IMPOSSIBLE...

1. janv., 2020

Lorsque j'allais chez mon neurologue, qui a pris sa retraite, il me disait, chaque fois, que l'on se voyait, qu'il faisait une photographie.

S'il me voyait, aujourd'hui, je crois qu'il n'en croirait pas ses yeux.

En à peine deux mois, Parkinson, est devenu fulgurant. Je tremble, comme je n'ai jamais tremblé. De plus, j'ai des douleurs musculaires insupportables, et je fais des piques d'hypertension.

Vous vous posez, peut-être la question, pour ceux qui me connaissent, comment cela se fait-il?

Je ne veux accuser personne, car ce que je vis, je sais que je l'ai non pas mérité, mais invité en moi!

J'ai fait le choix de me faire poser une sonde via l'estomac, direction l'intestin, relié à  un boîtier, que je connecte chaque matin, une cassette de médicament, mélangé à un gel, qui est diffusé continuellement, jusqu'au moment de l'enlever.

Cette intervention s'est passée au HFR, fin octobre. Le neurologue, qui m'a proposé Duodopa, nous a expliqué à mon, fils, l'infirmier, qui me suit depuis 2016, les avantages, et les désavantages, de cette technologie. 

Je dois dire, que j'ai entendu parler de cette technologie, pour le première fois, le printemps passé. Jusqu'alors, j'avais ma médication, qui me satisfaisait. 

Mais alors, pourquoi, avoir changé ?

Je ne le sais pas. Ce que je sais, par contre, c'est que j'ai l'impression d'avaler du POISON.

Le représentant, de la boîte, qui me suis, et que je peux contacter 24/24h, m'a dit que probablement, je me faisais beaucoup trop de doses supplémentaires. Je ne vous cache pas qu'au début, j'ai essayé. Rapidement, je me suis rendu compte, que dès que je me faisais une dose supplémentaire, le lendemain, j'avais la sensation, que mon corps en demandait plus. 

De plus, j'ai commencé à trembler durant le nuit, alors que ça ne m'arrivait jamais, avaec mon ancien traitement oral, que je contrôlais bien. Je prenais ma première dose entre 6 et 7 heure du matin, je prenais mon petit-déjeuner, et soit je retournais au lit, ou je partais en activité. Parkinson était stable, et la cohabitation convenable.

Aujourd'hui, je vis en Enfer. 

J'en ai parlé à mes enfants, qui voient bien que ça a péjoré.

Je me pose des questions, quant à la fiabilité des médicaments. Je me suis aperçue la semaine dernière, que la date d'expiration des médicaments était, par exemple, le dernier carton, que j'ai reçu, la date d'expiration est au 17.02. 2020, donc 6 semaines.

Le représentant m'a expliqué, car je l'ai fait venir ce lundi, que c'était normal, car les cassettes étaient conservés au congélateur, et que c'est à la sortie du congélateur, que la date d'expiration est mise.