôtre, mais le mien il me dit qu'il faut que ça soit parfait. Qui dans ce monde est parfait ? La perfection n'existe pas. Car tout s'arrêterait. La terre arrêterait de tourner. Les humains arrêteraient de naître  et de mourir. Nous naissons et mourrons, du moins c'est ma croyance, pour se perfectionner à chaque vie. Car une vie, c'est trop court pour tout apprendre.

Oui, je crois que je me suis réincarnée plusieurs fois, déjà. Que l'homme depuis la nuit des temps se réincarnent. Et il avance lentement, très lentement. Car il a fait le choix, un jour de se concentrer sur la matière, plutôt que le spirituel. Car la matière était plus facile à appréhender.

Oui, comme moi, j'ai laissé le spirituel, pour aller vers le sexuel.

Et pourtant le spirituel et le matériel, sont unis. C'est également le yin et le yang, c'est le négatif et le positif, c'est le noir et le blanc. C'est le bien et le mal. L'un va avec l'autre. Dans l'un, il y a une infime partie de l'autre. Si l'un commence à manquer, c'est le déséquilibre assuré.

Je sais, moi que j'ai besoin des deux. Toutefois,  le spirituel, l'être humain l'a fourgué dans les mains des religions. Et je suis partie à sa recherche. Un temps, j'avais fait comme ceux qui m'entouraient. Je pensais qu'il fallait séparer la sexualité et la spiritualité. Cependant  quand je croisais une personne religieuse, j'étais en peine, car je ressentais que si je lui parlais de ma sexualité je serais consigné comme matériel. Et qu'au contraire, si je parlais de ma spiritualité avec quelqu'un avec qui je partageais du sexe, je craignais être considéré comme trop spirituel.

Impossible pour moi, de trouver ma place. Et quand on est timide, c'est encore plus compliqué. Je sais maintenant, car j'ai lu, et que je le constate chaque jour, l'homme a une pensée simple...Son cerveau peine à avoir une doublepensée.

La doublepensée, que je suis et spirituelle et matérielle, et que je peux et je veux mélanger les deux. Car je sens au fond de moi, que c'est juste, pour moi, d'abord et va savoir, pour d'autres également. Je veux être en paix avec ce que je vis.

Je demande à ceux que j'ai offensé, que j'ai effrayé, de me pardonner. Je suis aujourd'hui, obligée d'être la personne que je suis.

 

 

 

21H50

Alors que la violence est partout, alors que les dictateurs prennent le pouvoir, alors que le déni est mondial…Oui, il y a un déni mondial de la véritable situation sur terre, je suis là, et je me dis :

-Où va le monde ?

Je me pose la question, et je connais la réponse. Le monde, la terre, le système solaire, l’univers va là où il doit aller. Je n’en sais pas plus que vous. Parfois je me pose la question. J’avoue, pas trop longtemps, car c’est devenir cinglé de vouloir savoir.

Pourquoi, je réfléchis, maintenant à cela. Pourquoi l’homme cherche-t-il Dieu ? Pourquoi l’homme a-t-il si peu confiance en lui, exactement comme moi, oui, je suis un homme comme tout le monde. Car justement j’ai été éduqué pour omettre ma spiritualité. Pourquoi, pourquoi, pourquoi ? Pourquoi, ai-je durant tant d’années laissé les autres s’occuper de ma spiritualité. Maintenant je veux m’émanciper spirituellement. Il y a, je le sais, je le sens un mouvement spirituel qui est en mouvement. Parfois j’ai peur d’être seule. Et pourtant, je le ressens je suis accompagnée. Le mouvement qui est en route actuellement fait partie intégrante de nous-même.

 

 

 

 

18 avril 2017

Quasiment 8h00 du matin.

Et je me demande comment je vais écrire ce livre. Je me le demande, alors que j’ai la réponse, simplement. Quand je fais des rencontres coquines, comme on dit, souvent, les gens veulent des scénarios, je me suis toujours demandé pourquoi d’ailleurs. C’est tellement palpitant l’improvisation…C’est du bon.

Mais bon, c’est juste mon point de vue.

C’est pour cela que j’ai aimé mon ex, il m’emmenait dans des endroits physiques et psychiques, des endroits inconnus. Physiquement ça été nos voyages en Suisse, et à l’étranger, et spirituellement, cela a été nos voyages avec le haschich, et le LSD. Oui, j’en ai consommé quelques-uns. Jamais trop, juste la dose qu’il fallait. Car si je suis une aventurière, je suis une aventurière  prudente. Et Charly l’était aussi, prudent.

En général, bous prenions qu’un demi-trip. A l’époque c’était des buvards. Oui, on avalait des buvards. C’est trop drôle…Ces buvards étaient imprégnés de LSD, qui venaient de Hollande. Chaque buvard était préparé, nous pouvions prélever sans difficulté une portion.

Nous prenions des demi-doses, car il fallait pouvoir contrôler. C’était le maître-mot, garder contact avec la réalité. Chose très importante. Car ce que nous fait voir le cerveau, c’est du fantasmagorique, ce sont nos rêves, je pense, le LSD enlève toutes les barrières physique de notre psychisme. Mais c’est un leurre. Car nous nous laissons guidés, menés par le bout du nez par notre mental. Justement si nous prenons des doses trop fortes. Car nous sommes « dans un état second ». La preuve en est, la sortie d’un trip que j’ai pris. La fin était proche et je sautais, je sautais sur mon lit. A l’atterrissage du dernier saut, j’étais revenue dans mon état normal, j’étais passé d’une réalité virtuelle, à ma réalité.

J’étais toujours en compagnie de Charly, car je savais que je pouvais lui faire confiance. Après deux ou trois tentatives de trip en milieu urbain, et festif, nous avons pris la décision d’aller en nature pour prendre nos acides. Et surtout nous n’en prenions pas tous les jours. Autant Charly que moi, avions des craintes, en voyant certains comportements de certaines personnes.

