MDA...

15. oct., 2019

15 octobre 2019

 

Mon cerveau fonctionne beaucoup la nuit. Mon corps aussi, je dois le dire. Il est bientôt 4 h du matin, et me suis réveillée, en sentant mon clitoris, qui jouissait, je crois.

J’aimerais écrire sur mon blog. Vous me direz : Qu’est-ce qui vous en empêche ?

C’est cette sensation d’être incapable d’imaginer la suite. Je m’explique !

Lorsqu’une femme porte un enfant, comme j’en ai porté deux, je peux en parler, il nous est impossible de prévoir, savoir, ce que nous allons vivre. Même avec tous les choix que l’on proposera bientôt, aux couples, avec la pma. Il y aura toujours un aspect inconnu.

Et oui !

L’homme peut agir sur le physique. Mais sera-t-il capable d’agir sur le Mental de l'ADN. Oui, nous savons plus ou moins comment réagit notre cerveau. Il manque à l’humain, de comprendre comment il fonctionne, pourquoi, il fonctionne ainsi.

Je voyage parfois sur le net, et je m’étonne souvent de voir qu’il y a des personnes qui pensent, qu’il est possible de <balayer> son passé, pour se libérer des chaînes, par diverses techniques.

Je crois que c’est un miroir aux alouettes. Car notre passé est gravé, et s’inscrit jour après jour dans notre ADN, que l’on retrouve dans chaque cellule de notre corps.

Je pense que l’on a tous vu un film, lu un livre, entendu une histoire d’une personne, à qui avait été implanté l’organe d’une personne inconnue, et qui se retrouvait à ressentir des choses, à avoir des comportements qui lui étaient étrangers.

Attention, je ne dis pas que c’est mal, de sauver, une personne en la transplantant. Je dis simplement, que l’on oublie, qu’il y a, lors d’une transplantation, la rencontre de deux (êtres) passés. Et que la symbiose est parfois difficile, incompatible. Et c’est peut-être une, des causes, du rejet d’organes.

Et j’espère que l’on trouvera bientôt, comment soulager ces personnes, qui doivent prendre des médicaments à vie, au risque de perdre cette vie, qu’ils se sont reconstruits, grâce à un autre être humain.

Voilà, mes pensées, en cette fin de nuit...