24. mai, 2017

à François...

Mon cher François, aujourd'hui, j'ai ressenti ta souffrance. La souffrance d'un homme qui est face aux devoirs du protocole...

Je vais te dire, chez moi, il n'y aura pas de protocole...Non!

Chez moi, les gens ne viendront pas "m'offrir" de l'argent qui est probablement sale, et qui est le fruit de la vente d'armes, qui seront livrés bientôt en Arabie Saoudite, pour attaquer l'Iran.

Biensûr tu n'y peux rien...Je le sais...C'est pourquoi, je te le fais savoir...

C'est pour cela que je chante:

Quand le jour de clarté, quand tous les opprimés entendront tous l'appel, le cri de LIBERTE, toutes les chaînes bisées tomberont pour un bout de temps...