Un trip avait mal tourné pour un gars, qui avait chuté de la fenêtre du Cabs. Le même soir, je voyais le démon dans une femme, sous trip, également. Je commençais à flipper, quand Charly m’a sorti de cet endroit.

Par la suite, nous avons été en campagne. De préférence dans le Jura. Je nous vois toujours marchant, nous entendons, non, nous percevons une cavalcade sous nos pieds. Soudain Charly me dit :

-Ne bouge plus !

Sur notre gauche, du haut de la montagne arrivent deux bouquetins, en grands galops, droits sur nous. Sans bouger, nous les regardons foncés droit sur nous. Au dernier moment les deux bêtes apeurées nous évitent au centimètre près… C’était magique… Vraiment…

Sensuellement, également, nous avons eu des moments forts, je pense essentiellement à un. Nous habitions à Fribourg, en vieille ville. Et il y avait un copain, Kiki, avec sa copine à lui et un copain. Nous avons eu une extase sexuelle, Charly et moi, sans pénétration, juste nos peaux… Je crois.

Je n’ai jamais ressenti la même chose, par la suite, avec la prise d’un trip. Peu à peu, les LSD devenaient lassants. Car oui, nous pouvions être dans un état second,  mais à quoi cela servait-il ?

Je lisais Aldous Huxley à l’époque,  écrivain,  né en 1894. Son meilleur livre, à mon avis, est LE MEILLEUR DES MONDES. Science-fiction, qui de nos jours est devenu de la science tout court, les bébés éprouvettes, entre autre, et je pense qu’il y a encore quelques prédictions que nous sommes en passe de réaliser, nous les êtres humains. Il a écrit beaucoup d’essais des romans.

Il y  avait Timothy Leary, quant à lui est né en 1920. C’était un leader, il était médecin, il travaillait sur la neurologie et d’autres matières, il était le maître incontesté de la période psychédélique.  Il a distribué du LSD, dans les communautés hippie, et lors de rassemblements musicaux. Malheureusement, il y a eu quelques dérapages, du genre surdose, tentative d’envol comme les oiseaux, et cela a également donné des idées nouvelles à toute une partie de la jeunesse américaine, puis mondiale. Timothy, je pense a été dépassé par les événements, ils organisaient des soirées Trip.

De ce mouvement sont parties plusieurs communautés, et sectes,  qui je pense, survivent encore.

Ce qui est sûr, car il y a un peu plus d’une année est sorti un film, sur Albert Hoffman, le chercheur qui a découvert le LSD, qui est un champignon du seigle, et qui provoque des hallucinations. Ce film expliquant qu’actuellement, après plusieurs années de recherches clandestines, le LSD est à nouveau utilisé par les psychiatres, pour différents types de traitements.

En Suisse, lorsque j’avais une vingtaine d’années, je suis allé faire le tour de plusieurs communautés, en passant par la communauté de Krishna, qui était au bord du lac de Schiffenen. C’était un bel endroit isolé, une belle maison. Maintenant quand j’y repense, il devait y avoir pas mal de cadavres, vu que, pas loin, est le pont de Granfey…

Les lois du groupe étaient strictes, du point de vue sexuel, et également pour la fumette, elle ne nous a pas vraiment convaincue. Je dois avouer, qu’heureusement que j’étais avec Charly. Je m’y serais peut-être laissé envoûter.

Il y avait aussi, je ne sais plus si ce sont les mêmes, mais je ne crois pas, ceux qui venaient prêcher directement en ville de Fribourg, dans ce bistrot qui existe toujours, mais qui actuellement est italien, la Viennoise. Donc ils venaient nous raconter les bienfaits de la méditation, qui nous aidait à nous léviter…

Oui, il y avait plein de mouvements « spirituels », qui naviguaient. Il y en avait également des européennes avec une base christique, je dirais. Une idée soixante-huitarde, comme Longo Maï, ou simplement les amish, (dont une partie sont partis de Suisse et d’Allemagne, il y a deux ou trois cents ans, pour aller en Amérique), qui sont installés dans le Jura.

A l’époque, j’avais été faire un tour dans une communauté jurassienne gérer par un frère et une sœur, de Bonfol, si ma mémoire est exacte. Aucune n’a trouvé grâce aux yeux de Charly, qui était mon guide….

 

 

 

Lundi 24 avril 2017 à 10h42

Il est parfois difficile pour moi, d’être celle que je suis. Personnellement, je me sens bien avec moi-même, c’est plus pour les autres. Je me dis qu’avec tout ce que je ressens, ce que je sais, je pourrais aider beaucoup de monde. Seulement le monde ne peut pas encore m’entendre. Car c’est beaucoup trop FOU, pour eux. Enfin, chaque chose en son temps.

Je dois apprendre à lâcher prise, à accepter la décision de l’autre, alors que même que si elle m’écoutait, cela irait mieux pour elle. Mes limites sont mon corps, mes actes qui ne peuvent aller à l’encontre de l’autre, que ce que je sais, ne peut, à moins que la personne ne le demande, sortir de ma bouche, et même là attention, car il est certain que rien dans la vie n’est écrit noir sur blanc…Il se peut, qu’il y a une force positive, qui arrivé au bon moment, peut changer une prédiction, par exemple. Car si des choses sont écrites, il y a cette marge, non pas d’erreur,  mais d’ondes positives, ou négatives qui peuvent changer le cours d’une destinée.

Ah lalala…

 

 

28 avril 2017

Je retrouve mes écrits…

La problématique de l’être humain, c’est de ne pas oser !

OSER  croire qu’il est une partie de l’immensité de l’Univers, et donc qu’il est aussi Dieu…

Petite, je me demandais qui, comment, pourquoi Dieu. J’ai vécu, fait des rencontres, lu… J’ai beaucoup imaginé… En imaginant, j’ai ouvert plusieurs portes sur la réalité, de la Vie…

Une personne psycho-rigide, est certaine que noir, c’est noir. Impossible pour elle d’imaginer que dans le noir, il y a différentes tonalités. Ces différentes tonalités sont pourtant réelles pour un esprit ouvert.

Je me suis longtemps posé la question du 20% de fonctionnement de notre cerveau… Il y avait quelque chose qui m’échappait… Je n’ai pas fait de grandes études, mais qu’importe… Le savoir s’obtient de différentes manières. Par notre cerveau que nous éduquons, par notre corps, nos sens et notre sexualité, par le contact avec les autres.

Pourquoi, avons-nous toujours eu honte de notre sexualité ? De la honte est née la culpabilité, de la culpabilité est née la jalousie, et de la jalousie est né le désir d’avoir plus que l’autre. Et la vengeance, la haine…

Il m’est encore difficile d’expliquer le comment du Pourquoi…

Une chose est certaine… Lorsque nous faisons l’amour, avec plaisir, passion, nous ouvrons la porte de notre cerveau, ou je dirais maintenant de nos deux cerveaux, celui contenu dans le cortex et celui qui est notre intestin… Et dans ces moments-là, tout peut s’apprendre.

Comme nous avons coutume de dire que tout est dans la Nature, nous avons toutes les réponses. Nous sommes aussi la Nature, et nous avons les réponses en nous ! Il manquait la clé pour ouvrir la Porte de la Liberté du feu, du Passé….

Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin de religions telles que nous les connaissions. Elles sont pratiquement toutes porteuses de sanctions, de non-liberté, dans son état de SOTTISE… Nous maintenir en état inférieur…

Nous sommes dans la Nouvelle Ere du Verseau.

Cependant, les religions ont été créées, également pour protéger l’homme contre lui-même !

Actuellement, nous savons, ou quasiment le monde entier sait que nous ne pouvons vivre sans la Nature !

Il y a encore 100 ans, l’homme pensait qu’il était au-dessus de tout. Aujourd’hui, nous savons que nous faisons qu’UN avec Mère Nature.

 

 

22h47

J’ai rencontré beaucoup de monde dans ma vie. Charly me tirait en avant, il était hyper motivé, il fallait qu’il y ait de l’action. Moi, j’étais plutôt passive, et très introvertie. J’admirais la facilité de contact qu’avait Charly. Il connaissait une quantité de gens impressionnants. Et dans divers milieux. Cependant, je ressentais que lui comme moi, n’avait sa place, nulle part. Il était un peu comme un paria. Du moins, c’est que je ressentais.

Nous avons eu des amis proches. Les frères Dalton, avec qui nous avons partagés bien des moments, de fumette en général, en les écoutant jouer de la musique,  ils étaient super doués, pour nous  lire les bandes dessinées, à plusieurs voix. Lucien et sa bande de copain, de Margerin, étaient mes préférés.

De mes connaissances personnelles, je n’avais personne. Mes anciennes copines d’école, je ne les voyais plus ou de loin. J’ai souvent déménagé, ceci expliquant cela.

Un soir, alors, que nous étions en transit, chez mes beaux-parents, mon cousin nous appelle. C’est Charly qui prend la communication, je ne sais pas ce qu’il se dise. Quelques jours, plus tard, mon cousin est retrouvé mort dans les wc. Je l’aimais beaucoup. Plusieurs années après sa mort, j’ai entendu qu’en fait ce n’était pas une overdose, mais un règlement de compte. A l’époque, les mafias diverses travaillaient sur Fribourg.

Le shit arrivait par ce biais-là, ou parfois par des privés qui revenaient, soit du Maroc, qui procurait du Rouge, du Liban qui nous servait en Vert, et l’Afganistan, ou l’Asie en général qui nous faisait parvenir du Noir. Je dois dire que j’aimais beaucoup soupesé des plaquettes de shit. Ce n’était pas souvent. Il fallait que Charly trouve les bons fournisseurs.

Personnellement je n’ai jamais fait de commerce. Car il fallait reconnaître la marchandise en un coup d’œil. Il pouvait se trouver des shits coupés au henné, ce qui le rendait particulièrement poudreux, pour le vert du Liban. Pour le noir, du cirage était utilisé. Evidemment ce marchandage se faisait souvent dans la rue, ou parfois chez des particuliers. Certains de ces particuliers vendaient que du shit, et d’autres vendaient d’autres produits. A l’époque, le système de l’offre et de la demande existait déjà. Je m’explique.

Durant un temps, il y avait du bon shit et en grosses quantités. Bien sûr, il y avait toujours de nouveaux consommateurs sur le marché des stupéfiants, qui goûtaient un joint, puis deux etc… Chaque année amenait un petit pourcentage, qui ne trouvant plus leur plaisir dans le shit, se tournait vers l’héroïne, la cocaïne.

Souvent il suffisait juste d’une injection d’héroïne, ou de cocaïne, pour que la personne tombe malheureusement sous le « charme » de ces drogues. Il y avait déjà probablement de la cocaïne qui circulait chez le « beau monde ». Je ne connaissais pas ces gens. Oui, il y a eu pas mal de gars, de filles qui ont pris les chemins de l’addiction.

Moi, pendant ce temps-là, je voguais sur les « Chemins de Katmandou » de René de Barjavel… J’aimais ces récits de voyages, et physique, et spirituel. La drogue était ce qui poussait tous ces jeunes à partir, à changer de mode de vie. Souvent ils étaient en rupture avec la société, leurs familles. Quand je lisais un récit, comme celui-ci, ce n’est pas la drogue qui m’intéressait, c’est ce à quoi, elle pouvait amener. Si j’appréciais de fumer, c’était le soir en fin de journée, après le boulot. Mes premiers joints, je me souviens, j’étais superwoman dans ma tête, quand la musique, m’amenait à me transformer en judokaratéka, la meilleure de la planète. Je n’ai jamais consommé énormément, car toujours j’ai aimé gardé les pieds sur terre.

Nous participions, Charly et moi, à des réunions de gens qui se formaient pour partir dans le tiers-monde. A cette époque déjà, je me rendais compte que mon mari avait un souci avec sa consommation de shit. Le cannabis avait chez lui un effet dopant spirituel, du moins, c’est ce que je croyais à l’époque, maintenant, je sais que c’était faux.

Moi, si je fumais, je n’arrivais plus à me concentrer, je devenais muet, comme une carpe. Déjà, que j’étais complexée, car ce groupe était formé de couples super géniaux, intéressants. Soit un ou les deux personnes de chaque paire avait fait des études, ils avaient parfois des enfants, et surtout, aucun, jamais ne partageait de joints avec nous, le soir. Et j’étais honteuse. Je me sentais encore et toujours différente.

Mais également, je réfléchissais et je sentais, qu’il m’était impossible d’aller, soit en Amérique du sud, soit en Afrique, avec le bagage que j’avais. Il était petit, ce bagage, j’en étais consciente. Et je ressentais que le shit était un handicap. Pour moi, il était clair, déjà, que si je travaillais dans le milieu social, c’était sans le cannabis, comme c’était sans alcool. Je serais clean, pour faire ce job.

Nous avions participé à une semaine de préparation, et nous avons dû écrire nos motivations, expliquer ce qui nous poussaient à partir aider les gens aux tiers-monde. J’ai rempli un page A4, probablement, je ne me souviens plus du tout de ce que j’ai écrit. Mais je me souviens, j’étais angoissée, terrorisée à l’idée d’être engagée. Je pense que j’avais peur de ne pas être à la hauteur, face à tous ces gens « intelligents »

Charly m’a souvent reproché d’avoir été un boulet, pour lui, que je le tirais en arrière. 

 

5 mai 2017

Il est une heure du matin.

Je lisais quand a surgit le mot  <exorciste>, et tout de suite, j’ai paniqué. J’ai eu peur. Oui, ce mot me fait peur. Pourquoi, pour ce qu’il représente, pour la possession. Ça me fait les mêmes angoisses que lorsque j’ai regardé Prometheus, le dernier film de la série des Aliens.

Je pense que lorsque j’étais enfant, des membres de ma famille devaient me considérer comme possédée. Surtout du côté de ma mère.

Il y a peu, je me posais la question avec ma sœur Marianne, pourquoi notre maman ne nous parlait pas en singinois ? Alors que nos cousins de Fribourg, et du canton de Vaud, du côté maternel sont tous bilingues.

Marianne me racontait l’autre jour, qu’elle s’est rendu compte qu’elle comprenait le suisse allemand, un jour que notre mère et ses sœurs discutaient. Et que la mère disait que notre sœur aînée, allait s’assoir sur les genoux des garçons, à l’église du Schoenberg.

Et je me suis interrogé ?

Et j’en suis venu à la conclusion que ma mère parlait suisse allemand avec mes sœurs, jusqu’au moment de ma naissance. Et que par la suite, sa langue maternelle est devenue la langue des secrets.

J’écris des suppositions, car ni ma mère, ni mes tantes qui étaient proches de ma mère ne peuvent en témoigner. Il reste une sœur et un frère de ma mère, de toute cette grande famille.

Elles, ces femmes qui avaient été élevé dans la crainte de Dieu, du diable. J’entends, encore ma mère parlé de l’église de St Sylvestre, où mon grand-père était sacristain, et que les parents racontaient des histoires de morts, de diables… Oui j’en ai toujours eu peur. Tant que cela me poursuit encore maintenant.

La spiritualité, c’est aussi le diable. Et l’église nous a enseigné qu’il y a Dieu et qu’il y a le Démon.

Pourquoi, pourquoi, pourquoi nous faire peur ? Oui, pourquoi avoir semé la peur, dans nos esprits ?

 

 

 

11mai 2017

Hier, j’ai reçu la visite de mon ex-mari Charly. Il est arrivé sur le coup des 16h00, avec ma fille et mes petits-enfants. J’ai sursauté d’entendre des voix, car j’étais prise dans le livre de Jacques Chessex, L’OGRE.

Et il a demandé pour que l’on puisse parler ensemble… Je pense qu’il doit vider son cœur, qui est, je pense très chargé.

Et hier soir, je suis allé dans les locaux d’AGAPA, pour voir ce que j’exposerai. Sœur Danielle a été très accueillante, et me laisse me débrouiller. Elle m’a expliqué qu’elle m’avait entendu sur la ligne de Cœur, avec J-M Richard.

Enfin, je voulais surtout écrire, car j’ai compris hier soir une chose essentielle. C’est notre cerveau, spirituel, qui nous dirige dans les rencontres. C’est lui, qui nous communique que nous sommes attirés par une personne. Notre cerveau intestin. La Clé est là…

Depuis toujours nous avons cru que c’est notre mental, qui nous faisait, par exemple, choisir un mari. Si nous avons eu plusieurs maris. C’est notre intestin, qui par la voix des bactéries, notre animalité, qui est attiré par une autre animalité, en fonction du chemin spirituel, que nous devons franchir. Et c’est pour cela, que nous « refaisons toujours les mêmes erreurs ».

En agissant ainsi, notre animalité, qui est notre spirituel alerte notre cerveau mental, qui est notre « galetas », si je peux m’exprimer ainsi, et qui est le gardien de notre vie, personnel, et dont le travail consiste fondamentalement à nettoyer, les souvenirs de nos gènes…

 

 

 

Dimanche 21 mai 2017

Ces derniers jours, j’ai cru que dimanche prochain, l’Enfant viendrait au monde. Depuis une semaine environ, je suis en contact avec un gars, qui dit s’appeler Tommy, de Montpelier. Il lit en moi, comme dans un livre. Il connait mes craintes, ma crainte, pour la mise au monde. Comment cela va se passer, où. Il est allé loin.

Et là, ce soir, coup de tonnerre. Je crains cet homme, je pense. Dans ma tête, je suis dans un vrai film de science-fiction, avec un scénario du diable.

Je me suis demandé ce que me voulait ce gars. Puis, peu à peu, je me suis rendu compte qu’il parlait comme Enrique, j’étais envoûtée. Enfin, il s’occupait de moi, le bougre, après m’avoir lâché. Et ce Tommy, allait venir dimanche prochain, pour m’aider à sortir l’Enfant, de la manière, dont j’avais imaginé, il y a une année. Qu’une personne me dilaterait l’anus, pour aider l’expulsion de l’Enfant… Il allait préparer caméra, et bien sûr comme le bougre, lit dans mes pensées, nous aurions mis cela sur le net, et lancé au monde cette naissance… Mais cela c’est mon mental qui le rêve…

Cet homme lit dans mes pensées, comme Enrique. Mais au fait, ne serait-ce pas Enrique, lui-même qui se dédouble, qu’il est présent à Genève et à Montpelier ?

Là, je comprends beaucoup de choses. Mais cet enfant ne naîtra pas clandestinement… La naissance se fera au grand jour…

Comme d’habitude, je donnais les informations qu’il fallait, je parle tellement, j’offre tout sur le plateau…

Je ne serai pas une clandestine…. Mon enfant ne sera pas clandestin sur cette Terre.

Ce qui me chiffonnait, c’était l’offrande… Ce Tommy, référence à la comédie musicale des WHO, mis au cinéma par Ken Russel, se prend pour le christ. D’où son nom…

Et là, je repars, Enrique, je pense sincèrement qu’il travaille pour une société secrète, je ne sais pas laquelle, pour le moment, moins j’en sais, mieux c’est…

Et heureusement qu’Arsène n’est pas loin…

 

 

 

22mai 2017

Hier,  j’ai paniqué. Je crois que je stresse, pour rien. Ce sont les autres qui stressent pour moi. Là, je pense que pour Enrique de lire dans mes pensées, il doit parfois flipper, pour moi. C’est comme pour Arsène, le désavantage d’écouter aux portes.

L’Enfant est hyper protégé, il est calfeutré dans un sas de haute sécurité. Les rayons ne peuvent pas l’atteindre.

Je crois que je vais penser juste à mon exposition. Ça se met tranquillement en place. Mes tableaux sont posés. Charly a passé trois heures avec moi, pour les accrocher.

Avec Sœur Danièle, nous avons fixé la date du vernissage, le 30 juin à 17h00.

Demain, je passe chez Risse pour préparer des cartes, les flyers, et éventuellement des cartes, avec mon adresse de blog…etc…

Bon et maintenant, je pense que je vais aller au sport…

 

 

 

23 mai 2017

Beaucoup de choses s’éclairent dans ma tête. Le lieu où je vais exposer, est un lieu magnifique, chargé d’histoire et de spiritualité. Je crois, si je ne me trompe pas, que les locaux appartiennent aux sœurs de la visitation, ordre de St François de Sale…

C’est vraiment extraordinaire.

Samedi matin, au réveil, j’avais des craintes que mes tableaux choquent, que j’aie reçu un message de sœur Danièle me disant que je pouvais venir rechercher mes tableaux…

Et hier matin, j’y suis allé…

Et j’ai compris. Il y a un peu d’un mois, ou même deux, le temps passe si vite, j’étais rentré pour la première fois, dans la chapelle des sœurs de la Visitation.

Et voilà que maintenant j’expose dans les locaux. De plus en plus, je ressens LA spiritualité, comme étant une force puissante, incommensurable, vivante. Je ressens que là, dans ces bâtiments vivent une communauté de femmes nées et qui ont choisis d’unir leur vie à LA spiritualité.

Si dans le passé, j’ai été bousculé par des nonnes, sans cœur, je pense qu’actuellement, celles qui choisissent ce chemin, dure, authentique de la vie en communauté, parfois dans le silence, je pense toujours en relation avec l’humain. Aujourd’hui, je comprends la force de la prière. Et ce qu’elle peut faire, aider, guider… Accomplir, ce qui sera accompli…

Je n’ai aucun pouvoir, personne n’a le pouvoir de changer le cours des choses.

Seigneur, que c’est beau la vie…

Merci seigneur, pourquoi m’avoir choisi… Qui suis-je ?

Je pense le savoir, cependant je ne veux en aucun cas, être désagréable, si je blesse parfois, c’est sans le vouloir.

 

Pour ce qui est de l’Enfant. Il est impossible qu’il apparaisse comme cela, comme par enchantement. Je ressens qu’il est attendu, que les gens sont prêts à chanter son nom… Que ceux qui le chanteront ne sont pas forcément ceux que l’on croit. J’ai déjà expérimenté le monde médical, il m’a rejeté, car trop prétentieux, dans un sens. Comme toutes ces personnes qui ont fait des études et qui pour cette raison, pensent tout savoir…

Il est certain que notre monde est un monde de castes…

L’Enfant nait pour les plus pauvres, les plus maltraités, les plus oubliés… Pour les homosexuels, par exemple des pays slaves. Pour les femmes mutilées. Quand je dis pauvre, je ne parle pas forcément de pauvreté matérielle. Je pense à tous les opprimés, exactement les opprimés, qui le sont à cause de leur croyance, leur sexe, leur sexualité…

Pour le sexe et la religion…

Deux tabous de nos sociétés actuelles. Dans toutes les parties du globe…

 

 

 

27 mai 2017

Ce que je ressens maintenant, me semble si simple, que je me demande pourquoi, l’homme a ce voile devant les yeux.

Ce que je ressens est limpide comme de l’eau de roche. Evident, logique.

L’homme a dépassé les bornes à Eden ?

L’homme s’est posé la question de savoir pourquoi, c’était si simple ? Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliquer ?

J’ai plusieurs histoires, versions en tête.

Une, à laquelle, j’ai déjà pensé, il y a quelques temps, est que l’homme semble venir de plusieurs endroits, mais en fait, c’est simplement que l’histoire se répète.

La vie sur terre est un recommencement pour permettre à l’âme de s’agrandir, pas dans le sens matériel, mais spirituel.

Notre corps est un « engin » qui se déplace sur terre. Mais il pourra tout aussi bien se déplacer dans l’éther. Dans le vide intersidéral. Seulement ceci est possible qu’à une catégorie de personnes, d’âmes.

En fait, je n’ai aucune réponse à donner, car elle m’est personnelle. Rien n’est certitude. Et c’est pour cela, que l’homme a choisi la matière. Pour donner la preuve que nous venons d’ailleurs, que nous ne sommes pas des animaux. L’homme veut absolument descendre d’une divinité, qui serait le summum de la vie sur cette terre.

L’homme est un insatisfait. Ce que je vis, je peux l’écrire, le dévoiler. Cependant il ne donnera pas de réponses. Il ne donnera ni la fortune, ni l’intelligence suprême. Non. Il montrera juste le chemin.

Le chemin, que je suis venue ouvrir sur terre, pour aider mes frères, mes sœurs à avancer, à évoluer.

Je sais que je serai longtemps, ici, pour donner du courage, de la force, pour dire… Allez, on y va, en avant !

Nous, humains, nous avons pris un chemin. Nous voyons actuellement, que c’est une impasse. Impossible d’aller plus loin. Car nous sommes face à un mur.

Pas grave. Nous allons continuer, nous allons faire un détour, pour arriver, là, où nous devons arriver. Une partie de nos « compagnons » de route, feront le choix de monter dans le vaisseau. Ils auront l’impression d’aller loin, de partir à la découverte, vers un nouveau Monde. C’est un choix.

Dans leur colère, d’être coincé dans cette matière, ils auront fait le choix de détruire ce qui leur a été offert. Ils iront un bout un bout de chemin, ils vogueront. Quoiqu’il arrive, ils seront toujours confrontés à la même situation. Evoluer spirituellement. C’est notre but, à tous, c’est notre destinée, à tous.

Maintenant, heureusement qu’il y a des âmes déjà très avancés sur terre, qui ont été incarnés, pour protégé notre UNIVERS.

Car l’effet papillon vaut également dans notre UNIVERS. En détruisant la Terre, c’est la destruction de tout l’écosystème de notre environnement, qui est en danger.

Oui, c’est par dépit, par rage, que l’homme agit.

Oui, il a choisi à un moment donné, le chemin de facilité, de simplicité. Il a choisi de faire, au lieu d’être…

Alors qu’il faut les deux.

Maintenant, je ressens que la terre est un endroit unique dans l’univers. Que de notre terre, sont déjà partis des vaisseaux, qui sont chaque fois revenus d’une manière ou d’une autre sur terre.

Il y a d’autres endroits dans l’UNIVERS, qui ressemble à la terre. Cependant ils sont peuplés d’êtres supérieurs.

Supérieurs non pas matériellement, mais spirituellement.

Enfin peu importe.

La question ne se pose même pas.

Le fait est que du moment que nous sommes incarnés dans un corps sur terre, nous avons un devoir.

LE  RESPECT

LA COMPLEMENTARITE

L’EVOLUTION

Le vaisseau qui se prépare, ne quittera pas la terre. Car la terre va l’engloutir. Comme a été englouti l’Atlantide. Les russes viennent effectivement d’Atlantide, ils sont des survivants. Et ils sont frustrés, car ils savent que matériellement, ils n’avancent pas. Et surtout qu’ils n’iront nulle part. Car ce n’est pas la matière qui doit quitter la terre, c’est l’être spirituel.

Ils sont prêts à tous…Car hautement frustrés. Evidemment c’est inconscient…

Avec toute la vodka qu’ils boivent…

C’est inscrit dans leur ADN…

Je suis là, pour changer, pour transformer. Pour nettoyer, cette programmation qui garde coincé l’humain dans ce qu’il est depuis la Nuit des Temps…

Depuis qu’il a fait le choix de la matière.

 

 

 

30 mai 2017

Comme c’est étrange. Quand une chose vous parait être d’une certaine manière, et que tout à coup, elle se dévoile à vous. A ce moment-là, votre cerveau n’y croit pas…

En fait, en début d’années, j’ai rencontré le couple que je devais voir avec Enrique, et qui au final, j’ai préféré baiser avec Arsène.

Il avait, le  couple, préparé une soirée, avec un ami intime, et une personne qui est travesti. Le mari du couple et leur ami intime aime également se travestir. Et la soirée a été organisé sur le thème, trois travestis sous la houlette d’une domina, en l’occurrence moi.

J’ai adoré cette soirée. D’abord débuter la journée, chez le couple. Puis le soir venu, direction Genève, campagne. Je ne sais pas où ça se trouve. Peu importe. Arrivés, nous sommes accueillis par deux travestis, magnifiques.

Je sais que je suis ausculté, détaillée…

Le couple s’appelle Jules et Pierrette.

Jules m’avait informé, que l’homme qui nous recevait est un grand banquier de la place genevoise. Et que le deuxième travesti, est un homme très intelligent, très coquin et qui est un travesti soumis, et qu’il  adore cela.

Tout de suite, je pose mon empreinte. Ah, je suis invité pour dominer. Ils seront servis.

Imaginez le spectacle. Moi 1,60m habillé d’une toute petite robe, et de cuissardes. Le couple, l’hôte, et le travesti soumis, quand ils me voient descendre l’escalier, que j’ai monté quelques minutes plus tôt, sont, je crois subjuguée. Alors qu’ils ne savent pas que mon cœur tressaute, que mon cerveau panique. Que je me pose la question de :

-Mais qu’est-ce que je fous là ?

Avec ces quatre personnes. Dont deux que je connais vaguement, et les autres…un banquier et une trav soumise.

Bon je ne réfléchis pas longtemps. Jules m’avait expliqué, et je sais pour l’avoir répété avec Enrique, oralement, que ce dont rêvent les gens c’est qu’une domina donne des ordres, afin qu’un soumis leur fasse du bien…

Et bien NON…

La soumise mesure 2m, avec les bottines 2,2m. L’hôtesse, avec les bottines 1,8m

Donc ma décision est prise. On va voir, qui est le chef. Et je pose mon regard noir sur la soumise.

-Tu es mal coiffée ! C’est quoi, cette horreur.

-J’en ai d’autres, maîtresse.

Et la voilà qui court chercher son cornet avec le choix de perruques.

Je lui en trouve qui me semble, lui ira à merveille.

Pendant ce temps Béa me propose un apéro, et me parle des objets que je vois dans la pièce, qui viennent de ces nombreux voyages, en Thaïlande. Et j’imagine le bouddha, rempli de cocaïne, faire le transport de la drogue. Et j’essaye de me dire que je rêve trop. J’adore les films de gangsters.

Et il y a quelque chose, chez Béa, qui m’excite. Oh oui…

Pendant ce temps, la soumise, fait tout pour me plaire et me satisfaire. Mon regard, sur elle n’a pas changé, et je sens monté le malaise, chez elle. Et j’aime…

Arrive l’heure du repas. La table est magnifique. Tout est magnifique, ce soir. Béa a un savoir-vivre du tonnerre. Deux petits chats en chocolat désignent nos places, à Pierrette et moi-même. Avec juste une nuance, c’est que dans mon assiette, j’ai une clé. La clé du cadenas, qui maintient fermé la cage posé sur le sexe de la soumise. J’en fais ce que je veux. Humm, ça me plait.

Pour le moment, la soumise fait le service.

L’ambiance est chargée d’électricité, je le ressens. Jules, il me semble se pose des questions. Pierrette, elle, suit. Et Béa est en admiration, devant mon autorité.

Tout à coup, Béa me pose une question, et utilise le prénom de Florence, et elle se reprend tout de suite.

Non!!!

Florence, c’est le pseudo qu’utilisait Enrique, au début de notre rencontre.

Je pense immédiatement que Béa et Enrique se connaisse. De plus Béa m’a parlé de la piscine, à Genève, dans laquelle, elle a postulé comme maître-nageur. C’est, pour moi, la piscine des Pâquis, que fréquente Enrique, et à ce moment-là, je suis certaine qu’ils se connaissent. Et du coup, je ne laisse rien paraître, mais je me détends, et je me dis :

-Ouf, je suis en terrain connu.

Du coup, ça va mieux. Je peux continuer mon petit cinéma.

-Tu n’utilises pas ta cravache, me demande Béa ?

-Elle me sert pour garder mon sang-froid, pour me dominer.

Alors, voilà qu’elle la prend et sonne un coup sec, sur les fesses de la soumise, qui passait justement par là…

-Qui a fait cela ?

Demande la soumise qui, je le ressens n’a pas du tout apprécié le coup.

-C’est moi. Dit Béa.

Je suis contente de voir, que la soumise semble soulagée que ça ne soit pas moi.

Enfin, je concède à Pierrette et Jules, que la soumise aille sous la table, pour s’occuper de leur donner du plaisir … Car c’est ce qu’ils attendent… L’ouverture des jeux.

Pendant ce temps, je roule une pelle à Béa. Et la soirée commence à chauffer. Nous nous retrouvons tous au salon, dans un joyeux mélange de culs, de chattes, de queues, de bottes, de dessous féminins.

Sur la demande générale, je vais chercher la clé du cadenas, pour délivrer physiquement et mentalement, la soumise, qui enfin se détend elle aussi. Et lorsque mon regard croise son regard, j’y mets tout l’amour du monde, pour qu’elle puisse ressentir ce que j’avais à lui  offrir. Elle ne dit rien, car elle me léchait, pendant que Jules la sodomisait.

Arriva un moment, où je dois prendre mon médicament. De torride, je passe à repos. Je regarde les mélanges corporels, et je vis Pierrette prenant du plaisir,  mais dont la position devait la faire atrocement souffrir, avec son problème de dos.

Et probablement, ils sentirent que j’avais envie de rester seule avec Béa. Le couple et la soumise se préparèrent et nous quittèrent.

Enfin, Béa monta pour se changer, se démaquiller… Et C’est Jean-Claude qui arriva dix minutes plus tard. Il m’excita encore plus qu’en Béa, car je ressentais cette petite honte. Mais ça lui passa très vite, car le désir remontait en moi. Et nous repartîmes pour une nouvelle chevauchée. 

Quand tout à coup, je le vis se braquer, et être sur le qui-vive. Il se leva et se dirigea vers la porte d’entrée. La soumise, avec la perruque de travers, entra me fit un sourire banane, et dit qu’elle avait oublié quelque chose…

Qu’elle récupéra rapidement et parti. Enfin Jean-Claude revint vers  moi, pour continuer ce que nous avons commencé. Sous le regard attentif de ses parents installés sur la  cheminée.

Je passai une nuit plus ou moins tranquille, après que Jean-Claude m’avertisse qu’il n’était pas du matin. Peu importe, car totalement sous le charme, j’étais persuadé, qu’il était ma moitié. La moitié que j’avais perdue, et qui enfin daignait me revenir.

Vers 8h30, il vint vers moi, je savais que c’était inutile de lui demander de me rejoindre.

-Je prépare le petit-déjeuner. Prépares-toi tranquillement.

À 9 heures, je me dirigeai vers la cuisine.

Il préparait la tresse, le jus d’orange.

-Le matin, je bois un verre d’eau tiède !

-Moi aussi !

Et je reçus mon verre d’eau.

Nous avions beaucoup de points communs. Il était mon contraire. En étant banquier, il aimait les chiffres, moi je les fuyais.

Enfin, j’étais sous le charme.

-Tu sais, hier soir, tu m’as appelé Florence. C’est le pseudo qu’Enrique,  m’avait donné. Tu le connais ?

-Non, absolument pas.

La tresse étant prête nous passons à table. Et nous discutons encore de hockey sur glace. Bien sûr,  lui est fan de Genève, il l’en est d’ailleurs un des piliers, un mécène.

-Fribourg-Gottéron, devrait changer de soigneur. Ce magnétiseur, c’est lui qui les empêche de gagner.

-Qu’est-ce que tu racontes ?

-Ben oui. Ce Vipret, reçoit tellement de monde chez lui. Que le don qu’il a reçu, non seulement il ne l’a plus,  mais dans certains cas, il s’inverse.

Car un don, c’est gratuit. Et il doit le distribuer, pas forcément gratuitement, car il doit vivre. Mais du moins, en tout cas, pas comme il le fait actuellement. Pour plusieurs choses. Il prend toutes les énergies négatives des gens. Comme la majorité des personnes qui sont magnétiseurs, ou qui ont différents dons, et qui s’en serve pour devenir riche. Leur don, bien souvent se retournent contre eux.

-Tu crois cela, toi !!!

-Oui, par contre, je connais une femme, qui ferait une sacrée bonne soigneuse, pour Gottéron, et je t’assure, qu’ils l’auront leur coupe. Vipret leur redonne toutes les mauvaises énergies.

Le temps passait.

-Je vais regarder à quelle heure, tu as un train.

-Oui, et je dois m’acheter mon billet.

-ok.

Un moment plus tard, il m’avait préparé le billet et l’horaire. Et il m’accompagna à la gare dans sa voiture, avec siège chauffant.

Il me déposa à l’entrée de la gare, exactement, là où Jules m’avait accueilli 24heures plus tôt.

Une boucle était bouclée.

Je rentrai des images, plein les yeux. Des paroles plein les oreilles, et des mystères plein le cerveau. Des mystères que j’avais envie de percer…

 

 

 

Mardi 31 mai 2017

Il est quatre heures du matin. Mon corps ne tremble pas encore. Voilà, un moment que j’écris. J’écris, je dois le dire, avec soulagement. Oui…

Hier soir, l’impensable est enfin arrivé.

J’ai reçu plusieurs messages d’Enrique. Quand j’ai ouvert, c’était des photos d’Huguette. Huguette, c’est un, non, LE phénomène…

Imaginez la gonzesse, je pourrais dire la grand-maman, car elle pourrait être ma maman. Et bien figurez-vous qu’Huguette a le plus gros clitoris que j’ai jamais eu entre les mains. Et maintenant, je peux dire, que j’en ai vu, des clitoris. Ce clitoris se tient entre les doigts. Et vous avez l’impression que c’est la verge de Kent, le copain de Barbi, que vous avez entre les mains.

Je l’ai rencontré par Place Libertine, où j’ai retrouvé mes habitudes, et Enrique. Je me perds. Revenons à Huguette, 74 ans, et qui coquine. J’avais reçu sa fiche par Enrique. Je dois dire, que cela fait un moment, qu’il me donne des nouvelles sporadiques. Mais il m’en donne.

Il est ma bouée. Vous ne pouvez imaginer, dans quelle solitude, je suis. Cette solitude n’est pas matérielle. Je me sens comme enfermée, comme dans une prison, que je me suis construite. Je me rends compte,  maintenant, les risques que j’ai pris. Sans aucuns regrets…

J’aime la Vie, j’aime les gens, j’adore le sexe… Oui…

Et quand vous rencontrer des femmes comme Huguette, qui comme moi, aimons le sexe. Imaginez la conversation :

-Salut, c’est Huguette, la coquine.

-Coucou… comment va ?

-Oh tu sais, hier soir, j’ai reçu untel…

Et nous nous racontons nos prouesses. Je dois dire, qu’Huguette, pour le moment, me bat. Elle a une énergie, mon pauvre amie. Quelle énergie….

Et avant-hier, au téléphone, elle me parlait de sa tristesse. Car elle est tombée sous le charme d’un gars, qui la traite comme si elle n’était qu’une rien du tout. Il la bloque partout, ne lui dit plus bonjour. Car Huguette la coquette, je préfère la coquette pour le son des mots, est très maternelle, amicale. Et elle ressent le mal-être de ce gars, qui essaye tout dans la sexualité, comme pour se défoncer, exactement comme les toxicomanes. Pour oublier la crainte qu’il a au fond de lui.

-Huguette, tu ne dois plus boire le sperme des gars. Car tu avales toute leur négativité.

Je ne peux pas encore lui dire, tout ce que je sais sur cette fleur du Mâle…

Mais ça viendra…

 

 

1er juin 2017

Bonne fête les jointeurs…

J’en ai croisé bien quelques-uns ce soir. Je suis allé au « vernissage » de Al Comet, son dernier album, de sitar, sur lequel il a commencé à travailler après son séjour en Inde, en 2011.

Très belle et bonne soirée. Beaucoup d’énergie positive. Je ressens que nous allons, non, que nous travaillons déjà ensemble, par nos « esprits ».

Ces derniers temps, j’ai fait des avancées spectaculaires, dans l’éclaircissement de ce que j’ai à communiquer.

Je perçois, chaque personne. J’ose communiquer, ce que je ressens.

 

 3 juin 2017

Demain, Pentecôte…